Sans voiture hors de Strasbourg, trois jeunes racontent leur galère quotidienne
Société 

Sans voiture hors de Strasbourg, trois jeunes racontent leur galère quotidienne

Julie, Louise et Quentin ont un point commun : au quotidien, ils n’ont que les transports en commun pour se déplacer. Elles n’ont pas de voiture, il n’a plus le permis et surtout, ils vivent tous les trois en dehors de la capitale alsacienne. Pour Rue89 Strasbourg, ils racontent les contraintes quotidiennes, le sentiment de dépendance mais aussi les avantages ignorés du train, du bus et du tram.

La voiture est toujours perçue comme absolument nécessaire aux déplacements. Dans les bourgs urbains et périurbains, la voiture individuelle reste très prisée malgré la présence de modes de transports alternatifs. Même dans les principaux centres urbains, où l’offre de mobilité est la plus élaborée, la part d’équipement en voitures des ménages reste stable selon les résultats d’une étude publiée par l’Agence de développement et d’urbanisme de l’agglomération strasbourgeoise (Adeus).

L’urbanisme au quotidien

Une série d’article pour décrypter les enjeux de l’urbanisme aujourd’hui.

Ainsi en Alsace, le nombre de voitures a augmenté dans toutes les communes étudiées entre 1990 et 2012, très souvent de plus de 50%. Dans le Grand-Est, le nombre de véhicules personnels a augmenté d’un million en 20 ans. Mais à Strasbourg, le nombre total de véhicules est resté stable tandis que le taux de ménages équipés en voiture a baissé de 4%. Une situation d’exception.

Pourquoi cette quasi-obligation de posséder une voiture est-elle aussi ancrée ? Rue89 Strasbourg est allé à la rencontre de trois jeunes vivant hors de Strasbourg, pour qu’ils expliquent comment ils se débrouillent sans véhicule personnel.

  • Louise Vosdoganis, 22 ans, étudiante, habitante de Ettendorf

« Ça fait 15 ans qu’il n’y a plus de gare chez nous. » Louise Vosdoganis vit dans le village d’Ettendorf, à près de 40 kilomètres au nord Strasbourg. Comme dans les Vosges, le train a été remplacé par un bus pour Mommenheim. « Il y en a trois le matin, un le midi et quatre le soir », explique cette spécialiste des transports en commun du coin. « Le week-end c’est beaucoup moins… » De là, l’étudiante prend un train express régional (TER) pour Strasbourg et le tram pour la Meinau. Chaque journée est réglée à la minute près :

« Je passe mon temps à regarder ma montre. Le matin, il faut partir avec le train de 7h20 de Mommenheim, donc prendre le bus de 6h53 à Ettendorf. Le soir, le dernier train me permettant de rentrer en bus ensuite est à 19h55. Souvent, il faut que je demande aux prof’ de partir plus tôt. Ils ne sont pas tous compréhensifs… Ils ne s’imaginent pas que je dois me lever à 5h45 pour aller à la fac… Le week-end quand je rentre, je suis épuisée. »

Louise Vosdoganis connait par cœur les horaires de train pour Strasbourg. Elle évite d’emprunter la voiture de sa mère, ou de sa grand-mère : « Je ne veux pas les embêter… » (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

Une voiture, fatalement

Louise pourrait conduire depuis trois ans. Encore faut-il avoir l’argent pour acheter une voiture. Impossible pour l’étudiante. Quand ses stages dans l’enseignement commenceront, elle ne pourra plus s’en passer :

« Sans voiture, travailler à l’Éducation nationale, c’est très compliqué. Souvent, on commence avec des quart-temps dans différents villages. C’est rare de pouvoir commencer à Strasbourg. Fatalement, je vais devoir acheter une voiture. »

En 2015, 70% des Bas-Rhinois prenaient leur voiture pour se rendre au travail. Seuls 13% des habitants du Bas-Rhin utilisaient les transports en commun pour aller travailler. Les travaux de l’agence strasbourgeoise montrent aussi la forte dépendance au véhicule personnel dans les plus petites communes. Au départ de l’Eurométropole de Strasbourg, la part de la voiture dans les déplacements est de 55%, contre 68% dans les villes moyennes et même 83% dans les plus petites communes du Bas-Rhin.

