Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Samedi 2 avril, un match de foot place Kléber pour dénoncer les morts sur les chantiers de la Coupe du monde
L'actu 

Samedi 2 avril, un match de foot place Kléber pour dénoncer les morts sur les chantiers de la Coupe du monde

par Millie Brigaud.
Publié le 1 avril 2022.
Imprimé le 05 octobre 2022 à 16:26
1 005 visites. 2 commentaires.

Samedi 2 avril, le collectif Maquis Alsace-Lorraine et Amnesty International organisent un match de foot pour interpeller le public sur l’exploitation des ouvriers migrants dans les stades de la Coupe du monde au Qatar. Le match démarre à 14h à place Kléber.

Le collectif Maquis Alsace-Lorraine continue de se mobiliser pour le boycott de la Coupe du monde au Qatar. Cette fois, les militants s’associent à l’organisation non-gouvernementale (ONG) Amnesty International pour un match de foot sur la place Kléber samedi 2 avril à 14 heures. « Il n’y a pas d’équipes constituées. On fera des trois contre trois ou des cinq contre cinq avec les passants volontaires. Et en dehors des matchs, on informera surtout sur les conditions de vie des travailleurs migrants, la corruption et l’impact écologique de cette compétition », explique Ariel, membre du collectif Maquis Alsace-Lorraine. L’objectif reste donc le même qu’en novembre 2021, lorsque le collectif avait mené une action aux abords du stade de la Meinau : sensibiliser le grand public à l’exploitation jusqu’à la mort des ouvriers migrants sur les chantiers du Coup du Monde au Qatar.

Le Maquis Alsace-Lorraine et Amnesty International n’ont pas le même objectif. Si le collectif alsaco-mosellan exige de l’équipe de France qu’elle boycotte la Coupe de monde au Qatar, l’ONG internationale a pour mission de mettre fin à l’exploitation des ouvriers migrants. Elle n’exige pas de boycott mais demande une prise de position de la Fédération Internationale de football association (Fifa) et des équipes nationales pour qu’elles dénoncent publiquement les conditions de travail, de vie et de mort de la main d’œuvre migrante au Qatar.

Malgré un accord entre le Qatar et l’Organisation Internationale du Travail (OIT) en 2017, les ouvriers migrants au Qatar subissent la « kafala », un système d’exploitation des travailleurs qui les empêche de constituer un syndicat, de changer de travail ou même de quitter le pays sans l’autorisation de leur employeur. Selon le média The Guardian, 6 500 travailleurs migrants sont morts au Qatar depuis que la Coupe du monde a été attribué à Doha.

L'AUTEUR
Millie Brigaud
Millie Brigaud

En BREF

Une manifestation en solidarité avec le peuple iranien mardi

par Pierre France. 541 visites. 1 commentaire.

Le Conseil d’État maintient la suspension du confinement de Stocamine

par Pierre France. 589 visites. 1 commentaire.

Sobriété : l’Eurométropole refroidit l’ambiance

par Jean-François Gérard. 8 922 visites. 11 commentaires.
×