CTS, stade, médiathèque… Gros dossiers au conseil de l’Eurométropole
Politique 

CTS, stade, médiathèque… Gros dossiers au conseil de l’Eurométropole

Flux vidéo fourni par l'Eurométropole de Strasbourg

Hausse des abonnements CTS, rénovation du stade de la Meinau, médiathèque de Schiltigheim, zone commerciale de la Vigie… Le conseil de l’Eurométropole va délibérer sur plusieurs points très concrets ce vendredi. À suivre en direct à partir de 9h.

Après avoir voté des grands objectifs lors de ses deux dernières séances (à lire ici et ), le conseil de l’Eurométropole de Strasbourg de ce vendredi 3 mai va cette fois-ci s’intéresser à des dossiers plus concrets.

Un stade à rénover

Le premier point devrait susciter beaucoup de prises de parole, mais un relatif consensus puisque le Racing a déjà réussi sa deuxième saison pour son retour dans l’élite du football français. Ses résultats au-dessus des attentes (maintien assuré dès le printemps et victoire en Coupe de la Ligue) se traduisent par un fort engouement et des rencontres à guichets fermés, y compris pour les rémunérateurs sponsors, quasi-systématiquement. L’Eurométropole, propriétaire du stade de la Meinau, va délibérer sur une rénovation et un agrandissement de cet équipement.

Si certaines enquêtes publiques ou concertations sont courtes et se déroulent dans un quasi-anonymat, cette concertation là sera bien visible et connue. Contrairement à d’autres grands dossiers locaux, la commission nationale du débat public a même été saisie ! Pourtant, dans ce dossier entamé il y a deux ans, où des esquisses ont été transmises aux élus, mais pas au grand public, difficile d’imaginer les citoyens vraiment changer le projet par leurs contributions. Le coût (100 millions d’euros), le calendrier, certains aménagements (ajout d’un espace convivial dit « fan zone ») et le nombre de places sont arrêtés. Les travaux feraient passer de 27 000 à 32 500 le nombre de places, dont 10% de loges.

Cette augmentation de la jauge passera par un « comblement de la fosse » au bord du terrain et vraisemblablement la suppression des tribunes debout, les moins chères, le long de la pelouse. Une tribune surélevée serait aussi ajoutée côté ouest, au-dessus des bancs de touche.

Les citoyens auront peut-être un peu plus de latitude sur les aménagements aux abords du stade. L’idée générale est de réduire le stationnement à proximité directe du stade, notamment sur le côté avenue de Colmar.

Ce dossier ressent un effet « fin de mandat », la communication sur les projets non-débutés étant plus contrainte à partir de la rentrée 2019, en raison de la proximité avec les élections. La question de donner le nom du stade à un sponsor, sujet qui froisse nombre de supporters, n’est en revanche « pas l’objet de cette concertation », dixit le président de l’Eurométropole Robert Herrmann (PS). Les collectivités ont déjà réservé 60 millions d’argent public, les 40 millions restant devant être trouvés via un emprunt (et peut-être un sponsor).

L’objectif est de terminer les travaux en 2023. Strasbourg pourrait ainsi candidater pour accueillir des matches des Jeux olympiques de Paris en 2024.

Les tribunes populaires au debout au bord du stade vont-elles résister à la rénovation de la Meinau ? (photo JFG / Rue89 Strasbourg)
Les tribunes populaires au debout au bord du stade vont-elles résister à la rénovation de la Meinau ? (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Un peu de social avec la hausse des prix CTS

Elle revient tous les ans, c’est la hausse des tarifs de la CTS. Alors qu’un groupe de travail sur la gratuité des transports en commun doit rendre ces conclusions en juillet, le tandem Ries-Herrmann a répété plusieurs fois son opposition de principe. Fidèle à la logique de s’approcher d’une prise en charge de 50% des coûts de fonctionnement par les usagers, la collectivité augmente de 1€ l’abonnement mensuel (de 50,8 à 51,8€ en tarif plein et 26,6 à 27,6€ pour le demi-tarif jeunes et seniors), de 30 centimes les deux tranches sociales intermédiaires (25,7€ et 13,4€) et pas du tout le barème le plus bas (5,80€). Mini-révolution dans ce contexte, les barèmes pour bénéficier des tarifs sociaux vont être revalorisés (de 1,8%) pour la première fois depuis leur instauration en 2010. Il faut dire qu’avec l’inflation, même des bénéficiaires du RSA ne pouvaient plus y prétendre. Cette nouveauté fait suite à une demande du vice-président Mathieu Cahn (PS) et de l’association d’usagers l’Astus.