Le nombre de véhicules personnels a augmenté à peu près partout (carte Adeus)

Le nombre de véhicules personnels a augmenté à peu près partout (carte Adeus)

L’impression d’être dépendant

« Le dimanche, il y a pas de transport en commun. » Le week-end, l’absence de voiture se fait sentir. Pour faire les courses, aller au cinéma ou à un anniversaire, elle a « besoin de ses parents ». Ou plus précisément, il lui faut emprunter l’un de leurs deux véhicules. « Souvent ça me bloque, souffle Louise, je suis toujours obligée d’embêter quelqu’un… »

  • Julie Fournier, 24 ans, en recherche de formation/d’emploi, habitante d’Eschau

Pour ses sorties, la dépendance à l’égard des amis commence à partir de minuit pour Julie, qui réside pourtant dans l’Eurométropole. Les transports en commun ne permettent pas de quitter Strasbourg après minuit. « Autour de moi, les gens ne comprennent pas que je n’aie pas de voiture », raconte l’habitante d’Eschau, à une quinzaine de kilomètres au sud de Strasbourg. Elle vient tout juste d’arrêter ses études dans le domaine de l’enseignement. Elle est la seule de sa famille à se déplacer à pied et en transports en commun uniquement. Son objectif : continuer ainsi. Elle explique : « J’aimerais bien ne pas avoir à prendre une voiture. Je n’aime pas conduire. »

Ce choix, teinté d’un engagement écologique et anti-GCO, fait plutôt figure d’exception alors que le nombre de véhicules est passé de 2 millions à près de 3 entre 1990 et 2012. Cette hausse de 46% en 22 ans est accompagnée d’une hausse de la population de seulement 5% pendant la même période. Ainsi, de 0,3 véhicule en moyenne par personne de plus de 18 ans en 1990, on est passé à près de 0,6 en 2012…

Julie Fournier vit à Eschau. Depuis plusieurs années, elle se rend à Strasbourg grâce au bus puis au tram. Un mode de vie plus écologique qui lui convient.

« Il ne faut pas être pressé »

Pendant six ans, Julie a pris le bus d’Eschau à Illkirch-Graffenstaden, puis le tram E pour se rendre à l’arrêt Observatoire. Elle a pris l’habitude d’être patiente :

« Tu mets quand même une heure pour arriver, il ne faut pas être pressé… En plus, quand tu loupes un bus, c’est direct trente minutes d’attente. »

Mais quand le boulot entre en jeu, tout se complique. En ce moment, Julie guette les annonces des agences d’intérim. « Quand je vois quelque chose à Vendenheim pour le lendemain, je sais que ça va être trop compliqué », souffle-t-elle. Cette difficulté se retrouve dans les statistiques de l’Adeus. En 2015, en partant de l’Eurométropole, 79% des trajets de plus de 10 kilomètres étaient réalisés en voiture, contre 18% seulement en transport en commun.

(Chiffres Adeus)

  • Quentin (le prénom a été modifié), Zellwiller, 22 ans, surveillant

Quand Quentin a perdu son permis, il a dû quitter Zellwiller pour emménager chez un ami à Barr, à une trentaine de kilomètres de Strasbourg, direction sud-ouest. C’était l’unique solution pour se rendre dans le collège où il travaille, à une quinzaine de kilomètres. « À Zellwiller, c’est vraiment impossible de vivre sans voiture », regrette-t-il. « Il faudrait un meilleur réseau de bus pour relier les villages alentours comme Stotzheim, Reichsfeld… » Le jeune homme continue donc de conduire pour voir ses amis ou sa famille :

« La voiture, c’est la liberté. Sans, j’ai l’impression d’avoir quinze ans à nouveau. C’est vraiment gênant de demander à tes potes de te chercher et de te ramener. »

Le train : une économie

Quentin parvient à voir un côté positif de sa situation. En réduisant ses passages à la pompe et en prenant le train régional, il a économisé beaucoup d’argent :

« Avant, je dépensais 180 euros par mois pour l’essence. Maintenant, je paye un abonnement à 35 euros par mois, dont la moitié est payée par mon employeur. En quatre mois, j’ai économisé près de 600 euros. »

Dans quelques semaines, le surveillant en collège pourra récupérer son permis. Malgré les gains financiers liés au transport en commun, il reprendra le volant de son véhicule. « Je ne connais personne qui prend le train pour travailler. » Il rejoindra donc le bataillon de 83% des travailleurs qui se rendent à leur travail en voiture lorsqu’ils vivent en dehors des villes moyennes du Bas-Rhin.

Aller plus loin

Sur le site de l’Agence de Développement et d’Urbanisme de l’agglomération strasbourgeoise (Adeus) :

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste en alternance depuis la rentrée 2017.

En BREF

[Annulé] – Invité de l’apéro : Musah Recepovic de la Scène de Strasbourg

par Rue89 Strasbourg. Aucun commentaire pour l'instant.

Le journaliste strasbourgeois Gaspard Glanz arrêté à Paris, en marge de la manifestation des Gilets jaunes

par Pierre France. 2 782 visites. 5 commentaires.

Manifestation à vélo vendredi, pour que Schiltigheim devienne cyclable

par Cassandre Leray. 2 496 visites. 11 commentaires.