Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
La majorité des sans-abris de la place de l’Étoile envoyés dans un « centre d’aide pour le retour »
L'actu 

La majorité des sans-abris de la place de l’Étoile envoyés dans un « centre d’aide pour le retour »

par Lucie Lefebvre.
Publié le 13 juillet 2022.
Imprimé le 16 août 2022 à 15:40
1 387 visites. 4 commentaires.

Après une nuit à l’intérieur du gymnase Branly à Strasbourg, la préfecture a déplacé la majorité des sans-abris du camp de l’Étoile vers le « centre d’aide pour le retour » à Bouxwiller.

Ce mercredi 13 juillet en début de matinée, les services de la préfecture et une dizaine d’agents de la police nationale s’activaient autour et à l’intérieur du gymnase Branly. Les 65 occupants du camp de l’Étoile y ont passé la nuit, après l’évacuation du camp de l’Étoile mardi 12 juillet au soir. La majorité d’entre eux sont montés dans des navettes qui les ont conduits au centre d’aide pour le retour, situé à Bouxwiller.

Dans un reportage publié en janvier 2022, Rue89 Strasbourg s’était rendu dans cette structure pour donner la parole aux migrants qui s’y trouvaient. « Au gymnase, ils nous ont dit qu’il ne fallait pas s’inquiéter, qu’ils allaient nous reloger et qu’il n’y avait pas de problème », racontait alors un père de famille, qui n’est resté que quelques heures à Bouxwiller. « Mais une fois là-bas, j’ai vite compris qu’ils nous proposaient de rentrer dans notre pays d’origine, et ça, je ne veux pas », complète-t-il.

Précision sur le centre d’aide pour le retour

« Nous avons aussi une mission de mise à l’abri, car nous avons souvent de la disponibilité dans notre structure », indique Farid Amrani, chef de service du « centre d’aide pour le retour » à Bouxwiller, dont le nom peut prêter à confusion. Mercredi 13 juillet, 30 personnes hébergées au gymnase Branly ont été admise au centre de Bouxwiller. Toujours selon Farid Amrani, une douzaine d’entre elles vont, ou ont déjà été prises en charge par l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII). « Nous accueillons ici des profils divers, aussi des demandeurs d’asile », explique le chef du service du centre d’aide pour le retour de Bouxwiller.

Contactée, la Police aux frontières à l’aéroport d’Entzheim a refusé de nous indiquer le nombre de personnes qui ont été renvoyées dans leur pays d’origine.

Les demandeurs d’asile montent dans la navette devant la gymnase Branly, à Strasbourg, ce mercredi 13 juillet au matin. (Lucie Lefebvre / Rue89 Strasbourg)

« Un millefeuille d’hébergements possibles » 

À midi, l’ensemble des sans-abris qui occupaient la place de l’Étoile avaient été réorientés, comme l’explique l’adjointe en charge des solidarités Floriane Varieras :

« Il y a un millefeuille d’hébergements possibles, tout est organisé par la préfecture. Chaque hébergement va dépendre de la situation administrative de chacun. »

Floriane Varieras, adjointe de la Ville de Strasbourg en charge des solidarités

Si les personnes ont le statut de demandeurs d’asile, elles seront prises en charge par l’Office français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII) dans la recherche d’un hébergement. Mais selon une source proche de l’OFII, « parmi les anciens occupants de la place de l’Étoile, très peu, voire aucune famille se trouve dans cette situation. Pour être éligible, il faut que la demande d’asile soit en cours d’examen auprès de l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra) ou en cours de procédure auprès de la Cour nationale du droit d’asile (CNPA). Si toutes les demandes et recours ont été déboutés, alors les familles ne peuvent pas bénéficier du dispositif national d’accueil de l’OFII, et c’est à la préfecture de les prendre en charge. »

Bouxwiller, « un faux centre de rétention »

Selon Gabriel Cardoen, militant pour le droit des réfugiés à Strasbourg, « une grande partie des sans-abris ont été dirigés vers le centre d’aide pour le retour à Bouxwiller. C’est un genre de faux centre de rétention. Ils sont libres d’aller et venir. C’est un lieu provisoire le temps d’examiner la situation au cas par cas. »

Départ de la dernière navette du Gymnase Branly, vers le centre d’aide pour le retour, à Bouxwiller. (Lucie Lefebvre / Rue89 Strasbourg)

« La Ville savait ce qui allait se passer »

Antonio Gomez, membre du collectif « D’ailleurs nous sommes d’ici 67 », condamne la manière dont la ville de Strasbourg a procédé :

« La politique de la préfecture, nous la condamnons. Elle a une immense responsabilité. Mais il y a aussi une grande responsabilité du côté de la Ville de Strasbourg. Elle devrait accueillir toutes les personnes, avec une aide sociale et médicale et ne pas les laisser comme ça pendant des semaines à l’abandon. La Ville a joué un rôle de la honte. En les refilant à l’État, la municipalité savait très bien ce qui allait se passer : beaucoup vont de nouveau se retrouver dans la rue d’ici peu. » 

Du côté des sans-abris, ils semblaient plutôt heureux d’avoir passé une nuit dans le gymnase, après des semaines dans des conditions insalubres au camp de l’Étoile. Des lits ont été mis à disposition pour tout le monde dans le gymnase Branly, avec des douches, et des repas hier soir et ce matin. « Ça va. J’ai mieux dormi même si les enfants ont crié jusqu’à 3 heures du matin », affirme Sajbe, une jeune fille de 18 ans, originaire de Macédoine. Gabriel Cardoen, sur place hier soir, raconte : « Ils étaient contents, pour eux c’était plus un arrêté d’hébergement qu’un arrêté d’expulsion. » 

Les occupants et les policiers devant le gymnase Branly, à Strasbourg, le mercredi 13 juillet au matin. (Lucie Lefebvre / Rue89 Strasbourg)

Une prise en charge très lente de la préfecture et la mairie

Depuis fin avril, une trentaine de tentes étaient installées place de l’Étoile. Elles étaient habitées par des familles principalement venues des Balkans. Floriane Varieras, l’adjointe à la maire en charge des solidarités évoque la très lente réaction face à cette installation : « Le dialogue a été long avec la préfecture. »

De gauche à droite, Floriane Varieras, adjointe au Maire en charge des Solidarités et Marie-Dominique Dreyssé, vice-président de l’Euro-métropole. (Lucie Lefebvre / Rue89 Strasbourg)

Marie-Dominique Dreyssé, vice-présidente de l’Eurométropole, précise :

« La canicule était très préoccupante, et l’approche du feu d’artifice a accéléré les choses. Un accord a finalement été trouvé avec les services de l’État. On s’en réjouit, sans cet accord, il aurait été impossible d’agir. La ville s’occupe plus de la logistique, et la préfecture des réorientations. » 

Article actualisé le 15/07/2022 à 11h47
L'AUTEUR
Lucie Lefebvre
Lucie Lefebvre
Journaliste en stage à Rue89 Strasbourg. Originaire de Strasbourg, en formation à l'École de journalisme de Toulouse (EjT).

En BREF

Retour de la Grande braderie ce samedi : transports gratuits et sécurité renforcée

par Lucie Lefebvre. 1 599 visites. 7 commentaires.

L’association Deaf Rock veut continuer d’accueillir des services civiques

par Pierre France. 843 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Pollution du Rhin après l’incendie d’un centre de tri de déchets industriels

par Nicolas Cossic. 3 451 visites. 2 commentaires.
×