Balade nature à Strasbourg : la Robertsau, du Doernel à Pourtalès
Vie pratique 

Balade nature à Strasbourg : la Robertsau, du Doernel à Pourtalès

À pied ou à vélo, entre amis ou en famille, voici une balade nature au nord de Strasbourg qui peut être adaptée à tous les publics. Au départ de la station de tram Robertsau-Boecklin, elle serpente entre différentes composantes du quartier : le Doernel, le cimetière nord, la papeterie Lana, le secteur Renaissance, Bussierre, Pourtalès et retour.

Envie de verdure sans quitter la ville ? Voici un parcours testé au nord de l’agglomération, garanti dépaysant et accessible sans voiture.

Cette balade peut se faire en totalité à pied (3 heures pour des marcheurs « du dimanche », avec des pauses possibles pour pique-niquer, bouquiner ou lézarder) ou à vélo (1h30 environ). Les chaussures de marche permettent un meilleur confort, mais des baskets suffisent. Le parcours peut être raccourci de moitié, avec un retour possible à la station Robertsau-Boecklin par les bus 6 et 30 au niveau du carrefour de la Papeterie (indications plus loin). La version courte (Boecklin-Doernel-Papeterie) permet de marcher environ 1h30 avec des enfants (aire de jeu en chemin).

1 – Chemin du Doernelbruck

Au terminus de la ligne E, la station Robertsau-Bœcklin est déjà un avant-goût de Robertsau. Dans la verdure, elle jouxte le parc du Kaysersguet (Lieu d’Europe), ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h. Une visite culturelle (sur l’histoire de l’Europe) et gratuite, à envisager éventuellement en fin de balade…

Départ. – En tournant le dos à la station de tram, traversez la rue Boecklin et prenez la toute nouvelle rue Grotius, qui longe les locaux de l’association Apollonia à droite, le P+R à gauche. Autour, les institutions européennes, la Cour, la Pharmacopée. Quelques mètres plus loin : le chantier du gymnase de la Robertsau et l’école européenne, ouverte à la rentrée 2015 (rue Peter-Schwarber). Attention, ces bâtiments ne figurent pas sur la carte satellite de Google Maps. Vous ne pouvez voir sur la carte que le petit bois défriché il y a trois ans…

Prenez à gauche après l’école européenne, dans la rue Silberrath. Au croisement avec la route de la Wantzenau, traversez et prenez en face le chemin (ou quai) du Doernelbruck. L’enchantement commence, la ville s’efface. Le long du chemin, ancien « sentier » autrefois accessible aux voitures, s’alignent des jardins familiaux sur la droite et une friche forestière avec lianes et sous-bois dense… Sur la gauche, l’Ill sépare la Robertsau de l’île aux (ou des) Sports au Wacken, avec vue imprenable sur le Parlement européen.

Quitter la route de la Wantzenau pour le chemin du Doernelbruck, qui longe l'Ill en face de l'île aux Sports (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

Quittez la route de la Wantzenau pour le chemin du Doernelbruck, qui longe l’Ill en face de l’île aux Sports, avec vue sur le Parlement européen (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

2 – Presqu’île du Doernel et île aux oiseaux

À proximité du barrage sur l’Ill (toujours à gauche), prenez le pont du Doernelbruck, puis le sentier de l’Aubépine à gauche (côté biquettes). Dépassez une ancienne écluse pour déboucher sur un petit carrefour. Vous êtes à l’extrémité sud de la presqu’île du Doernel (ou « fourré d’Aubépine »), entre Ill et Muhlwasser (ou « canal du Moulin »).

À gauche, la passerelle de l’Aubépine, qui permet de rejoindre la piscine du Wacken (à 20 mètres) et la station de tram Parlement européen. En face, le sentier qui mène à l’île aux Oiseaux, un cul-de-sac qui mérite néanmoins le (court) détour. Et à droite, la rue de l’Aubépine, ses champs, sa caserne CRS et ses lotissements récents plutôt cossus. Prenez cette dernière, direction le nord !

Sur la presqu'île du Doernel, entre Ill et Muhlwasser, l'île aux oiseaux, les terres agricoles et la caserne des CRS de la Robertsau (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

Sur la presqu’île du Doernel, entre Ill et Muhlwasser, l’île aux Oiseaux, les terres agricoles et la caserne des CRS de la Robertsau (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

3 – Autour du cimetière nord

Au bout de la rue de l’Aubépine (pas très verdoyante…), ne prenez pas le pont du Ziegelgraben, mais bifurquez vers la droite, puis à gauche, sur un petit pont de bois. Là, trois options à nouveau : à gauche, direction la Cité de l’Ill et Schiltigheim-Bischheim. En face, le cimetière nord et ses allées au cordeau, à droite (c’est par là !), le chemin qui longe le Muhlwasser.

