Réfugiés : Strasbourg rejoint le réseau des villes solidaires
Société 

Réfugiés : Strasbourg rejoint le réseau des villes solidaires

actualisé le 04/09/2015 à 21h03

La photo du petit Aylan mort noyé a provoqué un élan d'émotion dans la presse occidentale

La photo du petit Aylan mort noyé a provoqué un élan d’émotion dans la presse occidentale

De plus en plus de réfugiés et migrants arrivent en Allemagne. À la frontière, un hôtel est réquisitionné et des préfabriqués sont commandés. Au niveau européen, les dirigeants commencent à se coordonner, alors que l’émotion autour du drame grandit. Strasbourg rejoint le réseau des villes solidaires et va demander à organiser la conférence mondiale sur l’accueil des réfugiés.

La photo a fait le tour du monde et ému l’Europe. Certains médias français ont choisi de ne pas la diffuser, d’autres estiment qu’il faut montrer le drame humanitaire. Le petit syrien Aylan, trois ans, a été retrouvé face contre terre sur la plage de la station balnéaire de Bodrum en Turquie. Il s’est noyé en tentant de rejoindre l’île grecque de Kos, après que l’embarcation a coulé. Son frère Ghaled, 5 ans et sa mère Rihanna de 27 ans ont connu le même sort.

Philippe Spitz, militant écologiste strasbourgeois, a été sidéré par la photo du petit Aylan :

« Cette photo a provoqué en moi un effet similaire à l’attentat contre Charlie Hebdo. Depuis quelques jours déjà, j’étais tourmenté par les nouvelles en provenance de Turquie et de Grèce, mais là, j’ai été sidéré. Alors je me suis dit qu’il fallait faire “quelque chose”, voir comment on pouvait débuter la mobilisation en faveur des réfugiés. »

Il a lancé une pétition sur Internet et une page Facebook « Pour que l’Alsace accueille 10 000 réfugiés« . Dans plusieurs cercles de solidarité de Strasbourg, on réfléchit aussi à la manière de s’organiser, à accueillir des migrants. Mais pour l’instant, l’heure est encore à la réflexion et à l’organisation. Le collectif Justice & Libertés appelle au rassemblement samedi à 16h place Kléber pour demander l’accueil et la dignité des migrants.

La préfecture du Bas-Rhin n’avait pas de consigne du gouvernement à nous communiquer à l’heure d’écrire ces lignes. De leurs côtés, la Croix Rouge, Médecins du Monde et la Protection civile tiennent prêts leurs moyens d’accueils et leurs bénévoles.

Pour Roland Ries, permettre l’accueil par les citoyens

Roland Ries, maire (PS) de Strasbourg, a confirmé ce vendredi lors de l’inauguration de la Foire européenne que Strasbourg allait rejoindre le réseau des villes solidaires, une initiative lancée par le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, qui appelle « l’ensemble des élus locaux socialistes et apparentés à prendre leur part, aux côtés des villes qui s’y sont déjà engagées, dans une grande mobilisation pour les réfugiés ».

Pour le maire de Strasbourg, il s’agit de « permettre l’hébergement de réfugiés par les citoyens qui ont la possibilité de le faire ». La Ville va « travailler à l’organisation de ce projet en lien avec les associations d’aide aux réfugiés et avec les institutions ».

Migrants ou réfugiés ?

D’après la Convention de Genève de 1951, sont considérés comme « réfugiées » les personnes qui craignent des persécutions dans leur pays, qui n’est plus en mesure de les protéger. Les Syriens, Afghans, Yéménites, Somaliens et Érythréens sont considérés ainsi. Ce n’est pas le cas des Égyptiens, Jordaniens, Libanais et Pakistanais, qualifiés de migrants. Le Club de la presse de Strasbourg propose un explicatif très complet des termes à employer.

