Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Après une diffamation sur Facebook, le militant nationaliste s’en sort grâce à la prescription
L'actu 

Après une diffamation sur Facebook, le militant nationaliste s’en sort grâce à la prescription

par Pierre France.
Publié le 12 septembre 2022.
Imprimé le 28 janvier 2023 à 07:12
1 677 visites. 4 commentaires.

Laurent Husser, militant nationaliste, avait diffamé Georges Federmann, un psychiatre militant antiraciste strasbourgeois, sur Facebook, en novembre 2019. M. Husser avait été reconnu coupable en février 2022 et condamné à de lourdes amendes. Vendredi, la Cour d’appel de Colmar a jugé que les faits étaient prescrits.

Psychiatre strasbourgeois, Georges Federmann avait été présenté en novembre 2019 comme un passeur et insulté sur Facebook par Laurent Husser, un militant d’extrême-droite strasbourgeois. Collaborateur à Bruxelles des parlementaires européens nationalistes, Laurent Husser avait alors conclu à la suite d’un article des DNA faisant état d’un trafic d’ordonnances que le Dr Federmann était impliqué, ce qui n’était pas le cas. Ce dernier avait alors porté plainte pour diffamation, rejoint par le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) en partie civile (voir le compte-rendu d’audience).

En février 2022, le tribunal correctionnel de Strasbourg avait reconnu coupable de diffamation Laurent Husser et l’avait condamné à verser environ 7 000€ d’amendes et de frais d’avocats. Mais vendredi 9 septembre, la Cour d’appel de Colmar a infirmé ce jugement et prononcé l’extinction de l’action publique, en considérant que les faits étaient prescrits.

Une instruction trop lente

Selon Mme Pauly, présidente de la formation d’appel, l’instruction n’a pas rallongé le délai de prescription :

« La Cour relève que les deux courriers du magistrat instructeur, datés des 15 janvier et 2 février 2021, postérieurs à l’avis préalable de mise en examen, visant à interroger par écrit la personne soupçonnée, dont la mise en examen était envisagée, n’entrent ni dans le champ des dispositions dérogatoires et strictes de l’article 51-1 de la loi du 2 juillet 1881 ni dans celui des articles 79 à 230 du Code de procédure pénale, et ne peuvent donc être considérés comme des actes d’instruction réguliers ayant valablement interrompu la prescription. Dès lors, en l’absence de tout acte qui aurait valablement interrompu le délai de prescription entre l’avis préalable de mise en examen du 29 octobre 2020 et l’avis de mise en examen du 11 mars 2011, la prescription était donc acquise en cours d’instruction. »

La Cour ne se prononce donc pas sur le fond du dossier, et n’ordonne donc ni amende ni dépens.

Article actualisé le 12/09/2022 à 13h05
L'AUTEUR
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

À Hautepierre, concertation lancée pour un nouveau pont sur la M351

par Loris Rinaldi et Pierre France. 7 014 visites. 3 commentaires.

Maison d’arrêt de Strasbourg : un détenu succombe à ses brûlures après un feu survenu dans une cellule

par Loris Rinaldi. 650 visites. 3 commentaires.

Un festival de banalités pour transformer le Marché de Noël

par Eva Chibane. 3 773 visites. 4 commentaires.
×