Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
En janvier à Strasbourg, les étudiants entre vacances forcées et galères en bibliothèques
Société 

En janvier à Strasbourg, les étudiants entre vacances forcées et galères en bibliothèques

par Eva Chibane.
Publié le 10 janvier 2023.
Imprimé le 08 février 2023 à 08:11
2 392 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Les étudiants de l’Université de Strasbourg ont repris les cours depuis lundi, une reprise plus tardive qu’habituellement, puisque les vacances ont été prolongées d’une semaine pour réduire la consommation énergétique de l’université. Reportage auprès des étudiants.  

Lundi sur le campus de l’Esplanade de l’Université de Strasbourg, Maxime, étudiant en master de droit, est assez direct lorsqu’il est interrogé sur le bénéfice de sa semaine de vacances supplémentaire forcée : « Je ne vais pas tergiverser. L’université ne nous a pas demandé notre avis et ce sera pareil l’année prochaine ! » Il est l’un des quelque 60 000 étudiants à avoir repris les cours à Strasbourg lundi 9 janvier, après une fermeture des locaux étendue à la première semaine de janvier, dans l’objectif de réduire la consommation énergétique.

Devant le parvis de la fac de droit, tout le monde n’est pas du même avis. Émeline, en L2 de droit, a passé plus de temps en famille. À côté d’elle, son amie Paciane grimace en essuyant les gouttes de pluie qui lui tombent sur le visage :

« Oui, quand on peut rentrer chez ses parents, c’est sûr, c’est agréable. Ça n’a pas été mon cas, je n’ai pas eu les moyens de rentrer. J’étais juste seule dans mon appartement pendant toute la période des fêtes. Sans compter le chauffage en plus, j’ai eu trop froid pour le laisser à 18 degrés. »

Rizlaine, étudiante en fac de droit, trouve « déplorable » la fermeture de l’université. (Photo EC / Rue89 Strasbourg / cc)

Rizlaine descend les marches de la faculté de droit, replaçant son écharpe pailletée. La décision de l’université de fermer une semaine de plus ? « Déplorable », confie-t-elle. « Il est fondamental que l’État maintienne les services universitaires. » Habituée à travailler à la bibliothèque universitaire, elle n’a même pas essayé cette fois : « J’ai passé la semaine chez moi. Bibliothèques de sciences, de droit, aucun accès n’était possible », explique-t-elle.

Une heure d’attente pour entrer à la bibliothèque

Seules les bibliothèques Alinéa et Studium sont restées ouvertes sur le campus de l’Esplanade pendant cette période. Au Studium, la quasi-totalité des 600 places ont en permanence été occupées du 3 au 8 janvier.

La Bibliothèque nationale universitaire (BNU) qui ne dépend pas de l’Université de Strasbourg mais de l’État a également connu une fréquentation importante sur cette période indique un agent de la BNU :

« Nous étions à plus de 90% de fréquentation tous les jours, avec un pic à 99% vendredi 6 janvier à 15h30 par exemple et à d’autres moments, nous étions à 105% de notre capacité d’accueil. Nous avons dû refuser du monde. »

En temps normal, la BNU reçoit 2 000 à 2 400 personnes par jour. Durant la première semaine de janvier, l’édifice a accueilli plus de 4 000 étudiants par jour.

Charlaine a pris la décision de rester chez ses parents, découragée par ses amis. (Photo EC / Rue89 Strasbourg / cc)

Charlaine a préféré rester chez ses parents après avoir reçu des témoignages de ses proches : « Ils m’ont dit qu’il n’y avait pas une seule place dans les bibliothèques. À l’Alinéa, comme à la BNU, ce n’était juste pas possible. C’est décourageant, vraiment. »

La queue à 8h30 chaque matin

Julien, étudiant en fac de chimie, a fait la queue devant la BNU tous les jours à 8h30, avant la fermeture pour trouver une place :

« C’était de l’abus complet. J’ai passé plus de temps dans les queues à attendre d’avoir une place qu’autre chose. Certains jours, j’ai attendu plus d’une heure pour avoir une place ! Rien n’a été pensé pour que les mesures de fermetures ne pénalisent pas les étudiants en révisions. »

Dimanche, Julien a même abandonné l’idée de se rendre à la BNU, en constatant un taux d’occupation sur internet de plus de 90%.

Jake, un peu plus loin, allume une cigarette roulée devant le bâtiment de chimie :

« Pour ma part, j’avais réservé des salles à la BNU chaque fois mais c’était la galère. Cette semaine de fermeture a décalé le planning pour tout le reste de l’année : nous aurons à peine terminé les examens, que nous allons commencer les travaux pratiques. La charge de travail va être immense. »

Jake est en troisième année d’études de chimie. Il s’inquiète de la charge de travail accumulée. (Photo EC / Rue89 Strasbourg / cc)

Vacances supplémentaires en famille

Sur la vingtaine d’étudiants interrogés, la moitié a apprécié cette semaine en l’utilisant comme une extension de leurs vacances. Gabriella, en deuxième année de master de sociologie, en a profité pour rentrer en Slovaquie, ce qu’elle n’avait pas pu faire depuis cinq ans. Idem pour Maëva, en master de biologie, qui a pu rentrer à Lille et couper le chauffage dans son logement étudiant. 


Mais malgré le bon temps passé, ces mêmes étudiantes font la moue quand on leur parle d’une mesure qui pourrait se renouveler chaque année. Dans ce cas, disent-elles, elles souhaitent une meilleure organisation : « Nous avons dû mener l’enquête pour savoir si oui ou non, nous aurions des cours en visio. Et c’est pareil pour février, encore maintenant, on ne sait rien du tout ».

Le nouveau calendrier des cours encourage les composantes, laboratoires et services de l’Université de Strasbourg à programmer une semaine de congés universitaires supplémentaires en février, du lundi 13 au vendredi 17 février avant la semaine habituellement prévue à partir du 20 février. Mais la plupart des étudiants rencontrés, pour le moment, n’en savent rien. 

Article actualisé le 10/01/2023 à 12h16
L'AUTEUR
Eva Chibane
Eva Chibane
Étudiante à l'ESJ Pro. Oscille entre Belfort, Montpellier et Strasbourg.

En BREF

Troisième journée de grèves et de manifestation mardi contre la réforme des retraites

par Thibault Vetter. 8 537 visites. 6 commentaires.

La Foire Saint Jean 2024 aura lieu à Hautepierre

par Thibault Vetter. 3 230 visites. 1 commentaire.

Après un accident mortel, une marche organisée vendredi pour des routes moins dangereuses à Cronenbourg

par Pierre France. 1 146 visites. 6 commentaires.
×