Mobilisation pour 6 étudiants menacés d’expulsion et un couple interdit de travailler
L'actu 

Mobilisation pour 6 étudiants menacés d’expulsion et un couple interdit de travailler

actualisé le 07/09/2020 à 19h15

À quelques jours de la rentrée, six étudiants de l’Université de Strasbourg sont menacés d’expulsion et deux jeunes parents sont interdits de travailler. La cellule de veille et d’alerte pour les étudiants de l’Université de Strasbourg lance un nouvel appel à la préfecture.

La cellule de veille et d’alerte pour les étudiants internationaux de l’Université de Strasbourg assiste dans leurs démarches les étudiants étrangers qui rencontrent des difficultés dans l’obtention d’un titre de séjour, du droit d’asile ou d’une naturalisation. Depuis sa création en 2011, jamais cette cellule n’avait essuyé autant de refus de la part de la préfecture. Sur neuf étudiants suivis, seuls trois ont été régularisés par l’administration.

Début juin, la cellule a présenté neufs dossiers d’étudiants bien scolarisés et soutenus par leurs professeurs à la préfecture du Bas-Rhin pour qu’elle régularise leur situation administrative.

Il aura fallu attendre le 23 juillet une réponse de la direction des migrations et de l’intégration : six des neufs dossiers sont rejetés. Et parmi les trois étudiants qui ont obtenu un titre de séjour, un couple de jeunes parents se voit interdit de travailler.

Les étudiants étrangers doivent non seulement réussir leurs études mais aussi éviter les pièges administratifs (Photo Knowtex / FlickR / cc)

Michel Koebel, professeur de sociologie et membre de cette cellule d’alerte et de soutien, s’indigne : « C’est incompréhensible, interdire à ce couple de travailler, c’est le condamner au travail clandestin. »

Michel Koebel exhorte les autorités à « prendre en compte la situation humanitaire de ces étudiants » qui ont pour la plupart réussi leur année malgré les difficultés posées par le confinement :

« Mounia (prénom modifié) est arrivée en France 2019 pour fuir un mariage forcé. Pendant le confinement, elle est devenu très fragile. Elle n’osait plus sortir de chez elle de peur de subir un contrôle de police et qu’on lui demande des papiers qu’elle n’a pas. À court de nourriture, elle a passé plusieurs jours sans manger. Elle a réussi sa deuxième année malgré tout. »

Michel Koebel, professeur de sociologie à l’université de Strasbourg

Pascal Maillard, professeur de littérature, annonce que les membres de la cellule envisagent d’autres modes d’action si le silence de la préfecture du Bas-Rhin se poursuit.

L'AUTEUR
Marie Bonnassie
Marie Bonnassie
Étudiante en sociologie, intéressée par la politique, la philo et l'histoire ancienne

En BREF

Une opposition au conseil municipal de Niederhausbergen

par Pierre France. 2 318 visites. 4 commentaires.

Enfants et professeurs éprouvés par une rentrée ratée à l’école maternelle Gutenberg

par Guillaume Krempp. 3 684 visites. 1 commentaire.

Un médecin de Brumath condamné à six mois de prison avec sursis pour harcèlement sexuel

par Guillaume Krempp. 3 465 visites. Aucun commentaire pour l'instant.