Contournez ainsi le cimetière par l’extérieur et profitez de ce lieu incroyablement paisible, aux saules pleureurs plongeant dans l’eau, aux chants d’oiseaux d’eau par dizaines, avec en sus, une aire de jeux pour enfants (recommandée entre 3 et 8 ans) rarement prise d’assaut – c’est un euphémisme !

Autour du cimetière nord, vue sur le Muhlwasser (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

Autour du cimetière nord, vue sur le Muhlwasser (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

4 – Dans le parc de la Villa Schmidt, près de la papeterie Lana

Continuez le long du cimetière par la rue de la Fabrique, jusqu’au croisement avec la rue de l’Ill (église protestante de la Cité de l’Ill sur votre gauche). Traversez et contournez le complexe médico-social en construction. Derrière, se trouve l’entrée du parc de l’Anguille ou parc de la Villa Schmidt (du nom d’un ancien directeur de la papeterie, toute proche).

Dans cette villa des années 1880 – inaccessible au public, contrairement au parc – est installé depuis 1978 un centre de soins et d’accompagnement des toxicomanes et de prévention en addictologie (géré par l’association ALT). Réaménagé en 2001, le parc fait la part belle à la nature. Idéal pour une petite pause silencieuse sous les arbres.

collage_villa_lana

Le parc de la Villa Schmidt ou « parc de l’Anguille », ouvert au public, jouxte le Muhlwasser et la papeterie Lana (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

Mi-parcours. – À la sortie du parc de l’Anguille, traversez le Muhlwasser devant la papeterie Lana. Là, après 1h30 de marche environ, il est possible d’arrêter la balade et de prendre les bus 6 ou 30 en direction de la station Robertsau-Boecklin ou du centre-ville. Les bus 70 et 72 assurent également des liaisons transversales vers d’autres quartiers. À partir de ce point de la promenade, l’option vélo est intéressante, mais la version pédestre – certes, plus longue – est aussi tout à fait envisageable.

5 – Le quartier Renaissance avec vue sur les champs

Traversez la route de la Wantzenau (à nouveau), laissez le supermarché Match sur votre gauche, l’école de la Niederau sur votre droite. Continuez par la rue de la Papeterie. Un peu plus loin, le centre socio-culturel de l’Escale est presque baigné dans la verdure. Normal : il s’agit des emprises foncières du futur terminus de la ligne E du tram, dont la desserte est prévue à l’horizon 2020. Bifurquez vers la gauche le long de la piste cyclable de la rue de la Renaissance.

collage_renaissance

A l’arrière du CSC L’Escale, le futur terminus du tram E – Le quartier Renaissance est sorti de terre ces dernières années, avec vue sur les champs (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

Là où la rue de la Renaissance fait un nouveau coude, prenez à gauche, côté parking de la clinique Sainte-Anne. Face à la piste Philippe-Thys, la rue Jacques-et-René-Knecht longe la résidence sénior Les Essentielles. Juste à droite après ce bâtiment, pénétrez au cœur du nouveau lotissement Renaissance par la piste René-Pottier, du nom du vainqueur du Tour de France en 1906.

Petite pause possible sur la jetée de bois installée sur la noue, avec vue sur les champs égaillés de bunkers. Une zone bientôt urbanisée ?

6 – Le long du canal des Français

Au terme de la piste René-Pottier, en contrebas d’un petit parking, joggers et cyclistes empruntent fréquemment le chemin ci-après. Sans nom, ce sentier rural suit le cours du canal des Français, restauré et remis en eau en 2013.

Ce canal, creusé en 1707, se jetait dans l’Ill avant son comblement. Il rejoint désormais le Hellwasser au Fuchs-am-Buckel. Au bout du sentier, prenez à gauche dans la rue Kempf.

Le canal des Français, remis en eau récemment, relie la Renaissance à Bussierre (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

Le canal des Français, remis en eau récemment, relie le quartier Renaissance à la ferme Bussierre (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

7 – Le jardin extraordinaire du CINE de Bussierre

Là, juste à gauche, derrière un portail généralement ouvert le week-end, s’élève une ancienne dépendance du château du Pourtalès, appelée autrefois « ferme Bussierre ». Construite en 1867 à l’initiative du baron Alfred Renouard de Bussière, père de Mélanie de Bussière, future comtesse de Pourtalès, le bâtiment principal de la ferme est en pierre de grès rose, de style néogothique, flanqué d’une tour et de pignons crénelés, comme les grandes dépendances qui encadrent sa vaste cour.

Depuis 2010, la ferme rénovée accueille dans ses murs le CINE (centre d’initiation à la nature et à l’environnement) de Bussierre, géré par l’association SINE (Strasbourg initiation nature environnement). Expositions d’œuvres d’art, ateliers cuisine, apiculture, jardinage naturel… De nombreux événements s’y déroulent toute l’année. Profitez du magnifique jardin pour faire une pause, des tables abritées pour sortir votre pique-nique.

