Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Une compagnie de théâtre strasbourgeoise réussit à faire exfiltrer une poétesse afghane et sa famille
L'actu 

Une compagnie de théâtre strasbourgeoise réussit à faire exfiltrer une poétesse afghane et sa famille

par Pierre France.
Publié le 20 août 2021.
Imprimé le 26 octobre 2021 à 23:58
8 711 visites. 2 commentaires.

En mai 2019, la compagnie La Soupe, de Strasbourg, avait produit « Je Hurle », un spectacle sur la parole des femmes afghanes à partir des poèmes de Kamila Ghafari. Directement menacée de mort par les talibans, le couple de comédiens a tout mis en oeuvre pour exfiltrer la poétesse et sa famille proche. Avec succès.

Depuis plusieurs semaines, les deux membres de la compagnie strasbourgeoise La Soupe vivent au rythme des avancées des talibans en Afghanistan. En 2019, Yseult Welschinger et Éric Domenicone avaient produit « Je Hurle », un spectacle intime (voir la chronique de Rue89 Strasbourg), mettant en scène les poèmes de deux afghanes écrasées par le poids d’une société traditionnaliste, religieuse et patriarcale. Kamila Ghafari et une autre poétesse avaient fait le déplacement jusqu’à Strasbourg pour les représentations du spectacle au Taps, un voyage qui, elles le savaient, les condamnaient à mort aux yeux des talibans.

Le 6 mai, dans une région déjà contrôlée par les talibans, une connaissance de Kamila Ghafari est sommée par les djihadistes de communiquer son adresse à Kaboul. Devant son refus, cette personne est abattue. Kamila Ghafari cherche alors à fuir l’Afghanistan et se rapproche de l’ambassade française. Mais les procédures traînent tandis que la progression des talibans est fulgurante.

Une quinzaine d’Afghans à faire sortir d’urgence

Yseult Welschinger et Éric Domenicone sollicitent alors l’ensemble de leur réseau pour venir en aide à la poétesse et à sa famille. C’est le début d’une course contre la montre entre les services de l’ambassade de France à Kaboul, les élus locaux dont Jean Rottner, président de la Région Grand Est et Syamak Agha-Babaei, premier adjoint à la maire de Strasbourg, et les service de l’État en France. Car il faut sauver Kamila Ghafari mais aussi son mari et leurs cinq enfants, dont deux sont mariés et ont eux-mêmes des enfants, soit en tout quinze personnes, 9 adultes et 6 enfants dont un bébé.

Dimanche 15 août, les talibans sont aux portes de Kaboul et le gouvernement local s’effondre. La famille vient d’obtenir des visas mais n’a aucun moyen de sortir du pays. Yseult Welschinger et Éric Domenicone achètent alors « à prix d’or » des billets d’avion pour rejoindre Paris, via la Turquie. Las, ces avions ne décolleront jamais, en raison du chaos qui envahit l’aéroport Hamid Karzaï à ce moment là. La famille quitte son domicile et se réfugie à l’ambassade, en espérant que la France pourra les exfiltrer par ses propres moyens.

Ce qui est le cas, les quinze membres de la famille ont été convoyés de Kaboul à Abu Dhabi en avion militaire, puis des Émirats arabes unis vers la France en avion de ligne affrété par le ministère des Affaires étrangères.

Kamila Ghafari dans l’avion qui la mène de Kaboul à Abu Dhabi (doc remis)

L’État se mobilise pour accueillir les réfugiés afghans

« On a suivi tout ça minute par minute depuis dimanche via les messageries Signal et WhatsApp », indique jeudi matin Yseult Welschinger, alors qu’elle est sur la route vers l’aéroport de Roissy pour accueillir une partie de la famille afghane. Elle et son compagnon ont mis en œuvre une chaîne de solidarité ultra-locale depuis Kolbsheim, où ils habitent, pour accueillir, ramener et héberger ces quinze personnes. Un effort finalement inutile puisqu’ils ont appris jeudi soir que tous les réfugiés de Kaboul étaient pris en charge directement par l’association France Terre d’Asile, missionnée par le ministère des Affaires étrangères pour accueillir ces réfugiés.

Les quinze membres de la famille afghane ont finalement pu arriver à Paris dans la soirée et la nuit de jeudi. Placés en quarantaine pendant une dizaine de jours dans un hôtel au nord de Paris, ils devraient se voir attribuer une place d’hébergement au sein du dispositif de l’État. Bien que la ville de Strasbourg soit volontaire pour accueillir une partie des réfugiés afghans, la répartition dans les centres d’hébergement de France est menée par l’État en fonction des capacités d’accueil.

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Fin de l’hébergement à l’hôtel F1 de Geispolsheim, une vingtaine de personnes à la rue

par Maël Baudé. 5 218 visites. 2 commentaires.

Reprise de l’usine Aptis : l’offre de Punch rejetée par Alstom

par Maud de Carpentier. 555 visites. 2 commentaires.

Stocamine : la justice annule le stockage illimité des déchets toxiques

par Jean-François Gérard. 1 137 visites. 3 commentaires.
×