Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Évacuation soudaine des sans-abris du gymnase Branly
L'actu 

Évacuation soudaine des sans-abris du gymnase Branly

par Thibault Vetter.
Publié le 16 décembre 2021.
Imprimé le 24 janvier 2022 à 08:51
2 985 visites. 7 commentaires.

Ni les associations, ni la mairie, ni les personnes concernées n’étaient au courant. Le dispositif de mise à l’abri du gymnase Branly, ouvert dans le cadre du plan grand froid, a été évacué le 16 décembre par la police. Certains sans-abris ont des solutions d’hébergement mais les associations craignent des reconduites à la frontière pour des demandeurs d’asile en fin de droits.

La préfecture du Bas-Rhin avait activé, le vendredi 26 novembre, le plan grand froid. Elle avait réquisitionné, auprès de la Ville de Strasbourg, le gymnase Branly, pour y accueillir des personnes sans-abri. Environ 80 personnes, dont des familles avec une vingtaine d’enfants, y étaient abritées. La quasi-totalité demande l’asile en France, à des degrés divers de procédure (voir notre article dédié). Selon des membres d’associations de solidarité, le gymnase devait rester ouvert jusqu’au 19 décembre. Mais tôt dans la matinée du jeudi 16 décembre, les forces de l’ordre ont encerclé le bâtiment. Les services de la préfecture, notamment la police aux frontières, ont réveillé les personnes hébergées pour évacuer le site.

Un important dispositif policier encadre le gymnase. (Photo TV / Rue89 Strasbourg)

Jointe par Rue89 Strasbourg, la préfecture du Bas-Rhin ne souhaite pas communiquer sur l’opération. Floriane Varieras, adjointe à la maire de Strasbourg en charge des Solidarités, indique que la Ville n’a pas été tenue informée. Difficile de comprendre où ont été redirigées les personnes. Vers 9h, au compte goutte, des sans-abris sortaient du gymnase leurs sacs à la main, avec des solutions de relogement. Par exemple, une jeune femme et son père expliquaient qu’ils avaient reçu pour consigne de se rendre par leurs propres moyens dans un hôtel à Eckbolsheim, où ils sont censés être hébergés. La police aux frontières a aussi emmené deux familles dans des minibus.

Au moins deux familles ont été emmenées par des minibus de la police aux frontières. (Photo TV / Rue89 Strasbourg)

Une adjointe à la maire dénonce le manque de transparence de la préfecture

Plus tôt dans la matinée, un bus chargé de personnes majoritairement albanaises et tchétchènes est parti vers un foyer à Bouxwiller, selon les DNA. La préfecture avait déjà placé des personnes dans cette structure après l’évacuation d’un campement de demandeurs d’asile à Montagne Verte, en septembre. Sabine Carriou, présidente de l’association Les Petites Roues, craint des expulsions :

« Certaines personnes déboutées du droit d’asile, avec qui nous sommes en contact, ont été reconduites dans leurs pays d’origine après la dernière évacuation. Avant cela, elles avaient été emmenées dans ce foyer de Bouxwiller. Cette situation est donc très anxiogène aujourd’hui. Surtout qu’on n’a aucune visibilité sur ce qu’il se passe comme la préfecture ne communique pas. C’est indigne pour ces familles. »

L’adjointe à la maire Floriane Varieras dénonce aussi « un manque de transparence » :

« Je me demande où l’intérêt des personnes concernées a été placé dans leur décision de faire de la sorte, sans prévenir personne. »

La police aux frontières accompagnait les services de la préfecture. (Photo TV / Rue89 Strasbourg)

53 personnes dont 50 relogées selon la préfecture

À 19h, la préfecture s’est décidé à envoyer un communiqué sur l’opération de la matinée. Dans ce court texte, il est rappelé que « l’État a décidé de mettre fin à la réquisition du Gymnase Branly ouvert début décembre dans le cadre
du plan Grand froid. » La préfecture a décompté « 53 personnes encore hébergées » jeudi 16 décembre :

  • 50 personnes « ont été orientées vers des dispositifs de mise à l’abri adaptés à leur situation administrative » (sans plus de précision, NDLR),
  • Une « famille de deux personnes a refusé l’orientation qui leur a été proposée » (mais on ne sait pas ce qu’il est advenu d’elle, NDLR),
  • Une personne « susceptible de représenter une menace grave pour l’ordre public a été placé au centre de
    rétention administrative » (sans plus de précision, NDLR).

Aller plus loin

Article actualisé le 16/12/2021 à 19h27
L'AUTEUR
Thibault Vetter
Thibault Vetter
enquête sur l'hébergement d'urgence, la grande précarité, les pollutions et l'industrie.

En BREF

Des Décrocheurs mazoutent des portraits d’Emmanuel Macron pour dénoncer son inaction climatique

par Anne Mellier. 692 visites. 9 commentaires.

Un immeuble insalubre de Joseph Benamran devant la justice administrative

par David Weichert. 3 988 visites. 3 commentaires.

À la Meinau, une centaine de sans-abris squattent un bâtiment en instance de démolition

par Thibault Vetter. 5 869 visites. 9 commentaires.
×