Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Après trois années et encore plein d’idées, Rue89 Strasbourg en appelle à ses lecteurs
Back Office
Le blog de la rédaction de Rue89 Strasbourg. Annonces, nouveautés, envies, galères et autres joyeusetés.
Back Office blogs 

Après trois années et encore plein d’idées, Rue89 Strasbourg en appelle à ses lecteurs

par Pierre France.
Publié le 19 mai 2015.
Imprimé le 28 octobre 2021 à 00:29
6 280 visites. 17 commentaires.
La fine équipe qui réalise votre média local favori tous les jours (Photo Nicolas Gall)

La fine équipe qui réalise votre média local favori tous les jours (Photo Nicolas Gall)

Rue89 Strasbourg ne voit pas le temps passer ! On fête nos trois ans et on a une myriade d’idées en tête pour la suite, avec un nouveau site et plus de contenus. Et pour ça, on a besoin de vous chers lecteurs !

C’est l’avantage avec Internet, tout va plus vite. On n’a même pas le temps de fêter la millionième page vue qu’on en a le double, on cherche le 10 000e fan Facebook et il est déjà has been… Alors à Rue89 Strasbourg, on a décidé de se poser un peu et de dire qu’on a trois ans là maintenant, même s’ils sont déjà un peu dépassés, et de voir ce qu’on peut faire pour la suite.

Parce que Rue89 Strasbourg, vous y avez pris goût si on en croit nos chiffres d’audiences fournis par Google :

Chaque jour, vous êtes entre 10 et 20 000 Strasbourgeois à venir prendre une dose d’actu locale vitaminée sur Rue89 Strasbourg, et ça nous fait bien plaisir.

La pub digitale locale, une économie balbutiante

Pour autant, on ne va pas se mentir, on n’est pas des nababs des médias. Notre modèle économique est ancien : il s’agit de monnayer cette formidable audience pour un site d’infos locales auprès d’annonceurs qui peuvent ainsi diffuser leurs actualités (saisons culturelles, programmes immobiliers, jambon en promo…). On pourrait croire que la mécanique est éprouvée, il n’en est rien car Internet, vous savez, c’est compliqué.

Lorsque nous avons débuté en février 2012, personne ne vendait d’encarts « juste pour le web », les formats numériques étaient au mieux couplés avec une campagne imprimée, et le plus souvent offerts. Il a fallu créer le marché, c’est Régis, notre commercial de choc qui s’y est attelé avec l’opiniâtreté du moine missionnaire en terre impie. Aujourd’hui, Rue89 Strasbourg peut compter sur un portefeuille de clients fidèles. Qu’ils soient ici remerciés puisque sans eux, nous n’aurions jamais fêté d’anniversaire du tout.

Une soirée pour le lancement de notre campagne de financement le 21 mai

Chaque année, notre chiffre d’affaires est en progression mais l’équilibre économique n’est pas encore atteint. Or, Rue89 Strasbourg n’est pas adossé à un puissant groupe médiatique ou bancaire capable de le financer pendant des années. Rappelons le, Rue89 Strasbourg est édité par la SARL Médialab, une société immatriculée à Strasbourg, fondée et détenue par Laurent Jassaud, Marie Marty et votre serviteur.

Du coup, on est un peu coincés pour progresser, car nous n’avons aucun moyen d’investir alors que l’actualité locale nous rappelle chaque jour que ce n’est pas le moment de s’endormir ! C’est pourquoi on a pensé à vous, chers lecteurs, pour nous aider à franchir ce cap en participant à partir de 7€ à notre campagne de financement participatif, ou crowdfunding comme on dit dans le jargon des startups branchées, sur Ulule.

Un Rue89 Strasbourg tout neuf, foisonnant

Notre projet propose de rénover en profondeur le site web, en proposant une maquette plus éclairée, plus agréable à lire et en ajoutant de nouvelles rubriques et de nouvelles fonctions. L’objectif est de propulser le site bien au delà de ce qui existe ailleurs, grâce à une pléthore de petites idées qui vont plaire à tous ceux qui s’informent sur Internet et qui s’intéressent aux infos locales et à leur environnement quotidien.

