Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Le port autonome lance une procédure d’urgence pour faire expulser le squat quai Jacoutot
L'actu 

Le port autonome lance une procédure d’urgence pour faire expulser le squat quai Jacoutot

par Thibault Vetter.
Publié le 19 mai 2022.
Imprimé le 27 juin 2022 à 06:46
1 104 visites. 3 commentaires.

Des sans-abris occupent depuis fin avril un bâtiment quai Jacoutot, à côté de la déchetterie de la Robertsau. Le port autonome de Strasbourg, propriétaire des lieux, a lancé une procédure d’urgence auprès du tribunal judiciaire afin de faire procéder à l’expulsion des squatteurs. L’audience a eu lieu mardi 17 mai et la décision est attendue mardi 24 mai.

L’ancien bureau des douanes du port de Strasbourg est investi depuis fin avril par des personnes sans-abri. Selon Edson Laffaiteur, l’un des occupants, au mardi 17 mai, une vingtaine de personnes y habitent, dont trois familles en demande d’asile et des hommes isolés. Edson Laffaiteur est le seul à avoir reçu une assignation à comparaitre devant le tribunal judiciaire de Strasbourg vendredi 13 mai, pour une audience mardi 17 mai. Il avait déjà co-fondé l’Hôtel de la Rue (tous nos articles à lire ici) à Kœnighsoffen, un squat qui a existé deux ans et abouti au relogement d’une centaine d’habitants en septembre 2021.

La maison occupée se situe en plein site Seveso, c’est-à-dire à proximité de substances explosives. (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

« Nous demandons que les personnes soient relogées »

Le Port autonome de Strasbourg, propriétaire du bâtiment inoccupé depuis mai 2015, demande leur expulsion immédiate. Le lieu se trouve à l’intérieur d’un périmètre Seveso, c’est-à-dire avec un risque d’explosions en raison des matières entreposées. Le Port a déposé un référé d’heure à heure, une procédure d’urgence qui permet d’obtenir une décision rapidement, ce qu’a accepté le juge des contentieux.

Une urgence que conteste l’avocate Me Sophie Schweitzer, qui a représenté Edson Laffaiteur à l’audience :

« Il n’y a pas de voie de fait, rien ne prouve qu’Edson est entré par effraction. Il n’y a pas de danger grave et imminent, le bâtiment n’était protégé par aucune mesure particulière. En outre, des habitations se trouvent à quelques mètres. Nous demandons un délai avant l’expulsion, une évaluation de la situation des personnes et les garanties de l’État qu’elles seront relogées. »

Proximité avec un stockage d’hydrocarbures

Émilie Gravier, directrice du développement et de la promotion du port autonome de Strasbourg, confirme que le squat se situe au 51 quai Jacoutot, et qu’au 53, des personnes habitent dans une maison pour deux familles. Elle revient sur les raisons de la procédure d’urgence :

« Contrairement au 53, le 51 quai Jacoutot se trouve dans une zone Seveso plus restrictive qui interdit complétement l’habitation. C’est lié à la proximité des cuves de stockage d’hydrocarbures. Nous ne pouvons pas laisser ces personnes occuper le site vu la réglementation. »

Le bâtiment doit être démoli mais aucune date n’a été fixée. La décision du tribunal est attendue mardi 24 mai.

Article actualisé le 24/05/2022 à 16h54
L'AUTEUR
Thibault Vetter
Thibault Vetter
enquête sur l'hébergement d'urgence, la grande précarité, les pollutions et l'industrie.

En BREF

Après avoir saisi le parquet financier, le directeur général de l’IHU de Strasbourg démis de ses fonctions

par Pierre France. 4 014 visites. 2 commentaires.

Par « sollicitude », le Pape ordonne une enquête au sein du diocèse de Strasbourg

par Nicolas Dumont. 2 053 visites. 2 commentaires.

Le tribunal administratif confirme la suspension des projets de géothermie à Eckbolsheim et Hurtigheim

par Guillaume Krempp. 785 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×