Ouvert au public, le jardin du CINE de Bussierre est un lieu idéal pour rêver et voir passer les saisons (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

Ouvert au public, le jardin du CINE de Bussierre est un lieu idéal pour rêver et voir passer les saisons (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

8 – Pourtalès, ses fraises, ses vaches, son ail des ours

Au bout de la rue Kempf, juste après Bussierre, passez la barrière qui mène à la forêt (tout droit). À gauche, depuis quelques années, une jeune agricultrice de la Wantzenau, Anne Clauss, cultive et propose des fraises en libre-cueillette à la belle saison (en mai généralement). En 2019, les 50 ares de fraises deviendront 2,5 hectares de culture maraîchère en bio.

Fraises bio au nord du parc - ail des ours et Highland cattle - Restaurant Au jardin de Pourtalès (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Fraises bio au nord du parc – Ail des ours et Highland cattle – Restaurant Au jardin de Pourtalès (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Un peu plus loin, au croisement entre ce sentier rural et la piste des Forts, l’on peut généralement apercevoir les bovins rustiques (highland cattles) qui entretiennent un paysage de prairie le long de la digue du Rhin depuis 2011.

En face des poilus-cornus, prenez à droite (en suivant la piste des Forts) et entrez dans le parc de Pourtalès. Alors que s’étale encore un tapis de fleurs blanches d’ail des ours dans les sous-bois, de part et d’autres des allées, la traversée du parc peut être agrémentée d’arrêts pour découvrir les œuvres contemporaines installées et entretenues par le CEAAC.

Une pause glaces-boisson-déjeuner (rayer la mention inutile) peut être envisagée au Jardin de Pourtalès, à l’entrée du parc – c’est le seul restaurant sur le tracé de la balade.

9 – Piste des forts et ruelles robertsauviennes : retour à la case départ

C’est désormais la dernière ligne (pas) droite. Pour rejoindre la station Robertsau-Boecklin, plusieurs possibilités : après avoir suivi la rue Mélanie jusqu’au rond-point, en face de l’hôpital Saint-François, vous pouvez soit prendre le bus 15 direction (à droite) le terminus du tram E, soit suivre la rue Mélanie puis la rue Boecklin et ses commerces jusqu’au tram. Dernière option (notre préférée), profitez de ce dernier quart d’heure pour traverser le cœur récent du quartier.

Rue de la Lamproie, de Furstenberg et de la Tanche : retour au tram Robertsau-Boecklin (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

Rue de la Lamproie, de Furstenberg, de la Tanche et sentier Christ : retour au tram Robertsau-Boecklin (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

Pour ce faire, suivez la piste des Forts (voies cyclables le long de l’hôpital à gauche) par la rue de la Lamproie. Bifurquez à droite dès que possible par la rue Anne-Alexandrine de Furstenberg (en face du supermarché Simply). Là, traversez un nouveau lotissement chic par la rue Pauline-de-Metternich (une bonne copine de Mélanie de Pourtalès…), avec, au bout, la nouvelle Maison de l’enfance de la Robertsau, donnant sur la rue de la Baronne-d’Oberkirch, auteure du temps des Lumières.

Pour aller au plus court, prenez ensuite à gauche dans cette dernière rue, à droite ensuite par la rue Catherine-de-Bourgogne, à gauche dans la rue du Goujon, à droite encore dans la rue de la Tanche, à droite toujours dans la rue des Jardiniers (au coin, admirez la collection hautement sécurisée de nains de jardin !), à gauche enfin le sentier Christ. Arrivée à la station Robertsau-Boecklin au bout du sentier, par la rue du Docteur-Maurice-Freysz.

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : se promener à la Cité de l’Ill en pleine verdure (Blog de la Robertsau)

Sur Rue89 Strasbourg : Robertsau-La Wantzenau à pied, une super balade à faire entre amis (Blog de la Robertsau)

L'AUTEUR
Marie Marty
Marie Marty
Journaliste indépendante, co-fondatrice de Rue89 Strasbourg. Membre de l'association des Journalistes - écrivains pour la nature et l'écologie.

En BREF

Lahti supplante Strasbourg pour la « capitale verte européenne 2021 »

par Rue89 Strasbourg. 1 128 visites. 11 commentaires.

Ce week-end, la rue du Jeu-des-Enfants devient la rue Alain Bashung

par Hélène Janovec. 1 683 visites. 4 commentaires.

Ballon d’Alsace, Kaysersberg, Ribeauvillé… Ces sites classés pourraient être moins protégés

par Jean-François Gérard. 1 601 visites. Aucun commentaire pour l'instant.