Canicule à Strasbourg : le guide de survie
Vie pratique 

Canicule à Strasbourg : le guide de survie

actualisé le 30/06/2019 à 00h11

Les canaux de la Petite France fourniront un peu d'air frais bienvenu (Photo Christina / Wikimedia Commons / cc)
Les canaux de la Petite France fourniront un peu d’air frais bienvenu (Photo Christina / Wikimedia Commons / cc)

Strasbourg n’a pas la mer, c’est un fait. Faut-il pour autant suffoquer quand vient la canicule ? En ces temps de dérèglement climatique, Rue89 Strasbourg ne vous laisse pas seuls face aux éléments. Voici notre guide de survie, testé en plein cagnard.

Soyons clairs : quand la température dépasse les 30°C à Strasbourg, il faut partir. L’omniprésence du béton, du bitume et du macadam dans la ville, conjugué à sa fondation au fond d’une cuvette, font qu’il vaut mieux mettre les bouts quand le mercure bout. Mais si ce n’est pas possible, alors voici comment survivre à Strasbourg, en profitant des espaces verts, des bassins bleus et des alertes oranges.

Option 1 : la tête sous l’eau

L’eau. L’eau est le facteur déterminant ! De l’eau à l’intérieur du corps, 1,5 litres minimum par jour, et de l’eau sur le corps, partout. Voici la liste des piscines découvertes à Strasbourg et alentours, plus vous allez loin de Strasbourg, moins les bassins seront bondés. Si vous ne pouvez pas sortir de l’agglomération, alors c’est l’occasion de tester la piscine de Kibitzenau, qui regroupe deux bassins couverts dont un olympique avec une pelouse extérieure. En sortant un peu de la ville, on peut également profiter de la piscine en plein air de Lahr qui donne sur la Forêt-Noire.

L’autre solution, ce sont les gravières. Une trentaine de plans d’eau sympathiques (cliquez ici pour la liste) sont à portée de Strasbourg. À noter qu’à Illkirch-Graffenstaden, rue de la plage, il est possible de se prélasser sur une étendue de sable fin avec des espaces de jeu à proximité et que l’aire de baignade est surveillée.

Option 2 : les pieds dans l’eau

Si l’idée de partager la même eau avec une horde de vos congénères n’est pas votre truc, en cas de canicule, il est possible de s’immerger, en partie, dans les fontaines éparpillées un peu partout en ville pour se rafraîchir. Celles de la place Kléber conviennent parfaitement pour cet usage, mais citons également la fontaine du parc du Heyritz, déjà transformée en mini-piscine par les gamins du quartier ainsi que les bassins bienvenus du parc de la Citadelle.

Carte des points d'eau en libre service à Strasbourg, cliquez pour accéder au document original (doc Strasbourg.eu)
Carte des points d’eau en libre service à Strasbourg, cliquez pour accéder au document original (doc Strasbourg.eu)

Les parcs sont d’ailleurs des bons lieux de promenade pour contrer intelligemment les grosses chaleurs. À l’abri sous l’ombre des feuillages et grâce à l’apport d’air frais de la végétation environnante, la température au sol baisse de 3 – 4 degrés. Bon, 3 – 4 degrés, ça n’a l’air de rien comme ça, mais quand c’est la différence entre la suffocation et la survie, ça vaut le coup de regarder la carte ci-dessous, et de lire notre article dédié à cette météo du sol.

En quelques centaines de mètres à Strasbourg, les températures peuvent changer de plus de 10 degrés.(document ADEUS)

En plus du Parc de l’Orangerie, il est possible de flâner au parc de la Citadelle, notamment pour ceux flanqués de marmaille, qui trouveront un intérêt soudain pour les jeux aquatiques. Pensez également au parc des Poteries et à son étang, moins accessible (tram D, arrêt Marcel Rudloff) et donc moins fréquenté, mais tout aussi accueillant. Autres endroits où la verdure permet de respirer : le parc de Pourtalès à la Robertsau et le jardin des Deux-Rives au Port-du-Rhin.

