Régionales : le FN s’appuie sur deux femmes quadragénaires en Alsace
L'actu 

Régionales : le FN s’appuie sur deux femmes quadragénaires en Alsace

actualisé le 07/10/2015 à 09h29

Hombeline du Parc (à gauche) et Virginie Joron (à droite), les deux têtes de listes du FN en Alsace (document de campagne)

Hombeline du Parc (à gauche) et Virginie Joron (à droite), les deux têtes de listes du FN en Alsace (affiche de campagne des départementales)

Mené par Florian Philippot, le Front national (FN) a dévoilé ses deux têtes de listes dans le Haut-Rhin et le Bas-Rhin pour les élections régionales en Alsace, Lorraine, Champagne – Ardenne (ALCA) en décembre. Il s’agit de Hombeline du Parc (67) et de Virginie Joron (68). Parmi les 10 départements de la future grande région ce sont les deux seules femmes têtes de liste du FN.

Ce choix montre une volonté de renouvellement et de rajeunissement du parti. Les élus FN au conseil régional d’Alsace étaient presque transparents lors du dernier mandat. Les deux femmes sont toutes deux quarantenaires et cadres supérieurs. Une catégorie où la l’extrême droite alsacienne a peu de candidats.

Hombeline du Parc était candidate aux municipales à Barr en 2014, puis aux départementales en 2015. Virginie Joron était candidate dans le canton de Saverne aux départementales. Il est étonnant que le FN n’ait pas trouvé de candidat parmi ses adhérents du Haut-Rhin, longtemps menés par Patrick Binder, fâché avec le parti et démissionnaire depuis cette année. À savoir que les deux femmes incarnent plutôt l’aile « dure » du FN alsacien, ce qui pourrait couper les ambitions d’une liste de dissidents du FN et soutiens de Jean-Marie Le Pen, rivaux de Florian Philippot.

Pas de Pierre Marmillod (ex-UDI) sur la liste

Début septembre, la possible venue de l’ancien maire de Pfaffenhoffen Pierre Marmillod, ancien de l’UDI (centre-droit) battu de 11 voix en 2014, en tant que tête de liste avait intrigué le microcosme politique. Il ne sera pas sur la liste et le dialogue semble rompu. Le FN dit que c’est lui qui a contacté le parti et fait part de « divergences profondes » notamment sur la question européenne, tandis que l’ancien maire et conseiller général disait que c’était Marine Le Pen qui l’avait sollicité, ce que confirme son entourage qui ajoute que c’est davantage la question régionale (Pierre Marmillod était assistant parlementaire d’Adrien Zeller, ancien président d’Alsace) qui a mis fin aux discussions.

Après son lancement de campagne en Lorraine et devant 800 personnes, le FN organise à un dîner à Kintzheim où il attend 400 convives ce mardi 6 octobre. Le reste de la liste doit être annoncé fin octobre. Lors des élections départementales, le parti frontiste expliquait que les volontaires pour les départementales auraient plus de chances d’être sur la liste aux régionales, mais le parti promet de nouveaux venus. D’après d’autres sources, des discussion avec des transfuges d’autres partis sont encore en cours.

Les deux jeunes femmes devront trouver le bon équilibre pour convaincre les électeurs alsaciens, malgré les attaques répétées de Florian Philippot envers l’Alsace. L’eurodéputé souhaiterait notamment que Strasbourg ne soit pas siège du conseil régional au profit de Metz et même que la préfecture soit déplacée à Châlons (ce qui n’est pas du ressort du conseil régional).

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : tous nos articles sur les régionales

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

La Poste à pourvoir

par piet. 1 407 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Nouveau suicide d’un technicien aux Dernières Nouvelles d’Alsace

par Jean-François Gérard. 11 409 visites. 3 commentaires.

Marche aux flambeaux des Gilets jaunes mardi

par Pierre France. 1 342 visites. Aucun commentaire pour l'instant.