Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Au Conseil des XV, l’Académie fait du remplissage de classes et supprime une section essentielle au quartier
Société 

Au Conseil des XV, l’Académie fait du remplissage de classes et supprime une section essentielle au quartier

par Maud de Carpentier.
Publié le 14 juin 2021.
Imprimé le 20 septembre 2021 à 22:54
2 494 visites. 7 commentaires.

Depuis 2003, l’école maternelle du Conseil des XV accueille les enfants dès l’âge de 2 ans, au sein d’une classe spécifique : la Toute Petite-Section ou TPS. Pour la première fois depuis 18 ans, ces enfants n’auront plus cette possibilité à la rentrée. L’inspection académique a supprimé une classe, en raison d’un nombre insuffisant d’élèves dans l’école. Les parents se mobilisent et soulignent l’importance de cette TPS en terme de mixité sociale et de projet pédagogique. Ils appellent la Ville à se positionner clairement.

« J’étais moi-même en Toute Petite-Section (TPS), et c’est vraiment un avantage de démarrer tôt ». Oriane n’arrive toujours pas à croire à la suppression de cette classe de l’école maternelle du Conseil des XV. Après y avoir inscrit sa fille, aujourd’hui âgée de 6 ans, c’est son fils, Livio, bientôt 3 ans, qui vient d’y passer un an. « C’est pour eux un temps de socialisation avec des enfants de leur âge, il y a aussi des temps de découverte avec des supports que nous n’avons pas chez nous, des bacs sensoriels, des bacs à sable, un jardin… » Pour cette pédo-psychiatre de 33 ans, pas de doute : l’école dès 2 ans est une richesse pour les enfants :

« En TPS, il y a zéro pression, ni au niveau de l’autonomie, ni au niveau des apprentissages. Ils peuvent découvrir l’école comme un lieu chouette. Ils apprennent à gérer les conflits, à vivre avec les autres, à partager, à jouer. La TPS permet de créer une première expérience positive, et ça donne après des enfants qui aiment l’école. »

L’école maternelle du Conseil des XV propose une Toute Petite-Section depuis 2003, pour accueillir les enfants dès l’âge de 2 ans (photo MdC / Rue89 Strasbourg).

Pourtant, à partir de septembre 2021, l’école maternelle du Conseil des XV ne pourra plus accueillir les enfants comme Livio, dans la classe qui leur était dédiée jusque-là. L’inspection académique a en effet décidé de supprimer l’une des sept classes que compte cette école. Jean-Baptiste Ladaique est adjoint au directeur académique en charge du premier degré :

« L’an dernier, cette école avait une capacité d’accueil de 210 élèves, avec 7 enseignants puisqu’on compte 30 élèves par classe et par enseignant. Or, en février 2021, il y avait 162 élèves inscrits. Année après année, on a vu l’effectif baisser dans cette école. À Strasbourg, il y a des quartiers comme celui-ci, où la démographie baisse. Ce n’est pas une nouveauté à l’école des XV, on s’était déjà posé la question l’an dernier. Cette fois-ci, on a donc décidé de réduire la capacité d’accueil à 180 élèves, soit 6 enseignants. On supprime donc une classe. »

« S’il reste des places, on pourra les donner à quelques élèves de TPS »

L’adjoint au directeur académique se veut rassurant dans un premier temps : « On n’a pas dit qu’on supprimait la classe des TPS, on a juste dit qu’on supprimait UNE classe ! ». Mais dans les faits, mathématiquement, ce seront bien les enfants de la Toute Petite Section qui seront les premiers concernés. Jean-Baptiste Ladaique explique le fonctionnement des inscriptions :

« C’est la Ville qui est compétente en ce domaine. Elle prend d’abord toutes les inscriptions des petits, moyens et grands. Dans un premier temps, on ne compte pas les élèves de TPS, car l’école n’est pas obligatoire avant 3 ans, donc on les inscrit pour compléter les effectifs. On va d’abord remplir les classes obligatoires, et s’il reste des places, on pourra les donner à quelques élèves de TPS, que l’on mélangera avec des PS (petite section). »

19 familles ont déjà pré-inscrit leur enfant dans la classe de TPS pour la rentrée 2021. La classe devrait pourtant être supprimée par l’inspection d’ici là (photo MdC / Rue89 Strasbourg).

Une justification par les chiffres qui a du mal à passer auprès d’Hélène, une maman d’élève de l’école, et membre de l’Association des Parents d’élèves de l’Enseignement Public en Alsace (APEPA) :

« Donc le but c’est d’atteindre des aberrations administratives avec des objectifs de 30 élèves par classe, comme si c’était une bonne chose ? Pour l’instant, il y a 42 élèves pré-inscrits en Petite Section pour l’an prochain, donc on va dire que d’ici deux mois, ils seront 46 : on va faire deux classes de 23 élèves, et le reste des places, on va les bourrer avec des tout petits de 2 ans ? Déjà qu’en Petite Section, les enfants pleurent à la rentrée pendant des mois, on va rajouter des conditions de travail difficiles pour les enseignants, et un accueil moins confortable pour les enfants ? »

La classe de Toute Petite-Section : « une pédagogie particulière »

L’APEPA, plusieurs parents d’élèves et la directrice de l’école tiennent à cette TPS car depuis sa création en 2003, elle s’était solidement enracinée dans le quartier. Catherine Balouka dirige l’école depuis 1997. Elle est également l’une des institutrices de cette TPS depuis 2003. La quinquagénaire explique : « C’était devenue l’une de nos spécificités. Nous avons la confiance de ces familles qui font le choix de l’école à 2 ans. »

