Tours à énergie positive: comment l’exemple de Dijon va profiter à Strasbourg
Environnement 

Tours à énergie positive: comment l’exemple de Dijon va profiter à Strasbourg

actualisé le 28/03/2016 à 21h42

La tour de bureaux Elithis à Dijon compte neuf étages, celle de logements à Strasbourg en comptera 16 (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

La tour de bureaux Elithis à Dijon compte neuf étages, celle de logements à Strasbourg en comptera 16 (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Début juillet, Strasbourg a découvert l’architecture de sa future tour de logements à énergie positive, annoncée pour 2016 dans l’écoquartier Danube. A Dijon, la société Elithis, établie depuis 2009 dans une tour elle aussi à énergie positive, conçoit le projet strasbourgeois en profitant des loupés de son expérience in situ. Son président, Thierry Bièvre, a reçu lundi 26 août des représentants d’Alsace Nature, qui pourrait s’installer dans la base de la tour Danube.

Base ovale, façades vitrées, bouclier solaire métallique rouge. Un restaurant dans sa base, neuf étages et quelque 300 occupants. Située dans un quartier tertiaire de Dijon, la tour Elithis n’a, à première vue, rien d’exceptionnel. Pourtant, il s’agit là de la première tour à énergie positive – ou « Bepos », qui consomme théoriquement moins d’énergie qu’elle n’en produit – du monde. Inaugurée en 2009, elle abrite aujourd’hui les locaux de plusieurs des filiales du groupe Elithis qui en est le concepteur, mais également le siège de l’ADEME Bourgogne ou des cabinets médicaux.

De verre et de béton, la tour Elithis est partiellement enrobée d'un bouclier solaire, que ses concepteurs appellent leur "moucharabieh" (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

De verre et de béton, la tour Elithis est partiellement enrobée d’un bouclier solaire tourné vers le sud, que ses concepteurs appellent leur « moucharabieh » (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

A l’intérieur, les bureaux sont en open space, parfois séparés par des vitres pour améliorer la confidentialité des échanges. Les espaces de travail sont organisés de façon circulaire autour d’un cœur de tour où sont concentrées les parties techniques, l’ascenseur, les escaliers (de type Chambord, à double révolution) et les toilettes. Objectif : profiter au maximum de la luminosité extérieure (apport d’énergie gratuite) et limiter les besoins en éclairage, consommateurs d’électricité.

C’est là l’un des multiples exemples qui caractérisent la conception de cet édifice de 33,5 mètres pour 500 m² au sol, sur 10 niveaux. Avant de produire de l’énergie grâce à des panneaux photovoltaïques situés sur la toiture, le principe est d’en nécessiter le moins possible. Si les chiffres de consommation sont connus avec une grande précision – 1 600 capteurs installés dans et sur la tour permettent de la piloter et de l’étudier – ils ne sont que rarement communiqués. Concurrence étrangère, chinoise ou anglo-saxonne, oblige, assure-t-on.

Pour encourager l'utilisation des escaliers entre les étages, les murs ont été décorés de fresques par des artistes locaux (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Pour encourager l’utilisation des escaliers entre les étages, les murs ont été décorés de fresques par des artistes locaux (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

L’efficacité énergétique au coût de construction standard

Ce que l’on sait, c’est que la tour a été conçue pour produire 4 kilos Watt/heure par mètre carré et par an de plus que sa consommation (chauffage au bois, éclairage, ventilation, eau chaude sanitaire, bureautique) estimée. Or, elle consomme finalement un peu plus, environ 10 KW/h par mètre carré et par an, ce qui la place néanmoins très en deçà des exigences d’un bâtiment passif. La consommation des bâtiments en France étant d’environ 450 KW/h/m². Le coût de construction de la tour Elithis a avoisiné les 7 millions d’euros (coût standard) pour un prix de sortie de 14M€ (au-delà des prix du marché). Thierry Bièvre, PDG d’Elithis, ne regrette pas les risques pris :

« En 2006, quand nous avons lancé le projet, j’ai eu beaucoup de mal à trouver des investisseurs et des ingénieurs avec lesquels travailler. J’ai donc pris des jeunes avec un an d’expérience et investi nos fonds propres. Au final, cette tour au bilan énergétique proche de zéro a fait énormément progresser notre société [passée de 20 collaborateurs en 2003 à 180 aujourd’hui]. Les imperfections et le fait de vivre dedans nous ont permis d’analyser tout un tas de paramètres que nous n’avions pas pris en compte au départ, relatifs au confort et à la qualité de vie. »

Thierry Bièvre, PDG d'Elithis, emploie 180 collaborateurs, dans 5 filiales basées à Dijon, en Suisse et au Vietnam (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Thierry Bièvre, PDG d’Elithis, emploie 180 collaborateurs, dans 5 filiales basées à Dijon, en Suisse et au Vietnam (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Exemple important : le chauffage. Il était prévu de chauffer les bureaux à 19°C en hiver. Mais la première année, les usagers se sont plaints du froid, ont ramené une petite laine, ont eu des rhumes. Du coup, ils étaient peu réceptifs aux autres conseils d’Elithis, comme le fait d’appuyer le soir sur l’interrupteur de bureau pour éviter de laisser les ordinateurs en veille. Aujourd’hui, la température en hiver est calée à 21,4°C et 70% des usagers s’en disent satisfaits.