Les tickets, augmentés l’an dernier, gardent leur prix inchangé (pour cette année). La logique est d’augmenter abonnements ou tickets un an sur deux.

La médiathèque de Schiltigheim arrive

Le conseil des 33 communes va aussi voter la programmation d’un épineux sujet à Schiltigheim. Près de vingt ans après les débuts du projet, qui a varié au gré des alternance politique, la quatrième médiathèque de l’Eurométropole (avec celles de Lingolsheim, Illkirch-Graffenstaden et Malraux à Strasbourg) sort de terre. La dernière inauguration datait de 2009.

La médiathèque de Schiltigheim, aujourd'hui en travaux, bénéficiera d'une grande terrasse. (photo JFG / Rue89 Strasbourg)
La médiathèque de Schiltigheim, aujourd’hui en travaux, bénéficiera d’une grande terrasse. (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

La médiathèque Nord, qui compte déjà un directeur, sera intégrée sur 4 étages dans un immeuble de 30 logements au cœur de la cité des Brasseurs. Pour la faire fonctionner en 2021, la métropole va recruter 16 agents, une première inflexion notable par rapport au plan de non-renouvellement d’agents entamé en 2014 pour diminuer le personnel. À l’intérieur (2 520 m²), la conception prévoit moins d’espaces pour les collections de livres qu’ailleurs et plus pour la médiation et des animations. Une ouverture le dimanche est envisagée.

L’épineux sujet des zones commerciales

L’Eurométropole va voter sur un sujet qui va revenir dans les débats des élections de 2020 et dépasse le clivage majorité-opposition : celui du soutien aux zones commerciales. Sentant la critique venir en ce qui concerne la délibération sur l’accessibilité de la Vigie au sud, l’exécutif assure d’ailleurs l’avoir intégrée dans un plan d' »accessibilité globale » (« 65% des flux concernent l’habitat et 35% la zone commerciale ») des communes des alentours (Fegersheim, Illkirch-Graffenstaden, Geispolsheim, Ostwald). L’opération coûte 15 millions d’euros, soit 12,5 de travaux et 2,5 d’études. Dans ce total, 10 millions concernent la transformation des trois ronds-points en carrefours à feux et environ 2,5 millions pour accompagner cela d’aménagement cyclables, pour transports en communs et piétons. Le vice-président en charge du commerce et de l’artisanat Jean-Luc Herzog (DVD) ajoute n’avoir accordé que 10 000 m² sur les 40 000 demandés par la société Altarea, qui gère la Vigie.

Une autre délibération vise à déminer cette critique selon laquelle l’Eurométropole favoriserait les zones commerciales au détriment du commerce de proximité. Un an après une étude sur le petit commerce, la collectivité vote le même jour un nouveau fonds de 200 000€. Il vise à aider les commerces des plus petites communes de l’Eurométropole (moins de 6 000 habitants) en cas d’investissement matériels ou immatériels (30% des frais, jusqu’à 35% pour les bouchers-charcutiers et boulangers).

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

Stade de la Meinau : 100 millions et 4 000 places de plus pour le grand public

par Jean-François Gérard. 1 505 visites. 7 commentaires.

Dimanche, rassemblement « pour une autre politique migratoire » pendant les portes ouvertes du Parlement européen

par Cassandre Leray. 398 visites. 1 commentaire.

Un numérique éco-responsable est-il possible ?

par Pierre France. 203 visites. Aucun commentaire pour l'instant.