Contrôleur SNCF : « Les gens ont l’impression qu’on les rackette »
Société 

Contrôleur SNCF : « Les gens ont l’impression qu’on les rackette »

actualisé le 07/08/2019 à 17h47

De plus en plus de trains n’ont plus de contrôleurs à bord, ponctuellement remplacés par des agents de la Lutte Anti-Fraude. À cela s’ajoute les nouvelles règles de tarification à bord des TER Grand Est… Un contrôleur raconte le malaise croissant au sein de sa profession. Reportage à bord du TER reliant Strasbourg à Saint-Dié-des-Vosges.

Stacy, 16 ans, monte dans le train à Saint-Blaise-la-Roche (Bas-Rhin). En la voyant chercher le contrôleur, Alex (le prénom a été modifié) connait déjà la suite. Dans sa gare, l’adolescente n’a aucun moyen d’acheter un billet de train : pas de distributeur de billet, pas de guichet. PANG, en langage SNCF, signifie Point d’Accueil Non Géré. « L’application ne fonctionne pas… », s’excuse la jeune fille. Au lieu de payer son billet 3,70 euros, elle doit payer au minimum 10 euros, selon les nouvelles règles de tarification à bord, en vigueur depuis le 20 mars. Stacy n’a pas assez d’argent. Alors l’agent SNCF ferme les yeux et bricole un tarif permettant à la lycéenne d’éviter une amende de 100 euros… « Je ne vais pas pouvoir faire ça longtemps », annonce l’agent de Service Commercial Train (ASCT).

Jeunes et vieux en difficulté

Le train redémarre, direction Strasbourg. Il tangue parfois au milieu des forêts vosgiennes. Alex regarde le paysage défiler :

« Les usagers prennent ça pour du racket. C’est normal. Les personnes âgées n’ont pas internet, les mineurs n’ont pas de carte bancaire… Comment est-ce qu’ils doivent faire pour avoir un billet si même leur gare n’en propose pas ? »

Depuis mars, la SNCF applique une tolérance zéro pour les usagers du TER Grand Est sans billet. La nouvelle a pris les contrôleurs de court. Sans annonce préalable, une nouvelle tarification à bord est entrée en vigueur. Les agents de contrôle étaient en première ligne… « Tout est fait pour dissuader le voyageur de prendre un billet dans le train, explique Alex. Avec notre nouvel outil, il est impossible de faire payer le même tarif qu’au guichet. On peut utiliser un tarif exceptionnel mais on doit le justifier par la suite… »

Nouvelles règles d’achat à bord des TER du Grand Est.

« Nous rendre inutiles… »

Alex craint la généralisation des trains EAS, pour Equipement Agent Seul. Ces trois lettres symbolisent la fin progressive du métier de contrôleur classique. Car un train EAS peut circuler avec pour seul personnel à son bord le conducteur du train. Depuis 2017, la région Grand Est remplace progressivement les contrôleurs par des brigades sporadiques, la LAF, pour Lutte Anti-Fraude. « Tout ce qui est fait actuellement vise à nous rendre inutiles dans les trains », souffle le contrôleur.

La gare d’Urmatt propose encore des billets de train, mais via un distributeur automatique seulement…

Les portes automatiques se referment après un arrêt en gare d’Urmatt. Au départ du train, Alex doit vérifier que la sécurité des passagers est garantie. Il arpente le long couloir, vérifie la présence d’extincteurs, s’assure que personne n’a fait un malaise aux toilettes ou qu’aucun usager n’importune les autres voyageurs. « Dans les trains, il y a souvent des voyageurs qui s’imposent à des jeunes filles qui n’osent rien dire. C’est aussi mon boulot de les protéger », explique-t-il.

Sécurité au rabais ?

Alex s’inquiète aussi pour la sécurité des usagers. Lorsque tous les trains fonctionneront sans contrôleur, que feront les voyageurs en cas d’accident ou d’agression ? Le contrôleur répond avec un rire jaune, en montrant une affiche fraîchement collée dans le train : « Un danger ou un malaise (…) signalez-le : 3117 » Plus sérieuse, l’agent SNCF continue :

« En cas de retard, nous appelons la gare pour assurer des correspondances. En cas d’accident, nous sommes là pour poser des plots de sécurité, rassurer les voyageurs… Vous voyez un conducteur avec toutes ces responsabilités en plus ? »

Sans contrôleur, en cas d’urgence, il y a toujours un numéro de téléphone à appeler…

Mobilisation incertaine

Alex espère qu’une mobilisation reprendra à la rentrée 2019. Mais la dernière grève laisse un souvenir douloureux pour les cheminots. Ils se sont battus pendant des mois contre « des attaques d’une importance sans précédent » sans obtenir gain de cause…

Une autre menace selon le contrôleur : le recours de plus en plus régulier aux intérimaires… « Dans la vente, sur les quais mais aussi pour le contrôle de billets, assure-t-elle, à Nancy, j’ai vu ces jeunes en chasuble violette à la sortie du train. Ils faisaient les premiers contrôles pour rediriger les voyageurs sans billet vers des agents titulaires de la Lutte Anti-Fraude… » Et la femme de conclure : « C’est avec des CDD et des intérims qu’une entreprise rend la grève plus difficile. Les collègues peuvent subir un chantage à l’emploi. »

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste en alternance depuis la rentrée 2017.

En BREF

L’Elsauvien Michael Cuisance recruté par le Bayern Munich

par Jean-François Gérard. 970 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

De nouveau, une centaine de migrants installés aux Canonniers

par Emeline Burckel. 2 779 visites. 54 commentaires.

Des livreurs Deliveroo en grève, contre des courses à moins de 3€

par Emeline Burckel. 1 894 visites. 3 commentaires.