Un ras-le-bol de tous bords, rencontres avec des « gilets jaunes »
L'actu 

Un ras-le-bol de tous bords, rencontres avec des « gilets jaunes »

Dans le Bas-Rhin, la mobilisation du 17 novembre a fédéré des mécontents de tous bords politiques et de toutes conditions. Ils sont jeunes ou retraités, précaires ou aisés, de gauche ou pro-FN. Rencontres.

Anaïs, d’un village près des Vosges, agent de fabrication en intérim, 29 ans

Anaïs, d’un village près des Vosges, agent de fabrication en intérim, 29 ans. (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

C’est le grand jour pour Anaïs. Pour la première fois, cette mère de deux enfants organise un mouvement de contestation. Au cours des deux dernières années, elle a manifesté contre la loi Travail et la réforme de la SNCF.

Samedi, cette habitante d’un village près des Vosges coordonne la mobilisation des gilets jaunes dans tout le Bas-Rhin. Au volant, elle enchaîne les appels téléphoniques : « C’est un bordel mais on essaye quand même d’organiser tout ça. »

Seule source de revenu de la famille, Anaïs galère à boucler les fins de mois. Elle travaille en tant qu’agent de fabrication intérimaire. Le mois dernier, son entreprise a fermé pendant trois semaines. Alors elle s’en sort en « mangeant des pâtes » et en « se privant de sorties avec les enfants. » « J’avais prévu d’acheter les cadeaux des enfants pour Noël, mais je ne peux pas me le permettre », souffle-t-elle.

Interrogée sur ses opinions politiques, Anaïs évite la question. Elle s’explique : « C’est justement parce qu’on ne parle pas de partis que le mouvement est un succès. » L’organisatrice admet tout juste : « Je ne suis clairement pas de droite. » Sur les suites à donner au mouvement, elle réplique par un classique des manifestations de gauche : « On lâche rien. »

Eric (le prénom a été modifié), des alentours de Geispolsheim, 60 ans

Au volant de son 4×4 Suzuki, Eric se décrit comme un privilégié. À 61 ans, il a eu plusieurs métiers, à la fois dans le public et le privé. Mais l’homme au gilet jaune tient à relativiser son aisance financière : « On est pas riche à partir de 4 000 euros par mois pour un couple. »

Eric tire son mécontentement d’un « président de la France de très haut, qui protège la finance mondialisée. » Il fustige la « dictature du politiquement correct » avant de discourir sur « le problème de l’immigration économique. » Après avoir voté pour Christine Boutin, puis Nicolas Sarkozy, « par défaut », le manifestant ne croit plus en aucun parti politique. Cet adepte de la démocratie participative apprécie l’absence d’organisation syndicale dans le mouvement. Il ne se souvient plus de sa dernière manifestation : « C’était quand j’étais étudiant, dans les années 80 contre la loi Devaquet peut-être. »

Carine et Cyril, Benfeld, ouvrier dans le bâtiment et animatrice dans une crèche, 27 et 31 ans

Carine et Cyril, Benfeld, ouvrier dans le bâtiment et animatrice dans une crèche, 27 et 31 ans.

Chaque jour, Carine et Cyril font plus de 100 kilomètres. Le couple vit à Benfeld. Le matin, Cyril démarre son pick-up pour se rendre sur des chantiers dans toute l’Alsace : « Je suis obligé d’avoir un 4×4, je ne peux pas me rendre à certains endroits avec une voiture normale. » Il gagne près de 1 500 euros par mois en travaillant dans le bâtiment. Carine tire 1 200 euros de son emploi d’animatrice en crèche. Avec l’augmentation du prix de l’électricité, du gaz et du carburant, ils ont dû faire des sacrifices : « On a vendu du mobilier récemment. Mais ce qui me fait le plus mal, c’est d’avoir vendu ma tronçonneuse alors que je suis un passionné du travail du bois. » Pour s’approcher de leurs lieux de travail, ils déménagent bientôt : « On passe d’un quatre pièces à un deux pièces et on s’éloigne de nos familles », râle le conducteur.

Carine manifeste pour la première fois. Petite-fille d’une ancienne femme de ménage, elle se désole de la situation des retraités : « Ma grand mère a une retraite de 400 euros par mois. Heureusement, mon grand père gagnait un peu plus. Ça lui permet de percevoir une pension un peu plus élevé. » La femme de 27 ans explique son opposition à l’actuel président : « C’est le président des très riches, même Hollande le dit. » Cyril ne cache pas ses opinions politiques :

« Je suis Le Pen, et j’ai toujours été Le Pen. Elle, (Marine Le Pen, ndlr) elle a compris ce qu’il faut faire pour que les gens puissent vivre. »

Christian, Lipsheim, retraité, 61 ans

Christian, Lipsheim, retraité, 61 ans.

Ancien cadre dans une filiale de Siemens, Christian n’est pas là pour son pouvoir d’achat. Il préfère parler d’injustice : « Macron supprime l’impôt de solidarité sur la fortune et en même temps il prend de plus en plus aux classes moyennes. » Questionné sur ses principales préoccupations politiques, il se lâche volontiers sur l’immigration : « Les Roumains nous pillent tous. Quand ils volent du cuivre dans les câbles de la SNCF, c’est le contribuable qui paye. » Alors l’Alsacien vote pour le Rassemblement National : « C’est le seul parti qui ose dire ce qui ne va pas. »

L’écologie? Très peu pour Christian : « C’est une préoccupation secondaire quand les gens se demandent comment trouver du boulot ou comment bouffer à la fin du mois. » L’autre ennemi de cet habitant de Lipsheim, c’est le libéralisme. Le retraité en vient à désirer un régime autoritaire :

« Parfois, je me dis que je préférerais un Poutine. Il n’en a rien à foutre des autres. C’est un peu une dictature en Russie, mais si tu marches droit, tu n’as pas de problème. »

Stéphane, Eckbolsheim, informaticien, 36 ans

Stéphane (au premier plan), Eckbolsheim, informaticien, 36 ans.