Citons également les berges de la Bruche, qui courent de la Petite-France jusqu’aux Vosges et qui restent très fréquentables grâce à de nombreux arbres feuillus ayant survécu aux outrages de l’expansion citadine tout au long du parcours.

Dernière possibilité pour tremper les pieds dans l’eau : les Docks d’Eté. De juillet à septembre, la presqu’île Malraux se transforme en vraie base nautique. Pédalos, kayaks et bateaux électriques sont disponibles gratuitement.

Les plus jeunes peuvent se rafraîchir avec des jeux d’eau. Pour les plus grands, un espace « détente » est également aménagé avec des parasols, des transats… et même du sable !

Les terrasses qui arrosent

Dès que la température grimpe, l’Europ’ Café place de l’Homme de Fer, le Kohler Rehm place Kléber ou les cafés place du Marché Gayot sortent leurs brumisateurs acquis à prix d’or pour asperger de gouttelettes leurs clients. Le vrombissement des ventilateurs trouble un peu la quiétude de l’exercice, mais certains apprécient de recevoir à intervalles réguliers ces élans humides, entre brise légère et embruns, les parfums en moins. Attention toutefois, mâtiner sa peau d’une fine pellicule aqueuse peut certes être agréable, mais c’est la meilleure manière d’attraper un coup de soleil.

Autre spot intéressant, surtout avec des enfants, la place d’Austerlitz, ses terrasses et ses jets d’eau. Cette combinaison, unique à Strasbourg, permet d’intéressants allers-retours entre les glaçons du pastis et les caleçons du fils. Prévoir des chaussures ouvertes, et des vêtements garantissant classe et décence même aux concours de t-shirts mouillés.

Un étang en pleine ville, c'est au parc des Poteries (Photo Yannick Bernard / Wikimedia Commons / cc)
Un étang en pleine ville, c’est au parc des Poteries (Photo Yannick Bernard / Wikimedia Commons / cc)

Strasbourg étant une métropole bourgeoise, on peut également profiter des immenses climatiseurs industriels installés dans les centres commerciaux et les grands magasins, en feignant d’oublier que ces quelques degrés arrachés à la chaleur nous sont facturés ensuite en centimètres océaniques, mais passons. Les Galeries Lafayette, le Printemps, Rivétoile ou les Halles proposent des espaces verrouillés sur 25 degrés, quelle que soit la température extérieure.

D’autres lieux climatisés plus culturels existent, citons la grande médiathèque Malraux, l’UGC Ciné Cité et les cinémas Star au centre-ville.

Les vertus réfrigérantes et méconnues de la religion

Mais les meilleurs endroits pour passer les pics de chaleur, ce sont les cryptes, les caveaux et les nefs bâtis par nos anciens il y a plus de 500 ans. Parce qu’à l’époque voyez-vous, on savait construire avec une certaine idée de l’isolation, du genre qui nécessite 10 tonnes de bonnes pierres.

C’est donc le moment de visiter, revisiter, la cathédrale de Strasbourg, l’église Saint-Thomas ou Saint-Guillaume, voire les deux Saint-Pierre. Froid glacial, propice au recueillement, garanti par des millénaires de savoir-faire architectural. Moins millénaire, mais tout aussi frais, l’intérieur du barrage Vauban est à signaler.

Et si la fréquentation des lieux sacrés vous démange, alors il reste la cave des hospices de Strasbourg, qui date de 1395 et on dit que le froid là dessus est de la même époque.

Voilà nos plans ! Et vous, quels sont les vôtres ? N’hésitez pas à les partager en commentaires.

Aller plus loin

L'AUTEUR
Lola Ruscio, Nadège El Ghomari et Pierre France
Un article peaufiné chaque année avec amour par toute la rédaction dégoulinante.

En BREF

Lidl a oublié de payer plus de la moitié de la prime Covid de ses salariés étudiants

par Guillaume Krempp. 4 339 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Samedi et dimanche, le pic d’ozone entraîne une baisse du prix des transports en commun et de la vitesse sur les routes

par Manuel Avenel. 1 521 visites. 1 commentaire.

Académie de Strasbourg : privés de diplôme, des étudiants de BTS dénoncent une injustice

par Alice Ferber. 4 034 visites. 1 commentaire.