Catherine Balouka raconte avoir découvert le fonctionnement de ces TPS en Normandie, où elle a travaillé quelques années au début de sa carrière avec des maîtres formateurs :

« Les classes de 2 ans étaient dans tous les quartiers à l’époque. J’ai compris que c’était de la vraie pédagogie, pas du maternage, ni de la crèche. Après cette expérience, je suis arrivée à Strasbourg, dans ce quartier du Conseil des XV qui est multiculturel. J’avais décompté à l’époque 37 nationalités dans l’école, donc ça avait du sens de créer la TPS. C’est à peu près le même nombre chaque année. Nous avons de nombreux enfants allophones (dont la langue maternelle n’est pas le français ndlr), d’où l’importance de cette section-là, qui leur permet de parler français le plus tôt possible. »

Dans les 37 nationalités, on retrouve aussi bien des enfants dont les parents travaillent dans les institutions européennes, que ceux de familles populaires, issues de l’immigration. L’école est entourée par la barre de logements sociaux de la cité Rotterdam.

Des sections en principe réservées au Quartiers Prioritaires

C’est là l’autre argument de l’inspection académique : ces sections existent principalement dans les QPV, les Quartiers Prioritaires de la politique de la Ville. « La situation normale et obligatoire, c’est l’école à partir de 3 ans », tient à préciser Jean-Baptiste Ladaique. « Ici, au Conseil des XV, nous ne sommes pas en zone d’éducation prioritaire, donc l’accueil des élèves de TPS n’est pas obligatoire. »

L’école maternelle du Conseil des XV est située au coeur de la Cité Rotterdam, entourée de barres d’immeubles. Le quartier n’est pourtant pas classé QPV (photo MdC / Rue89 Strasbourg).

Pour la directrice de l’école, cette section a pourtant toute sa place au Conseil des XV :

« Cette classe permet une meilleure efficience scolaire. Des évaluations nationales au niveau des classes élémentaires ont montré des scores supérieurs au niveau des acquisitions du langage pour les élèves ayant bénéficié de 4 années de maternelle. »

Depuis 18 ans, Catherine Balouka a de nombreux exemples en tête d’enfants dont les parents ne parlaient pas français, et qui ont appris la langue, très vite dès 2 ans grâce à la TPS :

« Je pense que ce quartier se paupérise. Il est aussi multiculturel. Cette classe permet donc une entrée plus rapide dans la langue, mais aussi une socialisation progressive, une détection précoce des troubles du développement, une aide à la parentalité, etc. »

D’ailleurs, l’école Sainte-Clotilde, située à quelques rues de l’école maternelle du Conseil des XV propose elle aussi une TPS, depuis plusieurs années. On imagine aisément une fuite davantage prononcée de certaines familles vers le privé, si le public n’offre plus cette section à la rentrée.

19 familles déjà concernées, la Ville « pourrait se mobiliser »

Sur les listes de pré-inscriptions faites par la Ville, 19 familles ont déjà inscrit leur enfant en TPS à l’école du Conseil des XV pour la rentrée 2021. Ils n’auront, a priori, pas tous une place dans cette école. Jean-Baptiste Ladaique reconnaît : « Pour les élèves de TPS, c’est possible que ça ne se décide qu’au mois d’août et que les parents reçoivent la réponse à ce moment-là. » Et s’ils n’ont pas de place ? « Ils iront à la crèche, pour ceux qui le peuvent », conclut tristement la directrice de l’école. Obtenir une place en crèche municipale à Strasbourg est déjà une mission impossible lorsqu’on s’y prend 6 mois à l’avance, on voit mal comment ces parents obtiendraient la leur en plein mois d’août, pour… septembre.

Le quartier de la Cité Rotterdam, avec à droite l’école élémentaire, et à gauche, l’école maternelle du Conseil des XV (photo MdC / Rue89 Strasbourg).

Mais il reste peut être encore une carte à jouer pour la sauvegarde de la TPS de l’école des XV. Celle de la municipalité. Contactée, l’adjointe au maire en charge de l’Éducation et de la Petite enfance, Hülliya Turan (PC), semble en effet sensible à la question :

« Je suis persuadée que la socialisation et l’apprentissage, dès le plus jeune âge, sont essentiels pour un enfant. Et s’il y a une demande parce que le public dans ce quartier est allophone, et que des familles sont dans le besoin, ça mérite d’être regardé attentivement. »

Hülliya Turan, adjointe au maire de Strasbourg en charge de l’éducation et de la petite enfance.

L’élue affirme que « la Ville pourrait se mobiliser, si les parents font une action, je les soutiendrai. On regardera avec l’Éducation nationale ce que l’on peut faire. » Le prochain Comité Technique Spécial Départemental (instance de rencontre entre l’inspection et la Ville, où l’on décide des ouvertures et des fermetures de classes) a justement lieu le 22 juin.

L'AUTEUR
Maud de Carpentier
Maud de Carpentier
Parachutée de Marseille à Strasbourg, pour réaliser des enquêtes au long cours.

En BREF

Visites de quartier, ateliers et spectacles : Hautepierre fête ses 50 ans

par Martin Lelievre. 549 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Après l’évacuation du camp de la Montagne Verte, des personnes logées et des tentes subtilisées aux associations

par Thibaut Vetter. 4 212 visites. 8 commentaires.

Manifestation vendredi pour que MackNeXT aille se construire ailleurs qu’en zone protégée

par Martin Lelievre. 3 588 visites. 16 commentaires.
×