En trois jours, 236 personnes, dont 85 enfants, ont été évacuées du camp des Ducs d’Alsace
L'actu 

En trois jours, 236 personnes, dont 85 enfants, ont été évacuées du camp des Ducs d’Alsace

La prise en charge et l’orientation des 236 résidents du camp des Ducs d’Alsace ont pris trois jours. Jeudi 24 octobre, la préfecture a annoncé la libération des trois bâtiments réquisitionnés dans le quartier de l’Elsau.

« Merci Strasbourg. » Niaze et Merida, originaires de Sarajevo, veulent dire leur reconnaissance envers les Strasbourgeois qui les ont aidés. Ils évoquent en souriant une femme et un « homme avec une barbe blanche » ayant régulièrement apporté de la nourriture. Pendant un mois, ils ont dormi dans une tente avec leurs quatre enfants.

Puis le camp des Ducs d’Alsace, à Cronenbourg, a été évacué dans la matinée du mardi 22 octobre. La famille bosniaque a dormi deux nuits dans le gymnase du collège Hans Arp. Ils doivent maintenant quitter les lieux pour un hébergement plus stable. Le couple vient de déposer sa première demande d’asile.

Niaze et Merida, 23 et 25 ans, viennent de déposer leur demande d’asile. Ils seront hébergés le temps que leur dossier soit traité. (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

236 personnes, 85 enfants

En tout, les services de l’Etat (Préfecture, Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides, Office Français Immigration Intégration, Service intégré d’accueil et d’orientation…) ont étudié les dossiers et orienté 236 personnes, dont 85 enfants. Yves Séguy, secrétaire général de la préfecture du Bas-Rhin, fait le bilan :

« Plus de la moitié des personnes viennent d’Albanie, Géorgie, Russie et du Kosovo. Sur l’ensemble, un tiers des personnes sont des primo-demandeurs d’asile. Un autre tiers sont en situation irrégulière, car ils ont épuisé tous les recours pour leur demande d’asile. Les autres sont des « Dublinés » (ils doivent déposer leur demande dans le pays où leurs empreintes ont été enregistrés pour la première fois, ndlr). »

Les personnes en situation régulière logeront notamment dans des centres d’accueil pour demandeurs d’asile. « Nous avons fait appel à des structures du département, de la région ainsi que du reste du pays », souligne Yves Séguy.

C’est la neuvième évacuation depuis le début de l’année 2019. Plus de 1 000 personnes ont ainsi été prises en charge en moins d’un an.

Jeudi en fin d’après-midi, le gymnase du collège Hans Arp était déjà presque vide.

Contre les camps, des moutons ?

L’adjointe au maire de Strasbourg en charge des Solidarités, Marie-Dominique Dreyssé, a souligné l’ampleur de l’opération : « C’est la première fois que ça prend trois jours et que nous utilisons trois sites. » Questionnée sur la reconstitution probable d’un nouveau camp des Ducs d’Alsace, l’élue a assuré vouloir « sanctuariser les sites pour permettre aux habitants de retrouver leur espace public. » Comment ? La responsable politique a évoqué un projet d’éco-paturage sur le site…

Mais dès jeudi, des grillages ont été installés sur les espaces autrefois libres des Ducs d’Alsace…

Vendredi, des grillages ont été posés pour empêcher l’accès aux espaces verts (document remis)
L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste en alternance depuis la rentrée 2017.

En BREF

Un séisme secoue Strasbourg, Fonroche dément en être à l’origine

par Pierre France. 9 061 visites. 32 commentaires.

Harcèlement : Le procès de l’ex-directeur de la Maison des associations reporté en mars

par Pierre France. 1 158 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Avec la Vélorution dimanche, le collectif compte peser sur les municipales

par Jean-François Gérard. 1 492 visites. 8 commentaires.