Au conseil municipal, des cours d’écoles plus vertes et mieux pensées pour les filles
Politique 

Au conseil municipal, des cours d’écoles plus vertes et mieux pensées pour les filles

Flux vidéo fourni par l'Eurométropole de Strasbourg

Confinement oblige, Jeanne Barseghian va tenir son premier conseil municipal à distance. Il sera notamment question de l’aménagement des cours d’écoles à Strasbourg. À suivre en direct et avec nos commentaires à partir de 14h.


Posez vos questions à notre journaliste sur le tchat. Nous répondrons en direct.

Jeanne Barseghian arrivera-t-elle à maîtriser sa fin de séance ? C’est l’une des intrigues du conseil municipal de ce lundi 16 novembre, après huit semaines de pause. Fin août, sa majorité n’avait pas réussi à prendre position sur les rondes sécuritaires de Stras Défense, donnant l’impression d’une forme de soutien.

Puis, en septembre, son équipe a peiné à justifier les vraies raisons l’amenant à décliner le « prix de la démocratie » pour 2021, des rencontres imaginées par un jeune institut privé, pas complètement transparent. Le sujet avait été monté en épingle par l’opposition, qui n’avait pas transmis le dossier à leurs ex-collègues. À chaque fois, il s’agissait de questions d’actualité et les groupes LR, LREM et les « alliés » socialistes ont chacun critiqué la municipalité, acculant les écologistes. Le format « à distance » de ce nouveau conseil pourrait limiter les moments de flottement dans l’hémicycle.

Plus de verdure dans les écoles

L’un des principaux sujets est la végétalisation des cours d’écoles. Dans toutes les grandes villes, c’est un changement qui est perçu comme une solution pour lutter contre les îlots de chaleur. Cette idée figurait dans le programme de plusieurs listes des élections municipales à Strasbourg.

Il s’agit aussi de favoriser un meilleur partage de l’espace entre filles et garçons. Les terrains de foot en accès libre, notamment, sont pointés comme la raison d’une marginalisation des filles, des « plus petits garçons » ou « des moins dominants ». Des comportements qui se reproduisent dans l’espace public ensuite. « Il ne s’agit pas de retirer tout terrain de sport des cours d’école, mais plutôt de repenser globalement la fonctionnalité et la disposition des différents types d’espaces au sein même d’une cour d’école afin de favoriser l’égalité entre les filles et les garçons », indique la délibération soumise aux élus ce lundi.

Ces projets de « déminéralisation » avaient été évoqués lors du mandat précédent mais ils ne s’étaient pas concrétisés. Seule l’école Catherine à Hautepierre a vu ces critères pris en compte, suite à un budget rectificatif voté par les écologistes en juillet, à l’occasion des travaux cet été. Trois écoles, au Port-du-Rhin, au Tivoli et à la Meinau sont concernées.

École du Rhin, Branly, Fischart, : les trois cours refaites

La future école Branly (doc Ville de Strasbourg)
Avant/après l’école Fischart à la Meinau (doc Ville de Strasbourg)

Les cinq prochaines écoles concernées en 2021 seront Albert le Grand élémentaire, Catherine, Musau, Schoepflin et Académie, ainsi que deux établissements de petite enfance.

Quel « réveil » pour la démocratie locale ?

L’autre gros dossier est la « reprise » démocratie locale, en suspens depuis le début du mandat. Ce sujet a souvent amené plus d’une heure de débat lors du mandat précédent, chacun ayant sa propre vision de ce qu’il faut partager ou non avec les habitants. L’opposition ne devrait pas rater les écologistes sur ce qui était un des trois piliers de leur programme.

La délibération prévoit encore peu de choses concrètes, comme le laissait penser la visioconférence avec environ 300 Strasbourgeois le 4 novembre. L’échange a surtout apporté une justification nouvelle à ce retard à l’allumage : le manque d’effectifs. « L’administration dit qui lui faut 6 mois pour recruter, ce qui déjà parait un peu long, mais surtout veut dire que personne en interne ne veut s’y coller », analyse un ancien membre des services.

Un des retards concerne le budget participatif, enlisé. La majorité des projets (24 sur 31) lauréats de la saison 1 n’ont pas été réalisés. La saison 2 avait été volontairement étalée sur deux ans pour éviter cet écueil, mais ce n’est toujours pas suffisant. La municipalité compte revoir les critères pour les 185 projets déposés et le calendrier ne sera pas tenu. Jeanne Barseghian souhaite arriver à « un calendrier réel et non pas un affichage ».

La délibération prévoit néanmoins de « réveiller les instances » actuelles de démocratie locale, dixit Jeanne Barseghian en conférence de presse. Parmi les projets, la relance des pétitions reconnues par le conseil municipal qui donnent le droit à un habitants d’interpeller les élus en fin de séance. Elles devraient revenir à l’issue du vote.

Une petite nouveauté fait son apparition avec les « conférences citoyennes ». Les écologistes ont choisi de discuter avec la population de la 5G, puis de la Zone à faibles émissions (ZFE), dont le calendrier va être repoussé à l’échelle de l’Eurométropole en 2021.

Pour d’autres nouveautés, il faudra attendre des délibérations suivantes en 2021. Parmi les idées, des « votations » sur le modèle de la Suisse. Concernant la réforme des conseils de quartiers, obligatoires, Jeanne Barseghian a parlé de « transcender la loi » lors de la séance du 4 novembre. Les écologistes, mais aussi des membres de ces conseils, estiment qu’ils ne concernent pas assez de monde et ne sont pas adaptés aux demandes des citoyens, qui préfèrent s’engager sur des thèmes ou des durées déterminés. Le chantier suit son cours.

La compétition des oppositions continue

En fin de séance, l’opposition bat son record d’interpellations avec 7 sujets à débattre. Cette fois-ci, c’est le groupe LR qui remporte la manche avec 4 interpellations, contre « seulement » 3 pour les LREM et apparentés.

Toujours persuadés d’être les seuls détenteurs du « pragmatisme » et de n’avoir aucune « idéologie », les élus du groupe LR recyclent leurs sujets de prédilection : le stationnement dans les rues, les commerces de centre-ville et la sécurité. Pour LREM, les questions portent sur les actions concrètes (ou leur absence), le 31 décembre et les quartiers populaires, où la formation cherche à convaincre les nombreux abstentionnistes de juin.

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

Après trois séismes au nord de Strasbourg, Fonroche annonce un arrêt complet temporaire du puits de géothermie

par Rue89 Strasbourg. 5 068 visites. 7 commentaires.

Contre la loi de Sécurité globale, une marche nocturne mercredi

par Pierre France. 1 153 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Nouvelle grève dans les cantines de Strasbourg jeudi

par Pierre France. 731 visites. Aucun commentaire pour l'instant.