Dans le Strasbourg piétonnisé, passants, terrasses et cyclistes se marchent sur les pieds
Environnement 

Dans le Strasbourg piétonnisé, passants, terrasses et cyclistes se marchent sur les pieds

actualisé le 13/08/2019 à 17h42

Plus de voitures, plus de problème ? Si seulement. Dans le centre-ville démotorisé, l’espace désormais libéré occasionne de nouveaux conflits entre piétons, riverains, cyclistes et commerçants. Petite déambulation dans le Strasbourg estival où l’enfer, c’est les autres.

La rue du Maire-Kuss face à la gare : ses livreurs du matin, ses kamikazes en trottinette, ses Deliveroo qui se croient à l’arrivée du Tour de France sur les Champs-Élysées, et son côté impair où fleurissent les terrasses. Une certaine idée de l’enfer pour Karim Hachemi-Osswald, malvoyant de son état.

Franc-tireur dans la défense de l’accessibilité des personnes à mobilité réduite (PMR), Karim se plaint depuis des années des difficultés qu’éprouvent les personnes handicapées à se déplacer en ville. Avec plus ou moins de succès. Il nous a donné rendez-vous près de la gare, après avoir posté un nouveau coup de gueule sur Nextdoor, une application pour les relations de voisinage.

La rue du maire Kuss, vers la fin de l’happy hour (photo Pierre Pauma)

Nous démarrons à peine notre déambulation pour constater les difficultés, que Karim nous montre du doigt les piétons qui circulent en plein milieu de la route. Avec ses trottoirs de 4,50 mètres de large et sa piste cyclable à double sens, la rue du Maire-Kuss fait partie de ces rues où les voitures n’ont plus le droit de passer, sauf livraisons. Mais quand il se retrouve face à une terrasse, bien souvent, le piéton préfère emprunter la voie des vélos plutôt que de passer par l’étroit mais réglementaire espace entre les terrasses et les façades. Quitte à devoir négocier avec les vélos pour ne pas se laisser rouler sur les pieds. Facile quand on a deux jambes. Un peu moins quand on est malvoyant ou en fauteuil.

L’enfer, c’est les présentoirs

Tout au long de la promenade, Karim détaille les terrasses problématiques. Rue du maire Kuss, Grand’Rue, rue du 22-Novembre… Quant à la rue du Jeu-des-Enfants, Karim regrette l’exception faite à la charte des terrasses, qui précise que celles-ci doivent être de plain-pied. Les estrades en bois rendent l’espace difficilement praticable pour les piétons ou les personnes en fauteuils. Entre 9 et 11h, il leur faut cohabiter avec les véhicules de livraisons.

Rue du jeu des enfants entre 9 et 11h. (photo : Pierre Pauma)

Bref, Karim a le sentiment d’avoir été oublié avec ceux qu’il défend au moment où la voiture a été chassée du centre-ville :

« On nous a vendu une « Magistrale piétonne » qui irait de la gare jusqu’au Neudorf, mais c’est une escroquerie. L’espace a été donné aux terrasses. On a amené le tourisme de masse dans le centre-ville, et on se sert des piétons comme variable d’ajustement. »

Gabriel Reeb, président de la fédération des aveugles du Grand Est, partage le constat sur le manque de place pour les personnes à mobilité réduite :

« Il y a du mieux à Strasbourg, comme les repères tactiles à hauteur des passages piétons pour traverser en toute sécurité. Mais globalement, il n’y a pas de volonté politique pour faire appliquer la loi. Les commerçants sont tenus de laisser 1,40 mètre de trottoir libre, c’est rarement respecté. Il y a souvent des présentoirs qui encombrent la voie. »

L’enfer, c’est le bruit

Les riverains ne sont pas en reste. La cohabitation avec les touristes et les commerçants n’est pas toujours simple. En témoigne l’Assemblée générale de l’association Petite France du 24 avril dernier. Pour l’adjoint de quartier (et du tourisme) Paul Meyer (la Coopérative/Generation.s), la réunion a vite pris des allures de sermon. Parmi les griefs encore une fois, les terrasses qui tendent à prendre leurs aises. La Grand’Rue est souvent citée. Même chose pour le quai de la Bruche, qui abrite entre autres curiosités, le plus vieil arbre de Strasbourg. Mais difficile de d’approcher le platane de 1667 quand celui-ci est entouré de tables et de chaises.

Sur le quai, les terrasses occupent facilement la moitié de l’espace. Réponse de Paul Meyer ce soir-là : il n’est pas le seul à décider, la voirie n’est pas de son ressort. Du point de vue d’un membre de l’association Petite France, la ville a fait le choix du tourisme :

« L’adjoint de quartier devrait avoir des marges de manœuvre, mais il se dédouane sur d’autres élus. Non seulement, les terrasses empiètent au-delà de ce qui est autorisé, mais en plus elles ajoutent des chevalets qui accentuent la confusion en l’espace public et privé. »

Ajoutez à cela le bruit des touristes ou l’odeur du munster…

Le quai de la bruche (photo : Pierre Pauma)

