GCO, golf de la Sommerau : la tentation de la « ZAD »
Environnement 

GCO, golf de la Sommerau : la tentation de la « ZAD »

actualisé le 28/03/2016 à 21h29

Les opposants au golf de la Sommerau ont empêché les ouvriers de débuter les travaux mardi (Photo Gaspard Glanz / Taranis News)

Les opposants au golf de la Sommerau ont empêché les ouvriers de débuter les travaux mardi (Photo Gaspard Glanz / Taranis News)

VIDÉOS – Faut-il occuper les terrains du Grand contournement ouest (GCO) et du golf de la Sommerau pour empêcher leur construction ? Les militants écologistes et les riverains de ces deux grands chantiers lancés au siècle dernier sont tentés de s’inspirer de la méthode de la « zone à défendre » (ZAD), employée à Notre-Dame-des-Landes en Loire-Atlantique et contre le barrage de Sivens dans le Tarn.

Qu’est-il arrivé à la culture de dialogue et de compromis à l’alsacienne ? Les questions liées à l’environnement ont toujours été chères aux Alsaciens, qui ont su préserver leur environnement face au développement économique. C’est en Alsace qu’est née l’écologie politique, avec par exemple Antoine Waechter dans les années 70 et les hautes luttes autour du massif de Marckolsheim pour préserver la forêt rhénane.

Mais depuis quelques années, quelque chose s’est brisé. Peut-être parce que l’Alsace est sortie de sa bulle économique favorable et que son taux de chômage a rejoint celui des autres régions de France. La préservation de l’environnement, une question certes âprement discutée mais incluse dans les projets de développement autrefois, est aujourd’hui vécue comme un luxe insupportable.

Une première cabane construite sur le tracé du futur GCO et occupée par les opposants (Photo Gaspard Glanz / Taranis News)

Une première cabane construite sur le tracé du futur GCO et occupée par les opposants (Photo Gaspard Glanz / Taranis News)

Les discours se radicalisent

Du coup, les discours se radicalisent de part et d’autres. Alors que le Grand contournement ouest (GCO) et le golf public de la Sommerau renaissent de leurs cendres, le dialogue entre les porteurs de ces projets et les défenseurs de l’environnement apparaît aujourd’hui bloqué. Pour les écologistes, ces deux projets nés dans les années 70 et 80 n’ont plus leur place dans le monde contemporain.

Militants et sympathisants sont tentés de transformer la Sommerau et le Kochersberg en « zones à défendre » (ZAD) comme l’ont fait les opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes près de Nantes et ceux opposés au barrage de Sivens dans le Tarn. Mais il y a plusieurs problèmes : sur les deux chantiers alsaciens, les écologistes sont alliés à des riverains qui n’ont pas cette culture de l’occupation et de la confrontation, et maintenir des ZAD suppose de faire appel aux mouvements alternatifs, bien moins présents en Alsace que dans l’ouest et le sud de la France.

Dany Karcher, maire sans étiquette, prêt à accueillir une ZAD dans les bois de Kolbsheim

Les accès au golf de la Sommerau bloqués, la « zone » défendue par les opposants contre les engins de chantier

Cette stratégie de la « zone à défendre » ne fait pas l’unanimité, même au sein des opposants à ces deux projets. Certains craignent d’avoir à affronter les forces de l’ordre, comme à Notre-Dame-des-Landes ou à Sivens où un jeune homme de 21 ans est mort à la fin du mois d’octobre. Mais pour les écologistes, le « passage en force » actuel, avant l’épuisement des recours juridiques n’est pas acceptable.

Vidéos : Gaspard Glanz
Texte : Pierre France

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : « Jo », un Strasbourgeois zadiste à Sivens

Sur Rue89 Strasbourg : tous nos articles sur le GCO

Sur Rue89 Strasbourg : tous nos articles sur le golf de la Sommerau

L'AUTEUR
Rue89 Strasbourg
Rue89 Strasbourg
Il a fallu un effort collectif pour fournir cet article ! Pfiou.

En BREF

David, artiste de rue, témoin de l’attaque

par Pierre Pauma. 2 757 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Après l’attaque de mardi, le Marché de Noël reste fermé un jour de plus

par Pierre France et Jean-François. 10 091 visites. 24 commentaires.

Coups de feu dans le centre-ville de Strasbourg, trois morts et treize blessés

par Guillaume Krempp, Pierre Pauma, Jean-François Gérard et Pierre France. 9 250 visites. 6 commentaires.