Municipales : Le candidat Jean-Philippe Vetter en boulanger pour lancer une journée de campagne
L'actu 

Municipales : Le candidat Jean-Philippe Vetter en boulanger pour lancer une journée de campagne

Candidat pour représenter la droite aux élections municipales à Strasbourg, Jean-Philippe Vetter a débuté aux fourneaux d’une boulangerie une journée de campagne avec 16 rencontres en 24 heures.

Qui a dit que seul le premier adjoint Alain Fontanel (LREM) aimait se déguiser ? Le candidat de droite Jean-Philippe Vetter s’est frotté aux fourneaux au « Pain de mon grand père » à la Krutenau dès 5 heures du matin ce vendredi 5 juillet pour une opération de communication autour de sa future campagne.

Certes, pas de tablier ou de toque pour le conseiller municipal, c’est en chemise blanche immaculée qu’il a enfourné quelques baguettes et viennoiseries. La première étape d’un « marathon de 24h ». Une manière aussi de rappeler que celui qui agrandi à Colmar est « fils de boulanger ». Manches retroussées à l’américaine, il descend ensuite travailler la pâte des viennoiseries au sous-sol.

viennoiseries
Un petit tour au sous-sol où sont préparées les viennoiseries (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Objectif de la journée, « mettre en lumière ceux qui agissent dans l’ombre pour Strasbourg ». Au programme (voir dans l’encadré en bas de l’article), des services publics, l’aéroport, la qualité de l’air, les milieux économiques, etc. :

« Si cette ville est agréable, c’est certes grâce à son architecture et à son patrimoine, mais aussi parce qu’il y a des gens derrière, des agents de la collectivité, des commerçants, des associations… »

Jean-Philippe Vetter, dans le sous-sol de la boulangerie vers 5h25
vetter
Si la campagne ne devait pas déboucher sur un mandat de maire, un projet de reconversion ? (photo JFG / Rue89 Strasbourg / cc)

Une communication assumée

Non-engagé en politique, Bruno Dinel, le maître boulanger qui a fondé « Au Pain de mon Grand père » il y a 17 ans avec son père (12 magasins dont 7 à Strasbourg) se prête volontiers au jeu :

« Nous nous connaissons bien avec Jean-Philippe Vetter qui est un voisin. Nous sommes de la même tranche d’âge et il faut soutenir tous ceux qui veulent faire bouger les choses, mettre en avant des savoir-faire. Le pain est le produit gastronomique français le plus abordable. Et c’est l’occasion de montrer que le conseiller municipal, cela peut être un voisin comme une autre. »

Devant sa boulangerie vers 5h40, juste après le départ de Jean-Philippe Vetter

Un coup de com’ de 24 heures là où une campagne nécessite un engagement quotidien ? Assurément. L’élu d’opposition (lire ici ses premières propositions) assume et déroule :

« Quoi que je fasse, on pourra toujours dire qu’il y a un aspect communication. Je préfère prendre ce risque et être au contact, vivre une partie de la journée de ces gens. C’est une forme d’humilité. »

Une manière, aussi, de montrer qu’à 38 ans, le plus jeune candidat déclaré peut tenir des cadences infernales qu’exigent la fonction ? « Des infirmières, des commerçants ou des médecins le font plus souvent », balaye-t-il. La journée sera relayée sur les réseaux sociaux par son équipe de campagne. Cinq proches étaient présents pour le début.

5h35, Jean-Philippe Vetter sort du four quelques baguettes et doit vite filer, du côté de la Meinau où les agents de la déchetterie vont débuter leur tournée vers 6h. « Un service intégral, ce qui est rare », souligne-t-il.

Enfournage de baguettes (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Davantage à Strasbourg

L’assistant de l’eurodéputé Geoffroy Didier (LR), réélu en mai, va désormais être affecté à Strasbourg en permanence, et non à Bruxelles où il travaillait trois semaines sur quatre. Ce retour dans la capitale alsacienne lui permettra d’être davantage présent pour sa campagne, qui doit monter en régime.

En dépit du faible score de la droite aux élections européennes, il brigue toujours l’investiture là où certains maires sortants préfèrent s’afficher « sans étiquette ». Il espère incarner une « droite urbaine » aux côté d’une « droite des champs » que représente davantage le favori à la présidence du parti Les Républicains, Christian Jacob. Et surtout « ouvrir la liste un maximum ». Les investitures devraient se décider au début de l’automne. Pour l’instant, seul l’élu à la Ville et au département Jean-Philippe Maurer s’est manifesté à droite.

Le programme de Jean-Philippe Vetter

  • 5h Au fournil au « Pain de mon Grand père » à la Krutenau
  • 6h Rencontre avec les agents de la déchetterie de la Meinau
  • 8h15 Entrée d’école à Cronenbourg
  • 9h15 Rencontre avec les tailleurs de pierres de l’Œuvre Notre-Dame à la Cathédrale
  • 10h15 Passage au marché de la place Broglie
  • 11h Rencontre avec les associations de commerçants Étincelles
  • 12h30 Déjeuner au restaurant d’insertion de l’ESAT de La Ganzau (Neuhof)
  • 14h15 Rencontre avec le directeur de l’aéroport de Strasbourg
  • 16h Visite d’entreprises
  • 18h30 Rencontre ATMO Grand Est qui mesure qualité de l’air à Strasbourg (Schiltigheim)
  • 20h Dîner au foyer et restaurant universitaire FEC pour évoquer l’avenir de la structure au centre-ville
  • 21h30 Rencontre au Cinéma Vox pour évoquer le maintien des cinémas de centre-ville
  • 23h Rencontre avec les pompiers à la caserne Finkwiller
  • Minuit Visite du centre de vidéosurveillance et du SIRAC (Centre administratif)
  • 1h30 Rencontre avec les acteurs de la vie nocturne
  • 3h30 Rencontre avec les acteurs du monde médical
  • 5h Fin de la journée

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

L’A35 sera fermée une partie de l’été entre la Vigie et l’Elsau

par Hélène Janovec. 4 555 visites. 6 commentaires.

La Grenze ouvre enfin, victime de la difficulté d’installer des lieux éphémères en France

par Maxime Nauche. 1 626 visites. 8 commentaires.

François Bouchard quitte la direction générale de la CCI Grand Est

par Pierre France. 1 390 visites. Aucun commentaire pour l'instant.