À Colmar, l’entraîneur de judo condamné a été reconduit puis décoré
Société  Sports 

À Colmar, l’entraîneur de judo condamné a été reconduit puis décoré

L’enquête de Disclose sur les éducateurs sportifs toujours en poste en dépit d’une condamnation pour des actes à caractère pédophile met en lumière un cas à Colmar. La réalisation de l’enquête a poussé la fédération nationale de judo à retirer une distinction à un entraîneur toujours en poste.

Notre enquête révèle que plusieurs dizaines d’éducateurs sportifs sont toujours en poste malgré une condamnation ou une procédure judiciaire en cours. Un phénomène qui pointe le manque de respect grave et répété des interdictions d’exercer au contact de mineurs. Et la méconnaissance absolue de la loi, en particulier l’article 212-9 du Code du sport. 

À cet égard, l’histoire de Mustapha El-Hadifi est édifiante. Le 5 février 2004, pendant un entraînement de judo dans un petit club d’une commune à proximité de Colmar, cet homme de 38 ans agresse l’une de ses élèves, âgée de 13 ans. Deux jours plus tard, la famille porte plainte.

De la prison mais des soutiens locaux

En dépit des faits reprochés, le judoka bénéficie alors de nombreux soutiens dans le petit monde du judo alsacien. « C’était un gars bien, aimé par tout le monde, par tous les sportifs, relate Jean-Pierre Wiss, l’ancien président d’un club de village où intervenait l’éducateur à l’époque. On a même fait des pétitions de soutien. » 

En 2007, Mustapha El-Hadifi est condamné à deux ans de prison, dont un an avec sursis, pour agression sexuelle sur une mineure. Il écope également d’une interdiction d’exercer auprès des enfants. 

Fait rare, il a été confondu par son ADN retrouvé sur la culotte de l’adolescente, au niveau de l’entrejambe. « Le pantalon de kimono se porte en principe fortement serré autour de la taille, peut-on lire dans l’ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel de Colmar. L’hypothèse d’une introduction – fût-elle partielle – de la main dans le pantalon, a fortiori dans la culotte portée sous ce dernier effet, est plus qu’improbable dans le contexte d’une simple séance d’entraînement ». 

D’autres cas dans la région

Un entraîneur de boxe de la région Grand-Est est condamné en 2014 pour agression sexuelle sur une jeune fille. Ce dernier, qui a pris une peine de trois ans de prison avec sursis assortie d’une interdiction d’exercer au contact de mineurs pendant dix ans, est l’entraîneur principal d’un club omnisport de la région. Joint par téléphone, le coach jure qu’il entraîne « uniquement des adultes ». Il ajoute : « Depuis ma condamnation, je me suis tenu à carreau, je ne veux pas retourner en prison ». Contactée, la fédération de boxe n’a pas répondu à nos questions.

Joint par téléphone, l’agresseur dit avoir « payé et souffert ». Mais nie toujours les faits : « J’avais quand même derrière mois une trentaine d’années d’enseignement et j’ai en moyenne deux cents élèves par année… Une seule fille m’accuse, sur tant de filles, affirme-t-il. C’est vraiment un bon coup monté. C’est une histoire de village. Ce n’est pas ça qui va arrêter ma vie, mon travail et ma passion ». 

Un poste retrouvé

Mustapha El-Hadifi retrouve un poste d’entraîneur au club des Arts Martiaux de Colmar dès sa sortie de prison. « J’étais directeur technique du club et entraîneur pendant quelques années pour les adultes », se défend-t-il. Plusieurs témoins rencontrés par Disclose assurent qu’il entraînait également des enfants. « Il lui était impossible de respecter son interdiction puisqu’il y avait aussi des mineurs dans les cours pour adultes qu’il dirigeait », affirme notamment Alfred Rosenzweig, ancien président de la ligue de judo d’Alsace. Quoi qu’il en soit, Mustapha El-Hadifi va reprendre l’encadrement des plus jeunes les années suivantes. 

« La justice a fait son travail, il a été condamné, il n’y a rien de plus à dire, déclare Stéphane Panetta, le président du club colmarien et employeur de celui dont il fut l’élève. La vie a repris son cours et je peux vous garantir qu’on n’a aucun problème avec cette personne, que ça se passe très bien au niveau des cours. On fait partie des meilleurs clubs régionaux et c’est grâce à son investissement. Il faut respecter ça, il faut respecter l’homme. »

Consécration suprême, Mustapha El-Hadifi a reçu en 2018 des mains du président de la fédération française de judo, Jean-Luc Rougé, une palme de bronze. Cette décoration distingue les techniciens qui ont « un rayonnement sur l’ensemble de la région (…) sont respectueux des valeurs et savent se maîtriser », peut-on lire dans le guide des récompenses rédigé par la fédération. Il avait déjà obtenu cinq ans plus tôt une première récompense : la médaille de bronze de la Ville de Colmar. Contacté, l’Office des sports de la ville n’a pas répondu à nos questions.

Une distinction retirée

Dans le sillage de l’enquête menée par Disclose, la fédération française de judo finit pourtant par reconnaître, par la voix de son vice-président et secrétaire général, Jean-René Girardot, « une erreur manifeste de discernement ». Résultat : les instances dirigeantes ont retiré sa palme de bronze à Mustapha El-Hadifi, le 18 novembre 2019. Quant à la responsable de la commission des distinctions de la ligue Grand-Est de judo, elle a démissionné. 

Concernant le maintien en poste de Mustapha El-Hadifi auprès d’enfants, Jean-René Girardot estime que « seule l’autorité administrative dispose du pouvoir de police pour empêcher ou interdire à quiconque d’enseigner une activité physique sur le territoire français, pouvoir dont la Fédération ne dispose pas (articles L.212-9 et suivants du Code du sport) ». Soit. Mais la fédération peut néanmoins demander des comptes à l’employeur du judoka, en l’occurrence le club de Colmar. 

Quant à la préfecture du Haut-Rhin, pourquoi ses services n’ont-ils pas tiqué sur le cas El-Hadifi ? Interrogée, la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) explique qu’une vérification des antécédents des éducateurs salariés est réalisée automatiquement une fois par an. L’alerte se déclenche lorsque le système décèle qu’une carte professionnelle coïncide avec une mention au bulletin numéro 2 du casier judiciaire. Or, celui de Mustapha El-Hadifi aurait été effacé. « Sur le B2, il s’est débrouillé, d’une façon ou d’une autre pour qu’il n’y ait rien », indique Laurent Dupuy, inspecteur à la DDCSPP du Haut-Rhin. 


L'AUTEUR
Daphné Gastaldi et Mathieu Martiniere
Les deux journalistes ont travaillé pour l'ONG d'investigations journalistes Disclose.

En BREF

Des militants écologistes ont occupé le terrain destiné à l’entrepôt type-Amazon à Ensisheim

par Thibault Vetter. 5 776 visites. 2 commentaires.

De plus en plus de canicules à craindre à Strasbourg

par Pierre France. 10 138 visites. 5 commentaires.

Gratuité des transports en commun en cas de forte pollution

par Manuel Avenel. 1 818 visites. 3 commentaires.