Samedi 17 novembre, les gilets jaunes veulent « paralyser toute l’Alsace »
L'actu 

Samedi 17 novembre, les gilets jaunes veulent « paralyser toute l’Alsace »

actualisé le 14/11/2018 à 14h17

En Alsace, les opposants à la hausse des prix des carburants préparent la mobilisation du samedi 17 novembre. Selon une organisatrice, la circulation sera perturbée autour d’une quinzaine d’agglomérations, de Haguenau à Mulhouse.

La liste des blocages prévus le 17 novembre en Alsace est longue. Entre Saverne et Mulhouse, plus de quinze rassemblements contre la hausse des prix des carburants sont en cours d’organisation sur Facebook, d’après Anaïs Kuhn. Elle fait partie des administratrices de la page « Alsace blocage national contre la hausse des taxes ». Près de 34 000 membres y suivent la mobilisation des gilets jaunes, symbole des opposants à la hausse des taxes, en particulier sur les carburants.

Pour rappel, l’augmentation récente des prix du carburant n’est pas seulement liée à la taxation. Selon les Décodeurs du journal Le Monde, en octobre, le prix à la pompe a augmenté de 29 centimes pour le diesel, 62% de cette hausse n’a aucun lien avec les taxes. Autre cause : avec l’assèchement du Rhin, la quantité d’essence transportée vers l’Alsace a diminué et les tarifs sont donc montés.

Mobilisation à chaque rond point contre les augmentations de l’essence…

Un programme encore inconnu

7h30 sur le parking du champ de foire à Saverne, 7h30 devant le Conforama de Vendenheim, 7h30 devant l’aérodrome de Haguenau… Dans toute l’Alsace, ces citoyens en colère se sont donnés rendez-vous dans la matinée du samedi. Les organisateurs ont choisi cette journée pour « avoir un maximum de personnes présentes et bloquer un minimum les travailleurs. »

Le mode opératoire n’est pas encore arrêté. Le programme de la journée sera donné sur place. Anaïs Kuhn évoque des « opérations escargots qui donneront forcément lieu à des blocages. » Le ministre de l’Intérieur a promis l’intervention des forces de l’ordre en cas de « blocage total. »

Sur les différents groupes Facebook liées aux mobilisations locales, des internautes se plaignent d’informations imprécises ou d’une absence de programme pour la journée. Les organisateurs craignent d’être surveillés : « Rien n’est dévoilé a l’avance dans le seul but de ne pas se faire épingler bêtement par les forces de l’ordre », explique David Steinbrecher, un autre meneur de la contestation alsacienne.

« Les esprits ont tendance à s’échauffer »

L’organisation est aussi compliquée par les insultes et les incitations à la violence publiées sur les pages Facebook. Pour ces raisons, le réseau social a supprimé plusieurs événements ou groupes liés à la mobilisation. Des internautes ont crié à la censure. David Steinbrecher a appelé les internautes à rester mesurés :

« Les esprits ont tendance à s’échauffer et à déraper assez rapidement ces derniers temps, s’il-vous-plaît, gardez votre sang-froid et pensez au fait que ce groupe est public. »

Les gilets jaunes exigent surtout une baisse de Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Énergétiques (TICPE). Mais leurs revendications vont au-delà : Augmentation du SMIC de 15% et du budget alloué à la fonction publique territoriale, refonte des droits de successions… « On sait bien que (toutes ces mesures, ndlr) ne sont pas applicables mais autant tout demander », commente Anaïs Kuhn.

Les revendications liées à la mobilisation du 17 novembre 2018.

« On ne veut pas d’organisation politique »

Les syndicats CGT et CFDT ont accusé le mouvement d’être manipulé par l’extrême-droite. Mardi matin sur France Inter, la présidente du Rassemblement National (ex-FN), Marine Le Pen, a affiché son soutien à la mobilisation du 17 novembre. Anaïs Kuhn rejette en bloc les accusations :

« On veut pas d’organisation politique ou syndicale. On a déjà exclu un mec (du groupe Facebook, ndlr) dont on a découvert qu’il était lié à un parti. Et samedi, il sera interdit de montrer toute forme d’appartenance à un parti politique. »

D’autres consignes ont été diffusées sur les réseaux sociaux : amener « de quoi vous tenir chaud, à boire, à manger », rester pacifique et se préparer à un mouvement qui doit durer « autant que nécessaire. » « Les blocages peuvent durer longtemps, affirme Anaïs Kuhn, on a atteint le summum du ras-le-bol général. »

Listes des pages Facebook et rendez-vous liées aux mobilisations locales

  • Altkirch : 9h, au rond-point au-dessus de Carspach, vers le Mac Donalds.
  • Colmar : entre 8h30 et 9h, sur le parking du Cora de la zone commerciale du Buhlfeld Houssen, vers 8h30. Une réunion d’information publique doit se tenir le 15 novembre à 19h30 au Fun Park de Colmar.
  • Guebwiller : entre 9h et 10h, sur le parking du Leclerc d’Issenheim.
  • Haguenau : 7h30, devant l’aérodrome de Haguenau.
  • Molsheim : 9h, devant le cinéma du Trèfle.
  • Mulhouse : 9h, sur le parking du Carrefour à Illzach.
  • Obernai : 9h, au 6 Rempart Mgr Freppel.
  • Saverne : 7h30, sur le parking du champ de foire.
  • Sélestat : aucun rendez-vous fixé
  • Seltz : 7h30, sur le parking du super U de Seltz.
  • Saverne : 7h, au champ de foire. Un départ est ensuite prévu vers le péage de Monswiller.
  • Strasbourg : 7h30, au parking Auchan de Hautepierre et du Leclerc de Geispolsheim. La Fédération française des motards en colère prévoit une marche de protestation à 14h. Départ sur le parking de la place de la Bourse.
  • Saint-Louis : 9h, sur le parking du Leclerc/Intersport.
  • Thann : aucun rendez-vous précis fixé.
  • Vallée de Masevaux : aucun rendez-vous précis fixé.
  • Vendenheim : 8h, au Conforama de Vendenheim.
  • Wissembourg : aucun rendez-vous précis fixé.

Ces horaires sont fréquemment modifiés et mis à jour.

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste en alternance depuis la rentrée 2017.

En BREF

Un camp pour la « justice climatique » en Alsace

par Hélène Janovec. 435 visites. 6 commentaires.

Les maternités de Thann et d’Altkirch fermées dès novembre

par Pierre France. 808 visites. 5 commentaires.

L’A35 sera fermée une partie de l’été entre la Vigie et l’Elsau

par Hélène Janovec. 4 872 visites. 6 commentaires.