La Grenze ouvre enfin, victime de la difficulté d’installer des lieux éphémères en France
L'actu 

La Grenze ouvre enfin, victime de la difficulté d’installer des lieux éphémères en France

actualisé le 15/07/2019 à 16h18

La Grenze, c’est ce projet de nouveau lieu culturel éphémère derrière la gare de Strasbourg. Elle espérait se lancer fin juin mais ses fondateurs se sont heurtés à des obstacles récurrents quand il s’agit d’ouvrir ce type d’endroit en France. La Grenze a fini par ouvrir vendredi 12 juillet.

Rue89 Strasbourg vous en parlait mi-mai, un nouveau lieu éphémère doit ouvrir cet été dans un hangar SNCF derrière la gare. L’idée de la Grenze, c’est de créer du lien social en proposant des concerts, une restauration de proximité, et des activités sportives et culturelles. Mais l’été avance et la Grenze n’est toujours pas ouverte. Que s’est-il passé ?

Une cinquantaine de bénévoles se sont relayés pour retaper ce hangar (Photo La Grenze)

Jusqu’à cinq mois pour être dans les règles

Les fondateurs de la Grenze se sont frottés aux difficultés que n’importe quelle personne ou société rencontre lorsqu’elle ouvre un établissement recevant du public. Paul Meyer, adjoint au maire en charge du quartier gare, détaille :

« La législation française ne fait aucune différence entre un lieu qui va rester ouvert deux mois, comme la Grenze, et un lieu qui va peut-être rester ouvert cinquante ans. »

Or, en France, un lieu qui souhaite recevoir du public doit premièrement obtenir une autorisation de réaliser des travaux. Cette procédure peut déjà prendre jusqu’à quatre mois. Ensuite, la sous-commission départementale de sécurité doit se réunir pour valider ou non si un lieu est conforme aux normes de sécurité lieu. Elle a un mois pour le faire.

La Grenze aurait donc dû déposer son dossier, au plus tard, début janvier, mais à l’époque, l’association était encore en lice pour ouvrir à la Coop. Finalement, elle n’a déposé sa demande d’autorisation de chantier qu’à la mi-mai.

La Ville mobilisée pour accélérer le dossier

Si le temps légal d’examen du dossier de la Grenze était respecté, elle n’ouvrirait pas avant l’automne. Or, Paul Meyer rappelle que c’est un projet important pour la Ville :

« On veut soutenir les gens qui émergent, qui essayent d’innover, qui n’ont pas de gros capital et qui ne sont pas forcément à l’aise avec ces démarches administratives. Donc la Ville fait de son mieux pour que la Grenze ouvre le plus vite possible. Mais on doit aussi trouver un équilibre pour accompagner ce type de projet de manière un peu plus forte sans pour autant faire de favoritisme. »

Un engagement que saluent d’ailleurs les membres fondateurs de la Grenze.

Le collectif Vacance collective a accompagné les bénévoles de la Grenze pour fabriquer des tables et des bancs en bois de récupération (Photo La Grenze)

Plus l’ouverture tarde…

La sous-commission départementale de sécurité s’est réunie vendredi 12 juillet à la Grenze pour se prononcer sur la conformité du lieu. Malgré les délais serrés, le lieu a pu ouvrir et les Strasbourgeois sont invités à en profiter lors d’une soirée « La Grenze, c’est Party » et jusqu’à la mi-septembre.

L'AUTEUR
Maxime Nauche
Journaliste indépendant

En BREF

Épuisées, des mères d’enfants handicapés devant le rectorat pour obtenir de l’aide

par Guillaume Krempp. 9 644 visites. 12 commentaires.

Des riverains obtiennent la fermeture temporaire du Local, bar à concerts de la Krutenau

par Tristan Kopp. 5 379 visites. 15 commentaires.

Venu de l’Ouest, Actu.fr se lance à Strasbourg

par Jean-François Gérard. 1 584 visites. Aucun commentaire pour l'instant.