« Nous fêtons Noël alors que des gens meurent à nos pieds »
Tribune 

« Nous fêtons Noël alors que des gens meurent à nos pieds »

Le collectif En Marge, constitué au lendemain de la publication d’un arrêté visant la mendicité au centre-ville de Strasbourg par le maire Roland Ries, réitère son opposition, au moment où le texte est réactivé et que trois SDF ont trouvé la mort en un mois.

L’arrêté municipal du 25 avril 2019, dit arrêté « anti-mendicité agressive » n’a aucun effet concret. Il sert de totem posté à l’entrée d’une ville marchande dont l’espace doit servir à faire du shopping et du tourisme, où l’individu doit être un consommateur. Il est devenu le symbole d’une ville inhospitalière pour ses habitants.

Son retrait est un objectif pour la prochaine ou le prochain maire de Strasbourg. Les règlements municipaux en matière de propreté, salubrité et de tranquillité dans le domaine public sont anciens et cet arrêté n’accorde aucun nouveau pouvoir à la police. Pire, le bilan que l’on peut en retirer depuis sa mise en place démontre sa totale inutilité. La comparaison des mains courantes des périodes d’avril à septembre 2018 et en 2019 relevant du champ de l’arrêté (période et horaires) le démontre : 42 en 2018 et 43 en 2019. Sur ces 85 mains courantes, seules 13 en 2 ans ont fait l’objet d’une verbalisation par les forces de l’ordre.

Manifestation de Strasbourg Action Solidarité contre l'arrêté anti-mendicité et pour l'hébergement des personnes sans-abri, vendredi 22 novembre à Strasbourg. (Photo remise)
Manifestation de Strasbourg Action Solidarité contre l’arrêté anti-mendicité et pour l’hébergement des personnes sans-abri, vendredi 22 novembre à Strasbourg. (Photo remise)

Il sert uniquement la communication d’un acteur précis désirant modeler la ville à son avantage : la Chambre de Commerce et d’Industrie et son représentant local, les Vitrines de Strasbourg.

L’arrêté anti-mendicité a en effet été pris suite à leur lobby : « il en va du dynamisme et de la réputation de Strasbourg, » selon MM. Heimburger et Bauer dans les DNA du 18 mai 2019. La Ville-Vitrines ne s’embarrasse pas des catégories sociales qui lui sont inutiles, en particulier les personnes en errance et en difficulté. Rappelons ici que l’espace public appartient à toutes et à tous et qu’il n’a pas seulement une fonction marchande.

« Il est désormais interdit de s’arrêter rue des Grandes-Arcades »

Habitantes et habitants de Strasbourg, prenez conscience que la Ville-Vitrines est vecteur d’exclusion des plus démunis d’entre nous : mobilier anti-SDF, refus de vente de boissons chaudes après 17h place d’Austerlitz, etc.

Habitantes et habitants de Strasbourg, considérez qu’il vous est maintenant interdit de vous arrêter de manière prolongée d’avril à septembre et pendant le Marché de Noël, sur les places du Marché-Neuf et du Temple-Neuf et rue des Grandes-Arcades, si tant est qu’il vous serait encore agréable de le faire ! Les conséquences de l’exclusion des plus démunis s’imposent à tout le monde.

Cette Ville-Vitrines n’est pas le reflet d’une ville hospitalière, mais celui d’une ville du mépris et de l’intérêt particulier. En ces temps électoraux propices aux débats sur l’avenir de Strasbourg, il est bon d’ériger et d’abattre les symboles !

Manifestation de Strasbourg Action Solidarité contre l'arrêté anti-mendicité et pour l'hébergement des personnes sans-abri, vendredi 22 novembre à Strasbourg. (Photo remise)
Manifestation de Strasbourg Action Solidarité contre l’arrêté anti-mendicité et pour l’hébergement des personnes sans-abri, vendredi 22 novembre à Strasbourg. (Photo remise)

Mesdames, Messieurs les candidats aux élections municipales, inscrivez le retrait de l’arrêté anti-mendicité dans vos programmes politiques pour la Ville de Strasbourg !

Au-delà de cette stigmatisation, c’est aussi la mort qui vient chercher ces citoyens et citoyennes : 3 décès en 1 mois à Strasbourg de personnes vivant à la rue. À grand renfort de communication, la préfecture annonce dans sa grande mansuétude “mettre à disposition” 321 places d’hébergements supplémentaires dans le Bas-Rhin pour le plan hiver, quand le manque d’hébergements et de logements correspond plutôt à des besoins de 1 500 places pour l’Eurométropole de Strasbourg.

« Nous demandons un plan d’urgence pour sortir de la crise du logement »

Aujourd’hui nous pouvons affirmer que la continuité et l’inconditionnalité de la mise à l’abri n’est pas assurée. Aujourd’hui l’on fait porter toute la responsabilité aux personnes refusant des hébergements. À savoir que les hébergements d’urgence ne sont ni adaptés aux profils, ni garantis sur une longue période (parfois seulement pour une seule nuit).

Les hébergements de plus longue durée se trouvent parfois dans des lieux indignes (appartements et lieux surpeuplés, conditions d’insalubrité constatées, présence de puces de lit, horaires d’accueil et de sortie non
adaptées) et ne sont pas plus adaptés aux besoins des personnes (personnes en couple, familles, personnes avec des animaux).

Nous demandons aux services de l’Etat, un plan d’urgence pour faire face à la crise, associant personnes de la rue, acteurs associatifs et professionnels de terrains, ainsi qu’un réel effort en matière de proposition d’hébergements et de logements afin de garantir un habitat digne à toutes et tous.

L'AUTEUR
Le Collectif En Marge
Le Collectif en Marge regroupe des citoyennes et des citoyens bien ou mal-logés en lutte contre la précarité à Strasbourg.

En BREF

Manifestation contre la réforme des retraites jeudi

par Pierre France. 5 347 visites. 11 commentaires.

Grève du 5 décembre : toutes les perturbations à Strasbourg

par Guillaume Krempp. 34 610 visites. 30 commentaires.

89dB, l’émission de radio du Rue89 Strasbourg, paye son Noël ce vendredi !

par Tristan Kopp. 428 visites. 2 commentaires.