L’enfer, c’est les quais

À peine avons-nous mollement secoué le cocotier marronnier estival, que Jacques Chomentowski en tombe. Le président de délégation du Groupement des Hôteliers, Restaurateurs et Débitants de Boissons du Bas-Rhin et propriétaire du Cocolobo a eu vent de notre enquête et nous contacte directement. Il s’inquiète des procès faits aux restaurateurs et tenanciers des débits de boisson :

« Je me souviens d’une époque où on nous reprochait d’être une ville morte. Et maintenant c’est le contraire. Je ne souhaite pas défendre l’indéfendable, il y a peut-être des terrasses qui abusent en permanence. Mais si on parle de tables qui dépassent de 20 cm entre midi et deux heures parce qu’elles ont été déplacées par les clients… Il faut faire preuve d’un peu de discernement. »

Quand les terrasses dépassent les encoches réservées (photo Pierre Pauma)

Le restaurateur semble regretter que les griefs contre l’ouverture de nouvelles terrasses de ces dernières années comme sur la place d’Austerlitz, ne mettent la municipalité sur la défensive dès qu’il y a création d’une nouvelle zone piétonne : 

« Sur le quai des Bateliers, la première chose qu’on a entendu c’est « il n’y aura pas de terrasses ». Finalement, il y a des terrasses limitées à 22h30. Et en même temps, la ville installe des quais flottants juste à côté, où les gens peuvent s’alcooliser et se mettent en plus en danger. Où est la cohérence ? »

En 2018, le service voirie avait envoyé une soixantaine de rappels à l’ordre, le plus souvent pour des dépassements de terrasses. Cette année, les inspections devraient tomber bientôt. Le 2 août au matin, le patron de l’Artichaut dans la Grand’Rue et sa serveuse regardaient circonspects les nouvelles marques au sol laissées par le service voirie qui font foi. « On a pas encore eu d’inspection, mais ça ne saurait tarder. » Pierre Nonnenmacher, responsable du domaine public à la réglementation urbaine, confirme :

« Jusqu’à présent, les délimitations étaient marquées par des clous, nous avons ajouté de la peinture au sol pour que ce soit plus clair. Et nous faisons régulièrement des exercices d’accessibilité avec les pompiers pour vérifier qu’il reste assez de place en cas d’intervention d’urgence. »

Les marquages au sol définissent la limite autorisée par la Ville de Strasbourg, ici devant la Cathédrale (photo Pierre Pauma)

L’enfer, c’est les vélos

Depuis peu, les autorisations des terrasses sont disponibles en open data sur le site de la ville. Une aubaine pour Karim Hachemi-Osswald, qui jusqu’à présent bataillait ferme pour obtenir les documents d’autorisation de terrasse. Dans la rue du Maire-Kuss, il a remarqué que les terrasses ne laissaient pas les deux mètres de trottoir que leur imposait la mairie. Mais pour Siho Koze, gérant du bar La Potence, c’est aussi une question de sécurité.

« Si je laisse deux mètres de trottoir, les vélos passent entre la façade et les tables. Ici ce n’est pas une rue piétonne, c’est une autoroute à vélos. L’autre jour il y en a un qui a heurté ma femme au poignet alors qu’elle servait la terrasse. Le jour où j’ai un vrai accident et que je vais me plaindre à la mairie, est-ce qu’ils feront quelque chose ? »

Siho Koze, propriétaire de La Potence. (photo Pierre Pauma)

Un poil nostalgique du temps béni où il tenait un kebab dans la Grand’Rue, là où se trouve aujourd’hui le Caupona, Siho Koze se demande si les Strasbourgeois mécontent des terrasses voudraient vraiment revenir en arrière :

« Prenez la rue du 22 novembre : bientôt ça sera piétonnisé, il y aura probablement de nouvelles terrasses… Les gens vont se plaindre aussi ? Curieusement, on ne les entendait pas quand il y avait des bagnoles à la place ! »

Gabriel Reeb, de la Fédération des aveugles, pointe aussi du doigt les vélos et les trottinettes, qui ont parfois une conception bien à eux du code de la route.

« Il faut ajouter à ça les vélos qui encombrent les trottoirs. La première cause d’accident chez les non-voyants et les malvoyants, ce sont les vélos qui sont accrochés n’importe où. »

Un cycliste en roue libre, rue du 22 novembre (photo : Pierre Pauma)

La frustration que génère cette cohabitation désorganisée rappelle les propos de Charles, un cycliste strasbourgeois qui ne mâchait pas ses mots contre les piétons qui marchaient sur sa piste cyclable. Et aussi à cet ancien coloc’ cycliste qui râlait sur les piétons dans la Grand’Rue, là où personne ne fait attention à rien. Et à une nouvelle habitante, rentrée de sa première virée de Strasbourgeoise, qui a contrario pestait contre l’omniprésence des vélos…

L'AUTEUR
Pierre Pauma
Journaliste anti anti-bruit et pro happy-hour. Rêve d'ouvrir un rooftop avec des concerts de cornemuse sur la place Gutenberg.

En BREF

Un an du 11-Décembre, les commémorations prévues mercredi

par Rue89 Strasbourg. 2 136 visites. 1 commentaire.

Manifestation déclarée le jour, sauvage la nuit

par Guillaume Krempp. 3 240 visites. 4 commentaires.

Environ 10 000 personnes défilent contre la réforme des retraites

par Rue89 Strasbourg. 7 148 visites. 6 commentaires.