Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
En Alsace, le personnel soignant craint une deuxième vague « tout aussi catastrophique »
Société 

En Alsace, le personnel soignant craint une deuxième vague « tout aussi catastrophique »

par Guillaume Krempp.
Publié le 7 avril 2020.
Imprimé le 24 septembre 2021 à 02:04
24 295 visites. 1 commentaire.

À Mulhouse, Colmar et Strasbourg, le personnel soignant constate une baisse du nombre de passages quotidiens aux urgences. Mais les professionnels de santé craignent que ce signal positif ne mène à un relâchement du confinement.

« Parler de déconfinement aujourd’hui est délétère », estime Jean-Philippe Mazzucotelli. Le chef de service de chirurgie cardiaque aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg (HUS) a bien constaté une baisse de l’activité des urgences strasbourgeoises depuis quelques jours : 158 passages le jeudi 2 avril, contre 108 passages le dimanche 5 avril. Mais pour le chirurgien, cette évolution reste fragile : « Il ne faut surtout pas crier victoire. Le confinement reste fondamental pour éviter une deuxième vague. »

« Le confinement reste fondamental pour éviter une deuxième vague », estime Jean-Philippe Mazzucotelli, chef de service de chirurgie cardiaque aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg (HUS). (Document remis)

Un nouvel afflux redouté

Mi-mars, Jean-Philippe Mazzucotelli craignait une situation de « médecine de guerre » dans les hôpitaux alsaciens. Trois semaines plus tard, le chirurgien estime que le pire a été évité « grâce au dévouement exceptionnel du personnel soignant, à l’ouverture de nouveaux lits et aux transferts vers l’Allemagne, la Suisse, le Luxembourg et dans d’autres régions françaises (288 personnes à la date du 6 avril). » Face à l’éventualité d’un confinement moins respecté, le chef de service redoute un nouvel afflux de patients en Alsace :

« Est-ce qu’on pourra toujours transférer des dizaines de patients dans les prochains jours ? Si non, la saturation sera dramatique et on devra choisir qui réanimer par manque de places… »

Si les transferts de patients n’étaient plus possible, une deuxième vague de la pandémie aurait des conséquences dramatiques, selon le chirurgien Jean-Philippe Mazzucotelli. (Photo Jérémie Rumpler)

« On était à deux doigts d’une implosion »

Dans le Haut-Rhin, le personnel soignant constate aussi une baisse de l’activité. Le directeur des urgences de Colmar évoque un pic à 65 patients Covid chaque jour : « Depuis le 5 avril, on reçoit entre 30 et 35 patients par jour. » Un « vrai soulagement » pour Yannick Gottwalles, dont l’établissement connaît enfin un semblant de répit : « Le personnel est moins sous pression, on dispose de tout l’équipement au niveau des protections, les procédures sont rodées, on ne manque pas de places… »

Mais le chef des urgences colmariennes craint aussi un relâchement dans le confinement. « Un nouvel afflux de patients serait catastrophique », prévoit Yannick Gottwalles. Le directeur rappelle qu’un service de dix lits de réanimation fermera d’ici peu : « Le personnel de la réserve sanitaire doit être réaffectée. » Selon le directeur, « il faut au moins prolonger le confinement de deux à quatre semaines. C’est la seule arme actuellement disponible pour que le virus ne circule pas. »

Le directeur redoute aussi l’impact psychologique qu’aurait une deuxième vague de Covid-19 sur son personnel déjà éprouvé : « Au début de la crise, on était à deux doigts d’une implosion totale des urgences… », rappelle Yannick Gottwalles.

« On reste sur nos gardes »

Dans le Haut-Rhin, 1 105 personnes suspectées Covid-19 étaient hospitalisées le jeudi 2 avril. Quatre jours plus tard, le département comptait 1 040 hospitalisations liées au coronavirus. Victor, infirmier-urgentiste au centre Emile Muller à Mulhouse, confirme cette tendance à la baisse : « Si on mélange Covid et non-Covid, on est passé de 180 passages quotidiens aux urgences à 80. C’est reposant… » Mais l’urgentiste refuse de s’exprimer sur le pic : « Nos médecins nous disent d’attendre jusqu’au 15 avril pour se prononcer. En attendant, on reste sur nos gardes. »

Article actualisé le 08/04/2020 à 16h04
L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste, en recherche d'enquêtes et d'impacts

En BREF

Faible opposition contre MackNext à Plobsheim, commune rurale rattrapée par l’urbanisation

par Martin Lelievre. 1 389 visites. 16 commentaires.

Visites de quartier, ateliers et spectacles : Hautepierre fête ses 50 ans

par Martin Lelievre. 608 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Après l’évacuation du camp de la Montagne Verte, des personnes logées et des tentes subtilisées aux associations

par Thibaut Vetter. 4 319 visites. 8 commentaires.
×