Plus de dix ans d’abandon pour l’ancien hôpital psychiatrique de Hoerdt
Environnement 

Plus de dix ans d’abandon pour l’ancien hôpital psychiatrique de Hoerdt

actualisé le 14/01/2020 à 15h13

En photos, balade dans l’ancien hôpital psychiatrique de Hoerdt, au nord de Strasbourg. Préservé, cet ensemble vide aux allures de village attend son avenir.

Déménagé en 2008 en raison de sa proximité avec la raffinerie de Reichstett, fermée trois an plus tard, l’Établissement Public de Santé d’Alsace du Nord (Epsan) de Hoerdt est toujours en bon état. Verdoyant, cet ensemble de bâtiments chargé d’histoire semble avoir été quitté d’un seul coup. Par les fenêtres, on distingue des chaises ou du linge entreposé.

Propriété de l’État, ce site toujours surveillé attend une nouvelle vie depuis plus d’une décennie. Dans de larges allées, bâtiments historiques en pierre y côtoient des constructions en béton plus récentes. En janvier 2019, le président de l’Eurométropole Robert Herrmann (PS) proposait d’y installer une nouvelle prison annoncée dans le secteur de Strasbourg.

Ouvert en 1861, cet établissement accueillait une population marginale, de mendiants, vagabonds, infirmes ou enfants abandonnés, dans le but de les réintégrer à la société par le travail et la religion. Il se transforme au XXè siècle en hôpital psychiatrique, puis en Epsan. Un Ehpad y fut aussi implanté.

De vastes allées

Les grandes allées et les bâtiments en pierre ponctuent l’ensemble de la structure. (Photo Jean-François Gérard / Rue89 Strasbourg / cc)
L’établissement a fait l’objet d’un livre paru en 2016 : « L’hôpital de Hoerdt, 150 ans au service de la dignité humaine »
L’allée qui mène à l’ancien établissement.

Les bâtiments

L’ancien bloc médical.
Les bâtiments sont toujours en bon état, mais l’horloge est en panne.
Quelqu’un a oublié son fauteuil dehors.

Le retour de la nature

À d’autres endroits, la nature a repris ses droits.
Sapins et bouleaux sont nombreux tout autour des bâtiments.

Les chapelles

La chapelle protestante.
La chapelle catholique
De beaux vitraux autour dans la végétation

Comme un abandon soudain

Certains bâtiments semblent avoir été subitement abandonnés.
Par la fenêtre, on distingue une ancienne laverie.
Des traces de Noël toute l’année.
Le téléphone ne sonne plus.
Mais la chaufferie fonctionne toujours.
L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

Incompréhensions après des expulsions à l’Hôtel de la rue

par Pierre France. 5 519 visites. 6 commentaires.

Deuxième pic de pollution aux particules de l’année, les transports moins chers dans l’Eurométropole

par Buket Bagci. 1 140 visites. 1 commentaire.

Trois manifestations en trois jours contre les retraites par points

par Buket Bagci. 4 048 visites. 3 commentaires.