Zhu Xianmin, l’oeil de la Révolution Culturelle, à La Chambre jusqu’à Noël
Aux haz'arts
Étudiants du Master Critique-Essais, nouvelle génération à la rencontre de la scène culturelle strasbourgeoise, nous avons à cœur de mêler regard critique et sensibilité curatoriale sur l'actualité artistique.
Aux haz'arts  blogs 

Zhu Xianmin, l’oeil de la Révolution Culturelle, à La Chambre jusqu’à Noël

actualisé le 22/11/2018 à 16h55

©Zhu Xianmin, Milice féminine patrouillant à la frontière de la Mongolie Intérieure, 1969

Du 10 octobre au 23 décembre 2018, La Chambre consacre une exposition monographique au photographe chinois Zhu Xianmin. Pendant la Révolution culturelle, l’artiste produit des images qui témoignent des mutations sociales et politiques de l’époque. Ses photographies sont dévoilées au grand public pour la première fois en Europe.

En plein cœur de Strasbourg, La Chambre se pare des couleurs et des symboles de la Chine maoïste. Dès l’entrée, le décor est planté : deux jeunes femmes, l’une tenant un fusil et chacune portant un brassard rouge, posent fièrement devant le drapeau de la République Populaire de Chine. Imaginée par les commissaires d’exposition François Cheval et Audrey Hoareau du collectif The Red Eye, l’exposition Zhu Xianmin invite à faire un bond dans le passé au cœur de la Grande révolution culturelle prolétarienne. Le photographe chinois observe un pays en mutation profonde conciliant son amour du peuple avec l’idéologie du moment.

©Zhu Xianmin, Jeunes Gardes Rouges recevant une leçon d’agriculture, 1968

The Red Eye

François Cheval et Audrey Hoareau ont cofondé en 2016 la structure The Red Eye. Leur démarche consiste à organiser des expositions en France et à l’étranger dans le but de promouvoir, défendre et valoriser la photographie sous toutes ses formes et s’adressant à tout type de lieux. Également, The Red Eye a cofondé et codirige depuis décembre 2017, avec Duan Yuting et son équipe, le Lianzhou Museum of Photography, le premier musée public dédié à la photographie en République Populaire de Chine.

Entre réalité et propagande

L’exposition est organisée autour de plusieurs thématiques (le rôle du parti dirigeant, la défense de la patrie socialiste, la danse de la loyauté) qui donnent à découvrir l’ampleur du projet révolutionnaire planifié et orchestré par le « Grand Timonier », Mao Zedong lancé en 1962 jusqu’au début des années 1980. Une photographie donne à voir un groupe de jeunes femmes qui marchent en rythme, d’un pied ferme et impérial dans les champs.

L’idéologie politique marque l’ensemble de la vie sociale. Au champ, à l’usine ou à l’école, les photographies de la vie quotidienne semblent mises en scène, de la même manière que les images de propagande. Les visages heureux aux sourires figés et abondants révèlent une composition soignée et pensée. Mais, ce caractère artificiel interpelle et intrigue. L’exposition ne s’accorde pas à définir de manière explicite les productions de l’artiste qui sèment le doute. S’agit-il d’une pure imagerie de propagande ?

©Zhu Xianmin, Élèves et professeurs d’une école du 7 mai accueillent des représentants militaires du régime, 1974

« L’œil de la vérité »

Photographe officiel de la République populaire de Chine, Zhu Xianmin (né en 1943 à Pucheng, dans la province de Shangdong) travaille à l’époque sur commande, avec la mission de magnifier le grand récit national. Prenant ses distances avec la photographie occidentale « bourgeoise », l’artiste chinois veut développer une esthétique populaire et révolutionnaire. Même mises en scène, ses images présentent la banalité du quotidien : les travaux agricoles, une scène de liesse entre des ouvrières du textile, un repas de famille.

En 1987, le photographe français Henri Cartier-Bresson confiait à Zhu Xianmin : « Tu es pourvu des yeux de l’intelligence du cœur, capables de discerner le vrai ; l’œil de la vérité est éternellement tourné vers la vie. » L’artiste valorise la simplicité des petites gens de l’arrière-pays chinois, dont lui-même est issu. Son grand talent est de saisir avec finesse une atmosphère, une émotion, un instant.

Le portrait d’une petite fille aux yeux malicieux, à hauteur de spectateur, renforce le sentiment de proximité et d’identification. La scénographie favorise l’immersion dans les photographies en variant les formats et les modalités d’accrochage. Si les images de l’artiste, à la charnière de l’idéologie et du réel, restent ambiguës, les filtres politiques s’atténuent souvent, laissant transparaître son regard singulier et chaleureux.

Vue de l’exposition Zhu Xianmin à La Chambre (photo Gwenaëlle Fenon)

Au-delà de la simple illustration historique, l’exposition donne à découvrir un moment décisif de la photographie chinoise, très peu connue en Occident. Sous contrôle politique, les marges de liberté du photographe sont minces. L’inventivité visuelle de Zhu Xianmin est d’autant plus remarquable. L’exposition s’arrête à l’orée des années 1980 et des réformes économiques. À l’ouverture du pays par Deng Xiaoping, l’artiste abandonne la narration nationaliste et s’engage alors dans la photographie documentaire en révélant une réalité sans fard, et miroir de sa propre sensibilité.

Aller plus loin

En partenariat avec le cinéma Star, la Chambre propose la projection du film Les âmes mortes de Wang Bing (2018) en plusieurs volets: la partie 2 (2h44) à partir du 21 novembre et la partie 3 (2h56) à partir du 28 novembre 2018.

Y aller

Zhu Xianmin
Lieu : La Chambre
Date(s) : Du Sa.10 au Di.23 de 14h à 19h
Voir l'événement sur jds.fr

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Gwenaëlle Fenon
Gwenaëlle Fenon est étudiante en Master 2 Critique-Essais, écritures de l’art contemporain à l’Université de Strasbourg. Elle a déjà publié pour Transversalles et The Art Momentum. Elle s’intéresse aux flux et mobilités culturelles induites par la mondialisation. Elle étudie les formes esthétiques questionnant la notion de métissage et d’identité dans une perspective postcoloniale.

En BREF

Concordia contre Schiltigheim : la réponse de la Ville

par Rue89 Strasbourg. 2 178 visites. 12 commentaires.

Le Sénat arrache l’achèvement de la ligne TGV Rhin-Rhône

par Pierre Pauma. 1 041 visites. 1 commentaire.

Qui en veut aux panneaux « tourne à droite » cyclistes ?

par Pierre France. 3 110 visites. 11 commentaires.