En Alsace, les populations d’oiseaux en déclin de 26 à 100% selon les espèces
Environnement 

En Alsace, les populations d’oiseaux en déclin de 26 à 100% selon les espèces

actualisé le 25/04/2018 à 10h35

Le CNRS et le Museum national d’histoire naturelle ont annoncé fin mars, que « les oiseaux des campagnes françaises disparaissent à une vitesse vertigineuse ». Leurs populations auraient diminuées en moyenne d’un tiers en 15 ans. En Alsace, zone d’agriculture intensive, la même évolution est constatée d’après les relevés de la Ligue de protection des oiseaux (LPO).

C’est une tendance que l’on retrouve partout en France, voire dans toute l’Europe : deux programmes de suivis distincts portés par le CNRS et le Museum national d’histoire naturelle témoignent d’une « disparition massive » des populations de nombreuses espèces d’oiseaux qui peut aller jusqu’à 90% pour la perdrix grise. En 2014 déjà, une étude réalisée dans 25 pays mettait en évidence la disparition de 421 millions d’oiseaux en 30 ans en Europe.

La perdrix grise n’est plus détectée en Alsace. (Photo Frans Vandewalle)

En Alsace, la ligue de protection des oiseaux (LPO) coordonne le programme national de suivi temporel des oiseaux communs (STOC) : 20 carrés de 10 km sur 10 km dispatchés sur toute l’Alsace servent de base à cette étude. Dans chacun de ces carrés, 10 points sont déterminés, au niveau desquels un comptage est réalisé, à l’oreille. Les mâles chanteurs des différentes espèces sont dénombrés sur chaque point de relevé. Ce protocole se fait deux fois par an.

Les statistiques issues de ces dénombrements concentrent des données recueillies depuis plus de 20 ans. Les scientifiques peuvent alors avoir une idée précise de l’évolution du nombre d’oiseaux dans ces zones. Ces emplacements n’ont pas été choisis au hasard, les variations observées sur ces territoires correspondent, en théorie, à celles qui sont en cours dans toute l’Alsace.

La perdrix grise a disparu

Globalement, 30% des oiseaux des champs alsaciens ont disparu. Certaines espèces comme la perdrix grise, sont aujourd’hui totalement absentes dans la région. La caille des blés a quasiment disparu également. La pie grièche écorcheur compte 27% d’individus en moins et 33% des bruants jaunes se sont éteints. Enfin, les populations de faucons crécerelles et d’alouettes des champs ont respectivement chuté de 20% et de 26%.

L’Alouette des champs est menacée par les pratiques agricoles alsaciennes. (Photo Wikimédia)



Pour estimer l’évolution de la population des oiseaux, les scientifiques estiment une « valeur d’abondance » chaque année pour chaque espèce. Elles sont calculées à partir d’une formule mathématique qui prend en compte tous les comptages réalisés en Alsace dans le cadre du programme STOC réalisé par la LPO. Les abondances minimums et maximums estimées correspondent à des valeurs qui donnent un intervalle de sécurité, étant donné que l’étude n’a pas été faite sur l’intégralité du territoire alsacien mais sur des zones représentatives de celui-ci. Cela permet d’avoir une estimation plus précise qu’un simple point, grâce à un intervalle de valeurs. Cependant, l’abondance réelle se rapproche certainement plus de la courbe centrale visible sur les graphiques. La valeur 1 estimée en 2005 correspond aux populations d’oiseaux à ce moment, mais celles-ci étaient déjà en baisse avant.

Depuis 15 ans, les populations de bruants jaunes ont baissées de 33 %.

L’agriculture intensive et les pesticides mis en cause

Alexandre Gonçalves, chargé de mission à la LPO, met en cause les techniques agricoles actuelles :

« Les oiseaux ont de moins en moins d’habitats. Les champs grignotent du terrain sur les forêts ou les haies dans lesquelles ils font habituellement leurs nids et passent une bonne partie de leur existence. Ensuite, il y a les herbicides, qui tuent de nombreuses espèces végétales. Les oiseaux ont alors beaucoup moins de graines pour se nourrir. Puis viennent les insecticides, qui provoquent une chute grave du nombre d’insectes, dont ils se nourrissent aussi. Au final, les oiseaux ont de moins en moins de place et de moins en moins de nourriture, en raison de l’agriculture industrielle. »

La Pie-Grièche Écorcheur qui se nourrit d’insectes est menacée par les insecticides. (Photo Lubos Houska)

Les insecticides néonicotinoïdes, très utilisés depuis les années 2000, causent la disparition de nombreux insectes. La chute du nombre d’oiseaux est bien corrélée à l’augmentation des traitements par les néonicotinoïdes d’après Alexandre Gonçalves. Les plantes ingèrent ces molécules qui se retrouvent partout dans leur organisme, y compris au niveau des feuilles. Elles sont donc dangereuses pour les insectes, et pas uniquement après épandage de ces insecticides, elles le restent en permanence car les molécules toxiques stagnent dans les plantes. Les abeilles sont très menacées par ce phénomène, leur système nerveux étant attaqué, elles ne retrouvent plus leurs ruches et meurent.

