Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Camp de l’Étoile : malgré l’ouverture d’un gymnase, la municipalité écologiste sous le feu des critiques
L'actu 

Camp de l’Étoile : malgré l’ouverture d’un gymnase, la municipalité écologiste sous le feu des critiques

par Guillaume Krempp.
Publié le 17 septembre 2022.
Imprimé le 04 octobre 2022 à 04:01
3 433 visites. 6 commentaires.

Près de 80 personnes ont manifesté samedi 17 septembre pour l’hébergement inconditionnel des migrants installés place de l’Étoile. Dans le cortège, l’ouverture d’un gymnase par la municipalité écologiste est décrite comme insuffisante, voire dangereuse pour certains sans-papiers.

« Pour nous, la mise à l’abri dans un gymnase est un guet-apens. » Militante de l’association Attac et du collectif D’ailleurs Nous Sommes D’ici, Germaine (le prénom a été modifié) tient une banderole « Un toit, un droit, papiers pour tous » sur la place de l’Étoile en ce début d’après-midi, samedi 17 septembre. Malgré l’ouverture d’un gymnase par la municipalité écologiste la veille, la manifestante ne décolère pas : « On sait très bien qu’une fois pris en charge par la préfecture, les migrants seront renvoyés dans leur pays. » À ses côtés, Martin (le prénom a été modifié) rajoute : « On est en colère, sidéré par la collaboration de la Ville avec la préfecture ainsi que du manque de discussion avec les associations (d’aide aux migrants, NDLR). »

Départ de la manifestation pour un hébergement inconditionnel des migrants. (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg/ cc)

Hamza : « J’ai déjà été dans le gymnase Branly »

Vers 14 heures, près de 80 personnes ont quitté la place de l’Étoile en direction du centre-ville de Strasbourg pour l’hébergement inconditionnel des migrants. Au sein du cortège, Hamza explique son refus d’intégrer le gymnase du Heyritz :

« J’ai déjà été dans le gymnase Branly (en juillet dernier, NDLR). J’ai ensuite été envoyé au centre d’aide pour le retour de Bouxwiller. Là-bas, on voulait me faire signer un papier pour que je retourne dans mon pays. Donc je suis revenu à Strasbourg, place de l’Étoile. »

Hamza a déjà connu la mise à l’abri dans un gymnase. Cette fois, il l’a refusée. (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg/ cc)

Hamza fait partie de ces migrants dont la demande d’asile a déjà essuyé un avis négatif. Accompagné de bénévoles strasbourgeois, il tente de faire une nouvelle demande de titre de séjour pour des raisons médicales (il dialyse trois fois par semaine), « mais prendre un rendez-vous à la préfecture est devenu quasiment impossible », explique le militant strasbourgeois Gabriel Cardoen.

Une situation « absurde et insensée »

Fondatrice de l’association d’aide aux personnes sans-abri, Sabine Carriou était présente au camp de l’Étoile lorsque la municipalité écologiste a lancé une mise à l’abri. L’ancienne professeure de mathématiques décrit une situation « absurde, insensée où l’on disait à celles et ceux qui ont épuisé tous les recours de demande d’asile, de ne pas aller au gymnase. »

Dans le cortège, plusieurs manifestants estiment aussi que la municipalité n’est pas allée assez loin avec cette ouverture d’un gymnase. Pour Julien, de l’union locale CGT, la mairie « doit arrêter de se lamenter de l’attitude de la préfecture. On sait que la préfète veut juste expulser les migrants. Donc si l’État n’assume pas ses responsabilité, la mairie doit la prendre. Elle pourrait par exemple réquisitionner des logements vides à Strasbourg afin d’offrir un vrai toit aux migrants. »

Malgré l’ouverture d’un gymnase la veille, plusieurs dizaines de tentes continuaient d’occuper la place de l’Étoile samedi 17 septembre. (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg/ cc)

Contactée, la Ville de Strasbourg indique avoir ouvert 100 places dans le gymnase Heyritz. Dans la soirée du 16 septembre, seules 27 personnes étaient hébergées dans le bâtiment municipal. Sur la place de l’Étoile, des dizaines de personnes continuent de vivre dans des tentes à quelques mètres de la mairie.

Tags
    L'AUTEUR
    Guillaume Krempp
    Guillaume Krempp
    Journaliste, en recherche d'enquêtes et d'impacts

    En BREF

    Le Conseil d’État maintient la suspension du confinement de Stocamine

    par Pierre France. 546 visites. 1 commentaire.

    Suicide de Dinah : le parquet de Mulhouse classe sans suite la plainte des parents pour harcèlement

    par Guillaume Krempp. 920 visites. 3 commentaires.

    Mobilisation et manifestation intersyndicale jeudi 29 septembre pour « l’urgence sociale et écologique »

    par Maud de Carpentier. 3 182 visites. 5 commentaires.
    ×