Pour rester volontairement vague, disons qu’outre les améliorations visuelles, des fonctionnalités vont s’atteler à rapprocher la rédaction des Strasbourgeois, pour que d’une part nous puissions mieux vous connaître et plus facilement vous solliciter, pour un témoignage par exemple, et que vous puissiez également plus simplement nous transmettre des informations. Il y aura aussi des systèmes pour interagir bien plus directement sur l’information locale que par le seul fait de commenter, comme actuellement.

Oui, c’est frustrant, mais on ne peut en dire plus. Des informations seront diffusées tout au long de la campagne, via la plate-forme de financement Ulule.

Gardons l’info locale gratuite

Pour augmenter nos recettes, on pourrait rendre l’accès au site payant. C’est un virage amorcé par nombre d’éditeurs, constatant que les revenus publicitaires ne permettent pas de financer un journalisme de qualité. Les niveaux de prix sur la pub digitale sont en effet adaptés à des sites de « buzz », qui publient à la mitrailleuse des articles rédigés en cinq minutes et souvent futiles.

À Rue89 Strasbourg, on n’a rien compris parce qu’on fait exactement l’inverse. Chaque enquête que nous publions, on a mis du temps à la rédiger, nos journalistes ont dû proposer plusieurs versions avant de pouvoir saisir le texte final dans notre outil de publication, on a appelé tout le monde, on a attendu jusqu’au dernier moment qu’on nous rappelle, etc. Économiquement, c’est un non sens de travailler comme ça.

Oui mais voilà, ce qui nous guide, c’est l’intérêt général, l’information du citoyen. C’est un peu pompeux à dire comme ça, mais c’est pourtant sur ces bases qu’on fait reposer tous nos sujets, chaque lundi lors de notre conférence de rédaction. Et c’est peut-être ce qui a contribué à ce que vous soyez aussi nombreux à nous lire chaque jour…

En faisant payer l’accès, on restreint l’information à une poignée de lecteurs, généralement des acteurs de la cité qui sont aussi souvent les sujets des articles… Or notre grand frère parisien Rue89 a été fondé en 2007 justement pour sortir de cette information circulaire, formatée et institutionnelle, avec l’ambition d’inclure le citoyen, l’internaute, dans la fabrique de l’info. Cette promesse, nous y sommes toujours fidèles et c’est pour ça qu’à notre avis, il faut garder l’accès à l’info gratuit.

Une coproduction de l’info gratuite à venir

Tout en gardant l’objectif de la gratuité en tête, nous allons ajouter des possibilités pour que les Strasbourgeois puissent « coproduire » avec nous leurs informations. Les plus concernés parmi nos lecteurs savent déjà qu’ils peuvent financer cette gratuité de l’info locale en faisant un don tous les mois de 4€ à Rue89 Strasbourg via J’aime l’info, mais pour l’instant, à peine 150 personnes ont souscrit cet abonnement. Il en faudrait mille pour bien faire, on a encore du chemin.

Nous allons donc proposer prochainement la possibilité de réaliser des « micro-paiements » à l’article, via une plate-forme qui débute, LaterPay. On se rapprochera alors d’un « financement d’intérêt » de la part des lecteurs, mais si ça marche, ce ne sera pas non plus la panacée car on sera alors tentés de s’intéresser plus souvent aux sujets dont on saura qu’ils seront bien financés…

La solution économique pour un site d’infos locales est dans la mise en œuvre d’un mix de ces solutions de revenus : la publicité, les abonnements, les micro-paiements et d’autres activités. On a bien l’intention de mettre tout ça en place, pour continuer à vous proposer tous les jours une information locale de qualité, à notre avis indispensable pour une métropole comme Strasbourg. Et on espère que vous embarquerez avec nous vers cet objectif.

Aller plus loin

Sur Ulule : participer à la campagne de financement participatif de Rue89 Strasbourg

Voir tous les articles de ce blog
Article actualisé le 15/03/2018 à 10h14
L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Fin de l’hébergement à l’hôtel F1 de Geispolsheim, une vingtaine de personnes à la rue

par Maël Baudé. 5 265 visites. 2 commentaires.

Reprise de l’usine Aptis : l’offre de Punch rejetée par Alstom

par Maud de Carpentier. 565 visites. 2 commentaires.

Stocamine : la justice annule le stockage illimité des déchets toxiques

par Jean-François Gérard. 1 154 visites. 3 commentaires.
×