Yves Handrich, chercheur au CNRS à Strasbourg et spécialiste des oiseaux, s’inquiète particulièrement de la disparition des prairies :

« Beaucoup d’oiseaux des champs ont besoin de prairies avec une couverture végétale diversifiée. Prenons l’exemple des alouettes qui passent une grande partie de leur temps sur des sols dégagés. Elles utilisent de l’herbe pour faire leurs nids et s’alimentent de diverses plantes et insectes de prairies. Il en va de même pour les cailles et la outarde canepetière. Elles nécessitent un certain cortège de végétation. Parfois on croit que le facteur limitant, c’est un manque de nourriture tout court. En réalité, comme les humains, les oiseaux ont besoin d’une alimentation diversifiée et pas juste abondante. Il arrive qu’ils manquent de certains micronutriments, comme leur alimentation est peu variée à cause de la monoculture. Cela représente un facteur de baisse des populations. Les surfaces des champs sont plus grandes que les capacités de déplacement de certains oiseaux qui se retrouvent littéralement perdus dans un désert écologique. Les nutriments sont très peu diversifiés sur ces territoires. La situation est catastrophique. »

Des réactions trop faibles par rapport à la situation

Pour Yves Handrich, quand une population disparaît à un endroit en particulier et qu’il ne s’agit pas d’une espèce migratrice, « il est très difficile de revoir une population s’installer dans cette zone ». Même dans le cas où les conditions s’améliorent, ce qui est loin d’être fréquent, les oiseaux perdent l’habitude de s’établir dans un environnement où le contexte n’a pas été propice pendant une période. Les réintroductions artificielles échouent souvent. Le gypaète barbu est un exemple de réintroduction réussie dans les Alpes. Mais celle-ci a nécessité un investissement de scientifiques pendant plus de 30 ans. Ce projet aura nécessité des millions d’euros de financements. On imagine mal un tel investissement pour tous les oiseaux des champs alsaciens.

La présence d’oiseaux est un indicateur de la biodiversité en général, car ils ont besoin d’un écosystème diversifié pour survivre. Yves Handrich explique que « le grand public n’est pas assez conscient que la situation est catastrophique, la biodiversité toute entière est menacée, et la disparition des oiseaux est une sonnette d’alarme de plus. »

Les populations de faucons crécerelles comptent 20% d’individus en moins qu’il y a 15 ans en Alsace. (photo Anika Kruemel)

Alexandre Gonçalves désigne la Politique agricole commune (PAC) comme l’un des grands responsables de ce déclin de la biodiversité :

« On se dirige vers une intensification de l’agriculture, l’Europe subventionne les mono-cultures. Les réactions face aux situations critiques de l’environnement mettent trop de temps à se mettre en place et sont ridiculement faibles par rapport à l’urgence de la situation. Quelques agriculteurs se convertissent à l’agriculture raisonnée ou biologique, mais ces cas sont marginaux. »

En 2014, la PAC promettait un « verdissement » de l’agriculture en prônant le maintien des prairies, la diversité des cultures et la conservation des surfaces d’intérêts écologiques. Mais en 2017, la Cour des comptes européenne a publié un rapport mettant en évidence le manque de précision et d’ambition de ces objectifs environnementaux. Ce « verdissement » n’aurait entraîné des changements dans les pratiques que sur environ 5% des terres agricoles.

D’après la LPO, les oiseaux nécessitent une mosaïque de paysages avec des prairies, des arbres, des haies et des cours d’eau. La zone la plus épargnée par cette chute des populations est l’Alsace Bossue. Ces plateaux ne permettent pas l’établissement de la monoculture céréalière. Là-bas, de nombreuses prairies et bosquets constituent des milieux propices aux oiseaux des champs.

L'AUTEUR
Thibault Vetter
Thibault Vetter
Après avoir réalisé des études scientifiques, je me suis spécialisé dans la médiation et la vulgarisation des sciences.

En BREF

Fascistes et antifas se donnent rendez-vous lundi près de la Cathédrale

par Pierre France. 2 085 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Strasbourg veut sensibiliser les fêtards aux nuisances nocturnes

par Caroline Alonso et Pierre France. 808 visites. 5 commentaires.

Grève et manifestation pour la « défense de la fonction publique » mardi à Strasbourg

par Caroline Alonso. 1 326 visites. Aucun commentaire pour l'instant.