Adjointe au maire de Strasbourg en charge des affaires internationales, Nawel Rafik Elmrini (sans étiquette mais élue sur la liste PS) avait également évoqué cette initiative lors d’une réunion au centre européen de la jeunesse jeudi. Et pour elle, Strasbourg, en tant que capitale européenne des Droits de l’Homme, doit aller plus loin :

« Nous allons proposer aux 60 villes qui font partie du “club de Strasbourg”, comme Stuttgart, Dresde, Leicester… de rejoindre ce réseau des villes solidaires. Et nous allons proposer que Strasbourg accueille la conférence mondiale consacrée à l’accueil des réfugiés, réunissant des chefs d’États et des représentants des institutions européennes. »

Roland Ries devrait également annoncer ce vendredi matin les mesures concrètes que Strasbourg va prendre pour permettre un meilleur accueil des réfugiés en provenance de Syrie. Le collectif Justice et Libertés, ainsi que l’association Alsace – Syrie appellent à un rassemblement samedi à 16h, place Kléber à Strasbourg.

En Allemagne, les actions ont déjà commencé. Et pour cause, 2 000 migrants venus de Syrie tentent depuis plusieurs jours de rallier l’Allemagne en train depuis la Hongrie dans la plus grande confusion.

Vidéo – La Crise des migrants expliqués en cartes

Des containers et un hôtel mobilisés près de la frontière en Allemagne

Les premières mesures d’accueil se déclinent près de la frontière française dans l’arrondissement de l’Ortenau, qui devrait accueillir 3 000 réfugies en 2015. L’Allemagne s’attend à recevoir 800 000 demandes d’asile pour cette année.

Le Baden Online explique que 200 logements en préfabriqués ont été commandés par la commune de Kehl. Ces containers sont d’habitude utilisés pour des bureaux provisoires. Ils pourront accueillir 4 personnes chacun et seront livrés dans quatre semaines Leur emplacement précis est encore incertain. Avec les espaces libérés dans les écoles et les gymnases, le total de places sera de 1 370.

À Sasbachwalden, commune de 2 400 habitants à 40 kilomètres de Strasbourg, le district de Fribourg (Regierungspräsidium) a réquisitionné l’hôtel désaffecté, le « Bel Air ». Il doit accueillir 300 migrants dès ce week-end et 500 au total.

Début d’accord au niveau européen

Au niveau européen, la France et l’Allemagne se sont entendues ce jeudi 3 septembre sur le principe de quotas. La Commission européenne propose de répartir 120 000 migrants entre les 28 États membres de l’UE, le triple de 40 000 envisagés cet été, mais loin des 340 000 qui sont entrés dans l’UE légalement et illégalement entre janvier et juillet d’après l’agence de surveillance des frontières européennes Frontex. À titre de comparaison, le Liban recense 1,1 million de réfugiés, soit environ 25 % de sa population totale.

La répartition ne sera connue qu’au conseil des ministres du 14 septembre. Le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, s’exprimera devant le Parlement européen à Strasbourg sur ce sujet mercredi 9 septembre.

En parlant du Parlement, un twittos propose de le regrouper dans une seule ville, pour libérer des locaux pour les migrants. Pas sûr que les élus strasbourgeois apprécient.

Jean-François Gérard
Pierre France

Aller plus loin

Sur Rue89 : Quand la France ouvrait les bras à 120 000 réfugiés sauvés en mer

Sur Rue89 : Des chiffres et des cartes pour comprendre

 

Y aller

Manifestation contre la politique migratoire, samedi 5 septembre à 16h, place Kléber à Strasbourg. Voir l’événement sur Facebook.

L'AUTEUR
Rue89 Strasbourg
Rue89 Strasbourg
Il a fallu un effort collectif pour fournir cet article ! Pfiou.

En BREF

La Grenze ouvre enfin, victime de la difficulté d’installer des lieux éphémères en France

par Maxime Nauche. 1 527 visites. 8 commentaires.

François Bouchard quitte la direction générale de la CCI Grand Est

par Pierre France. 1 268 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Saisi en urgence, le tribunal administratif maintient l’arrêté anti-mendicité

par Jean-François Gérard. 982 visites. 4 commentaires.