Du photovoltaïque aussi en façade pour compenser la hauteur

Dans la tour Danube à Strasbourg, où 66 logements sur 300 m² par niveau remplaceront les bureaux dijonnais, la température devrait également avoisiner les 21°C en hiver. C’est en tout cas ce qui sera préconisé par les « coachs » spécialistes du « management latéral de la performance énergétique », qui accompagneront et l’investisseur qui rachètera et commercialisera la tour (son identité est encore confidentielle) et les futurs habitants. La consommation moyenne est « prometteuse », assure Thierry Bièvre, même si une grande part de la réussite du projet – l’équilibre de la balance énergétique – dépend beaucoup des usagers, comme l’a enseigné le laboratoire grandeur nature de Dijon.

Au 8ème étage de la tour de Dijon, les ingénieurs d'Elithis travaillent à améliorer la performance énergétique de 16 000 logements par an (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Au 8ème étage de la tour de Dijon, les ingénieurs d’Elithis travaillent à améliorer la performance énergétique de 16 000 logements par an (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Pour arriver à l’énergie positive sur la tour Danube, Elithis tient plusieurs ficelles : la production sera assurée par du photovoltaïque en toiture mais également en façade, car « la difficulté du passif dans une tour, c’est le rapport toiture/nombre d’étages », note-t-on chez Elithis. A Danube, 16 étages pour 50 mètres de haut. Des outils domotiques permettront à chaque habitant de connaître et d’agir sur sa consommation, poste par poste (audiovisuel, électroménager, chauffage…) ou de savoir quand il sera opportun d’ouvrir sa fenêtre.

Dans un logement, c’est l’habitant qui paie

Un intranet sera mis à disposition pour suivre les consommations individuelles et celles du bâtiment, sans pour autant connaître celles de son voisin de palier. Enfin, pour Jonathan Chemouil, directeur de l’une des filiales d’Elithis et responsable du projet Danube, « la sensibilisation des utilisateurs de la tour devrait être beaucoup plus simple à Strasbourg qu’à Dijon ». Pour la bonne raison qu’à Dijon, « c’est le patron qui paye la facture, alors qu’à Strasbourg, ce sera l’usager lui-même ». Le jeune ingénieur reprend :

« Dans un logement, on consomme plus en chauffage, mais moins en éclairage. Il y a moins de matériel informatique (qui consomme beaucoup), mais moins de personnes au mètre carré… C’est donc assez différent. Concernant l’électroménager par exemple, nous allons proposer à l’investisseur de trouver un partenariat avec un fournisseur qui pourrait proposer du matériel de classe A, avec du choix pour l’habitant en fonction de ses besoins. »

Alsace Nature dans la base d’Elithis Danube ?

La tour Danube, dont on ignore encore le coût de construction, devrait être livrée en 2016. Dans sa base, au rez-de-chaussée, 600 mètres carrés seront dédiés à de l’activité. Depuis quelques semaines, les associations de protection de l’environnement alsaciennes sont pressenties pour investir ce lieu. Alsace Nature, dont le président et le directeur ont fait le déplacement à Dijon ce lundi, ainsi que plusieurs de ses associations fédérées comme la LPO ou le Gepma, installeraient là leurs bureaux, mais également, dans l’idéal, un centre de documentation. Le projet n’en est qu’à sa phase d’étude et notamment celle du montage financier. Les associations, installées aujourd’hui rue Adèle-Riton à Strasbourg, proche de la gare, sont à la recherche d’un espace plus grand et fonctionnel depuis 4 ans.

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : la première tour à énergie positive… du monde 

L'AUTEUR
Marie Marty
Marie Marty
Journaliste indépendante, co-fondatrice de Rue89 Strasbourg. Membre de l'association des Journalistes - écrivains pour la nature et l'écologie.

En BREF

Lahti supplante Strasbourg pour la « capitale verte européenne 2021 »

par Rue89 Strasbourg. 1 173 visites. 11 commentaires.

Ce week-end, la rue du Jeu-des-Enfants devient la rue Alain Bashung

par Hélène Janovec. 1 729 visites. 4 commentaires.

Ballon d’Alsace, Kaysersberg, Ribeauvillé… Ces sites classés pourraient être moins protégés

par Jean-François Gérard. 1 635 visites. Aucun commentaire pour l'instant.