Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Le tribunal administratif annule la délibération de subvention à la mosquée Eyyub Sultan
L'actu 

Le tribunal administratif annule la délibération de subvention à la mosquée Eyyub Sultan

par Guillaume Krempp.
Publié le 10 novembre 2022.
Imprimé le 29 novembre 2022 à 08:46
1 278 visites. 1 commentaire.

Dans sa décision du jeudi 10 novembre, le tribunal administratif de Strasbourg donne raison à la préfecture du Bas-Rhin et à plusieurs élus Les Républicains. Ces derniers ont attaqué la délibération fixant les conditions d’une subvention à la mosquée Eyyub Sultan.

Une affaire mal gérée, jusqu’au bout. La délibération pour une subvention de près de 2,5 millions d’euros pour la construction de la mosquée Eyyub Sultan aura été un boulet pour la municipalité écologiste. Pour rappel, le soutien à ce chantier mené par la communauté musulmane Milli Görüs avait suscité un scandale national, alimenté par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Ce jeudi 10 novembre, le tribunal administratif de Strasbourg a décidé d’annuler le texte adopté par le conseil municipal le 22 mars 2021. Le président du tribunal suit ainsi les conclusions de la rapporteure publique lors de l’audience du 20 octobre.

Le tribunal administratif annule la délibération de subvention à la mosquée Eyyub Sultan. (Photo TV / Rue89 Strasbourg / cc)

Une renonciation « seulement temporaire » de l’association

Dans sa décision, le tribunal administratif liste les nombreuses irrégularités commises par la mairie de Strasbourg. Il rejette tout d’abord l’argument de la municipalité écologiste qui estime que la délibération du 22 mars est désormais sans objet, puisque l’association de la mosquée Eyyub Sultan a retiré sa demande. Ainsi, il est rappelé que « si l’association fait valoir qu’elle a entendu renoncer au bénéfice de la subvention, il ressort des termes de son courrier en date du 15 avril 2021, sans que cela soit sérieusement contesté, que cette renonciation est seulement temporaire. »

Le tribunal administratif reprend aussi l’un des arguments des cinq conseillers municipaux Les Républicains ayant attaqué cette délibération. Ces élus reprochent une information insuffisante en amont du vote, lors du conseil municipal du 22 mars 2021. Pour le président de l’audience Xavier Fassel, l’absence de précisions sur les difficultés de financement des constructeurs est « de nature à priver les membres du conseil municipal d’une information adéquate pour exercer utilement leur mandat ». En effet, Rue89 Strasbourg avait alors révélé que le plan de financement de l’association Milli Görüs reposait notamment sur des aides du département et de la région.

La commune a méconnu son propre cadre réglementaire

La municipalité écologiste n’a pas convaincu sur sa conception du cadre réglementaire local pour le soutien à la construction d’édifices religieux. Pour la mairie de Jeanne Barseghian, la délibération du 22 mars 2021 applique la même philosophie que celle de Fabienne Keller lors de la construction de la Grande Mosquée de Strasbourg au début des années 2000. Or le président du tribunal rappelle que « la demande de subvention de la Grande Mosquée Eyyub Sultan a été déposée postérieurement au démarrage de la construction et que l’association n’a, à aucun moment, présenté un plan de financement. » Ainsi le tribunal estime que « la commune de Strasbourg a méconnu le cadre réglementaire qu’elle s’était fixé elle-même pour l’examen des demandes de subventions au bénéfice d’associations cultuelles. »

L’un des derniers arguments du tribunal administratif porte sur le besoin local d’un édifice religieux tel que la mosquée Eyyub Sultan. La préfète du Bas-Rhin affirme que les capacités existantes pour l’accueil des fidèles musulmans sont suffisantes sur le territoire strasbourgeois. Or, comme l’indique le président du tribunal, la commune de Strasbourg n’apporte aucune preuve de tels besoins locaux en édifice religieux. « Dans ces conditions, l’existence d’un intérêt public local n’est pas établi », conclut-il.

La décision du tribunal administratif peut faire l’objet d’un appel jusqu’au 10 janvier 2023.

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste, en recherche d'enquêtes et d'impacts

En BREF

Lancement d’une association pour l’égalité de genre dans la culture samedi

par Pierre France. 497 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Une marche contre les violences sexistes et sexuelles samedi

par Maud de Carpentier. 319 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Manifestation spontanée mercredi contre une conférence anti-avortement au Parlement européen

par Maud de Carpentier. 1 080 visites. 1 commentaire.
×