Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Contre la réforme de la PAC, plus de 1 500 tracteurs dans les rues de Strasbourg
L'actu 

Contre la réforme de la PAC, plus de 1 500 tracteurs dans les rues de Strasbourg

par Manuel Magrez.
Publié le 30 avril 2021.
Imprimé le 15 mai 2021 à 19:32
1 147 visites. 8 commentaires.

La FNSEA et les Jeunes Agriculteurs (JA) du Grand Est ont appelé les exploitants agricoles de la région à manifester devant le Parlement européen, vendredi 30 avril. Plus de 1 500 tracteurs étaient au rendez-vous, leurs propriétaires dénoncent une réforme de la politique agricole commune (PAC) trop restrictive.

Peu après 11 heures, à Strasbourg, plusieurs centaines de tracteurs entrent dans la ville par la place de Bordeaux. Les agriculteurs à leur volant sont partis tôt des quatre coins de l’Alsace pour rallier la capitale européenne. Le concert de klaxon redonne un peu de vie aux rues vides de véhicules, « une vision inhabituelle » selon un agent de la CTS, qui a été dépêché sur place pour gérer la coupure des lignes de bus et de tramway.

Ces plusieurs centaines d’agriculteurs arrivés sur place en milieu de matinée pour protester ne forment qu’une partie du convoi qui doit rallier le siège du Parlement européen à midi. Ils ont été rejoints une demi-heure plus tard par d’autres convois. Au total, les organisateurs estiment avoir mobilisé plus de 1 500 tracteurs, un chiffre confirmé par les observations de Rue89 Strasbourg.

Des financements écologistes qui passent mal

La première des inquiétudes des adhérents de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs au volant de leurs engins, c’est la mise en place « d’éco-régimes » dans la nouvelle Politique agricole commune de l’Union européenne. Ce dispositif vise à encourager les agriculteurs à se lancer dans des modèles d’exploitation plus soucieux de l’environnement. Les exploitations agricoles qui entreront dans les critères d’attribution de ces éco-régimes recevraient plus d’aides que les autres. Ces critères sont négociés entre les murs du ministère de l’Agriculture.

Éric Thirion devant le Parlement européen, à Strasbourg, le 30 avril 2021 (photo MM / Rue89 Strasbourg)

Même si rien n’est définitif, aucune des possibles conditions pour être éligible aux éco-régimes, avancées par le ministre de l’Agriculture, Julien de Normandie, ne convient aux manifestants. Parmi ces propositions, « il y a la celle d’avoir différentes cultures, d’avoir 10% de terres en jachère ou de prendre en compte les certifications, » souligne Éric Thirion, président de l’Association générale des producteurs de blé (Agpb). Pour lui, il faut revoir à la baisse ces conditions. Les produits issus de l’agriculture biologique « sont déjà valorisés par le marché, et si on veut emmener toute l’agriculture sur une démarche de progrès, c’est la certification environnementale de niveau 2 (moins stricte, ndlr) qu’il faut reconnaitre, » insiste-t-il.

La somme nécessaire à ces primes d’éco-régimes devrait être prélevée sur l’enveloppe globale, destinée à tous les agriculteurs.

Plus de 1500 tracteurs ont défilé devant le Parlement européen, à Strasbourg (photo MM / Rue89 Strasbourg)

L’obligation de rotation des cultures inquiète les exploitants

L’obligation de rotation des cultures tous les ans inquiète également ces agriculteurs. Pour la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs, cette règle doit s’adapter aux contraintes des terroirs. Christophe Has, membre du bureau des Jeunes Agriculteurs du Bas-Rhin, illustre :

« Le Grand Est est assez propice à la plantation de maïs. Mais si on nous demande d’alterner avec du blé, dès qu’il va pleuvoir un petit peu tout sera inondé à cause des sols de la région. »

Un tracteur devant le Parlement européen, le 30 avril 2021 (photo MM / Rue89 Strasbourg)

Derrière lui, entre les murs des institutions européennes, la réforme dont il parle se joue encore. Le conseil de l’Union européenne, la Commission européenne et le Parlement européen discutent encore de ces nouvelles règles : c’est le trilogue. Et les trois institutions doivent trouver un compromis pour qu’une décision ait lieu.

Après plus d’une heure de défilé devant le Parlement européen, les klaxons se sont tus pour laisser place aux prises de parole des représentants sur un camion aux couleurs de la FNSEA. Le syndicat espère trouver un moyen d’infléchir les politiques environnementales. Mais pour tous les participants, fiers de leur action : « être devant le Parlement c’est symbolique ». En attendant, la France, qui a le droit d’adapter la PAC – à condition de rester dans le cadre européen – doit rendre sa copie à la Commission européenne avant le 1er janvier 2022.

L'AUTEUR
Manuel Magrez
Manuel Magrez
Etudie le journalisme dans les Côtes-d'Armor et de passage dans l'Est. Intéressé par les sujets de société, santé et politique

En BREF

Fin de l’Hôtel de la rue en septembre, ses occupants bientôt relogés

par Violette Vauloup. 1 401 visites. 4 commentaires.

À Bischheim, les lycéens se mobilisent ce mardi contre le maintien des épreuves écrites du baccalauréat

par Manuel Magrez. 1 508 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Deux syndicats de Horizon Amitié appellent à la grève pour « un changement immédiat de direction »

par Thibault Vetter. 1 790 visites. 2 commentaires.
×