On a trouvé des raisons de voter aux élections départementales
Politique 

On a trouvé des raisons de voter aux élections départementales

actualisé le 28/03/2015 à 22h03

Le Département est aux commandes d'une série de dispositifs aux articulations de la société (doc ADF)

Le Département est aux commandes d’une série de dispositifs aux articulations de la société – cliquez pour agrandir (doc ADF)

On a bien cherché et on a fini par trouver des raisons d’aller voter dimanche ! Aides aux vieux, aux jeunes, aux défavorisés, malgré son côté ringard, le Département est utile et voici pourquoi il vaut mieux participer aux futurs choix qui seront faits en notre nom.

À quoi sert le Département ? On peut se poser la question car cette collectivité locale ne représente pas une communauté, contrairement aux communes, elle est un héritage d’un redécoupage administratif de la France après la Révolution et encore très récemment, il était question de les supprimer dans le cadre de la réforme territoriale menée par le gouvernement. Pourtant aujourd’hui, il n’en est plus question : on s’est rendu compte que les budgets gérés par les Départements avaient besoin de proximité et qu’avec de grandes régions, ces collectivités retrouvaient une nouvelle légitimité.

Alors, en dehors des lumineuses idées des candidats, pourquoi aller voter dimanche 22 et 29 mars ?

1. Parce que les Départements sont les plus grands pourvoyeurs d’aide sociale

C’est au département que se décline la politique d’aide sociale décidée par le gouvernement. En Alsace, il revient au Bas-Rhin et au Haut-Rhin de financer des prestations aussi essentielles que le revenu de solidarité active (RSA) ou l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), ainsi que les prestations de compensation des handicaps. Certes, les barèmes sont décidés par l’État et les dossiers d’attribution instruits par différents organismes (CAF, MDPH…) mais il revient au Département d’en assurer l’accès.

Ainsi, le président du conseil général du Bas-Rhin, Guy-Dominique Kennel (UMP), a préféré instaurer de nouveaux contrôles sur les bénéficiaires du RSA plutôt que de se lancer à la recherche de personnes qui y auraient droit mais pour lesquels cette prestation reste inaccessible. Il y a donc bien un choix politique.

Le Département gère aussi l’aide sociale à l’enfance, c’est à dire toute la prise en charge de ces enfants délaissés par leurs parents pour différentes raisons, ainsi que l’accueil des enfants migrants. Le Département décide également de la création et de la gestion de maisons de retraite, un dossier qui ne cessera de prendre de l’importance dans les années à venir.

2. Parce que les Département prélèvent deux taxes lourdes 

Les conseils départementaux disposent de deux leviers fiscaux. D’abord, ils prélèvent des droits de mutation sur chaque transaction immobilière, des taxes qui représentent jusqu’à 78% des frais de notaires. La recette moyenne s’est élevée à 105 euros par habitant en 2013. Ensuite, le Département reçoit une part de la taxe foncière bâtie, en moyenne 192 euros par habitant en 2013. Ces deux prélèvements sont lourds, voter sert aussi à rappeler aux élus que vous vous souciez de leur gestion de l’argent que vous leur confiez.

3.  Parce que voter pour un couple, c’est pas courant

Le nouveau mode de scrutin des élections départementales n’est pas banal. Appelé « binominal mixte majoritaire », il n’enverra au conseil départemental que des binômes, des couples d’hommes et de femmes qui ont fait campagne ensemble. Après avoir tenté les listes paritaires, avec le succès que l’on sait pour la représentation féminine dans les assemblées, c’est la solution qu’a trouvée le gouvernement pour assurer une parfaite parité au sein des futurs conseils départementaux. Il sera intéressant de voir ensuite comment seront répartis les postes de présidents et vice-présidents…

Ce mode de scrutin a permis l’émergence de nombreuses candidates, les partis politiques ont dû rivaliser d’ingéniosité pour pouvoir trouver suffisamment de femmes. Aller voter pour elles, c’est l’occasion de renouveler un peu le paysage politique. Et si vous ne savez pas quels sont les candidats de votre canton, voici une carte interactive qui les répertorie.

4. Parce que vous allez élire une vraie majorité

Étonnamment, les anciennes élections cantonales ne renouvelaient les assemblées départementales que par moitié. Il était donc difficile de suivre l’action d’une majorité, voire de la sanctionner. Désormais, c’est l’ensemble des conseillers qui sont élus, et pour six ans. Bon, d’accord, l’implantation de la droite traditionnelle en Alsace rend improbable un changement de majorité dans les départements alsaciens et la gauche n’a même pas été en mesure de présenter des candidats dans tous les cantons. Voir ces résumés des enjeux par Le Monde pour le Bas-Rhin et le Haut-Rhin.

Mais tout de même, les enjeux restent entiers dans certains cantons, et notamment à Strasbourg.

5. Parce des élus investis par une faible proportion de la population seulement, ce n’est pas très bon

Le taux d’abstention des élections cantonales est historiquement haut. En 2011, près d’un électeur sur deux ne s’était pas déplacé. Sachant que le corps électoral ne compte déjà qu’un peu plus de la moitié de la population, on risque d’avoir des conseillers départementaux élus avec 10% à 20% de la population du canton seulement. Il en va de la représentativité démocratique des assemblées, dont découle la légitimité des élus. Et puis si l’abstention continue de croître ainsi, on risque de voir apparaître en France le vote obligatoire. Et il y a assez d’obligations comme ça.

6. Parce que le petit café sympa est sur le chemin du bureau de vote (ou vice versa)

Allez voter, c’est aussi prendre un peu de temps pour croiser les voisins, en profiter pour prendre des nouvelles et partager ses analyses politiques. C’est finalement pas si courant.

7. Parce qu’il y en a marre d’entendre que le Front national est le premier parti de France

À la suite du score du Front National aux élections européennes, le parti d’extrême-droite martèle et avec succès parfois qu’il est devenu le « premier parti de France ». C’est l’abstention qui donne au mouvement de Marine Le Pen cette position, étant donné que les électeurs frontistes, eux, se déplacent. Alors si cette pénible arithmétique électorale vous agace, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : tous nos articles sur les élections départementales et la synthèse des résultats en Alsace et à Strasbourg

Et toute la journée ainsi que ce soir, suivez l’évolution des résultats et des réactions en direct sur Rue89 Strasbourg.

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Mobilités : l’usage de la voiture toujours en recul à Strasbourg

par Pierre France. 1 959 visites. 18 commentaires.

Strasbourg compte bannir les plus vieux diesel dès 2021

par Jean-François Gérard. 3 396 visites. 27 commentaires.

Épuisées, des mères d’enfants handicapés devant le rectorat pour obtenir de l’aide

par Guillaume Krempp. 10 900 visites. 15 commentaires.