« C’est toujours le plus bas de l’échelle qui trinque. » Chez Stéphane aussi, un sentiment d’injustice prédomine. L’informaticien a vu sa facture d’essence monter à 100 euros par mois. Cet habitant d’Eckbolsheim regrette de devoir se serrer la ceinture : « Depuis quelques mois, on fait moins de sorties au restaurant ou au cinéma. » Adhérent du syndicat CFDT, il n’en est pas à sa première manifestation : « L’année dernière, j’avais rejoint des amis infirmiers pour protester contre leurs conditions de travail. » Au second tour des élections présidentielles, Stéphane s’est abstenu : « J’étais plutôt dans l’optique de Mélenchon. Ses idées me plaisaient. »

Maïté et Thomas, Lampertsloch, informaticien et salariée d’une maison d’accueil spécialisée pour les handicapés, 24 ans

Maïté et Thomas, Lampertsloch, informaticien et salariée d’une maison d’accueil spécialisée pour les handicapés, 24 ans.

Les enceintes de la voiture diffusent un son mêlant électro et reggae. Thomas et Maïté enchaînent les clopes. « Fumer est devenu un luxe. On pourrait pas se le permettre si on allait pas chercher nos clopes au Luxembourg », assure l’informaticien au volant. La méthode est la même pour les courses et le carburant : « On achète presque tout en Allemagne », ajoute-t-il. Récemment, le coût du carburant est devenu une nouvelle contrainte pour le couple. Ensemble, ils gagnent près de 3000 euros par mois.

« On a déménagé de Bischheim pour payer moins de loyer et de taxe d’habitation. On s’est éloigné de nos lieux de travail alors avec la hausse des tarifs, la facture pour le gasoil a explosé. Chaque mois, on dépense plus de 300 euros pour se déplacer… »

Au premier tour de l’élection présidentielle, Thomas a donné son vote aux Verts. Maïté s’est exprimé en faveur du parti animaliste. Elle aimerait vivre plus en accord avec ses convictions écologiques :

« J’aimerais consommer plus de produits bio et issus de circuits courts. Mais le problème derrière tout ça, c’est le pouvoir d’achat. Pour l’instant, tout ce qu’on peut faire, c’est trier et avoir un compost. »

Si le mouvement continue, Thomas sera parmi les gilets jaunes dans la journée de dimanche. Maïté assure qu’elle prendra le relais lundi. Leurs attentes ? La remise en place de l’ISF et un meilleur traitement des retraités. Mais pour elle, il y a encore un autre sens à cette mobilisation : « Que le gouvernement voit enfin à quel point les Français galèrent. »

Beaucoup de barrages et quelques blessés en Alsace

Les principaux points de blocages dans le Bas-Rhin ont eu lieu au nord et dans le centre-ville de Sélestat, aux barrières de péage de Monswiller et de Schwindratzheim, au tunnel de Schirmeck, sur l’A4 et l’A35 à l’entrée de Strasbourg, dans la zone commerciale d’Haguenau, au rond point de la colonne à Dorlisheim, à la sortie de l’autoroute A4 à Sarre-Union, à la zone commerciale d’Obernai, sur la RN4 au niveau de Wasselonne, au rond-point de la RD 1062 à Gundershoffen, au niveau de la frontière allemande à Roppenheim, à Illkirch-Graffenstaden au niveau du centre commercial de Baggersee…

Dans le Haut-Rhin, les gilets jaunes ont installés des blocages à Colmar, au rond-point de la statue de la Liberté, à Saint-Louis au rond-point du cimetière, à Kingersheim, Illzach aux ronds-points proches du centre commercial Île Napoléon, Soultz et au péage de Fontaine. Des barrages filtrants et des opérations escargot ont été organisés à Sainte-Marie-aux-Mines, Altkirch, Bitschwiller-les-Thann, Wintzenheim, à l’entrée de l’A35 entre Mulhouse et Saint-Louis…

Une manifestante a été blessée à Sélestat samedi matin par un véhicule dont le conducteur a été interpellé en fin de matinée. Une manifestante à pied a été blessée par un manifestant en véhicule à Obernai. À Strasbourg, un motard de la police nationale, engagé pour la sécurité de la mobilisation, a été grièvement blessé au cours d’un choc frontal avec un véhicule, à bord duquel se trouvait deux non-manifestantes. Un véhicule a bousculé un barrage filtrant à Sélestat faisant deux blessés légers. À Saint-Louis, une voiture a également tenté de forcer un barrage, faisant deux blessés légers.

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste en alternance depuis la rentrée 2017.

En BREF

Vendredi 26 avril, une marche contre les violences conjugales et les féminicides

par Cassandre Leray. Aucun commentaire pour l'instant.

[Annulé] – Invité de l’apéro : Musah Recepovic de la Scène de Strasbourg

par Rue89 Strasbourg. Aucun commentaire pour l'instant.

Le journaliste strasbourgeois Gaspard Glanz arrêté à Paris, en marge de la manifestation des Gilets jaunes

par Pierre France. 2 590 visites. 5 commentaires.