Le Grand-Est est la deuxième région exportatrice de France
Economie 

Le Grand-Est est la deuxième région exportatrice de France

actualisé le 08/06/2018 à 17h03

Avec un total de 62,5 milliards d’euros de produits vendus à l’international sur l’année 2017, le Grand-Est est la deuxième région française qui exporte le plus, mais loin derrière l’Ile-de-France et talonnée par Auvergne Rhône-Alpes.

Les entreprises du Grand-Est exportent plus de marchandises qu’elles n’en importent. Selon des chiffres de l’Institut national des statistiques et des études économiques (Insee), la région enregistre une hausse de 4,2% de ses exportations entre l’année 2016 et 2017. Bien que les importations soient également en hausse (+6,3% à 58,8 milliards d’euros), la région reste en excédent commercial. Au total, le Grand-Est concentre 12% du total des exportations françaises.

Une production encore tournée vers l’industrie

Alors que ce n’est pas toujours le cas dans le reste de la France, le parc industriel de la région tire son économie. Ce secteur représente 46% des exportations totales, avec des hausses notables dans le domaine des équipements automobiles (+10%), de la construction automobile (+7%), mais surtout dans la sidérurgie, dont les ventes à l’étranger ont bondi de 17%. Les équipements électroniques et mécaniques, autre pôle important de l’économie de la région (qui représente 22% des exportations), progressent un peu moins vite, à hauteur de 3%. Le Grand-Est a profité également de la notoriété internationale de ses alcools, notamment le Champagne et le vin d’Alsace, en hausse de 2% sur l’année.

L’Alsace première exportatrice de la région

Parmi les 10 départements que compte la région, tous ne sont pas égaux en termes d’exportations. Le Haut-Rhin et le Bas-Rhin représentent à eux deux 54% des exportations totales de la grande région. Si on y ajoute la Moselle, le chiffre grimpe même à 73%. L’ouest de la région, avec des départements ruraux contribuent moins aux exportations totales.

Les résultats des deux départements alsaciens s’expliquent par leur situation géographique, et notamment leur proximité avec l’Allemagne. Celle-ci représente en effet 35% des ventes de toute la région.

L'AUTEUR
Simon Adolf
Simon Adolf

En BREF

Les barrages sur le Rhin à l’abri de la libéralisation pour l’instant

par Claire Gandanger. 534 visites. 1 commentaire.

L’Université a dépensé 400 000€ pour garder ses bâtiments pendant les manifestations étudiantes

par Pierre France. 2 910 visites. 5 commentaires.

Aux Gay Games à Paris, ces Strasbourgeois combattent l’homophobie dans le sport

par Judith Barbe. 895 visites. 1 commentaire.