Une task force européenne contre le moustique tigre dans le bassin rhénan
L'actu 

Une task force européenne contre le moustique tigre dans le bassin rhénan

actualisé le 24/06/2018 à 13h50

Scientifiques et services sanitaires allemands, suisses et français se sont rassemblés au sein du projet TIGER pour coordonner la lutte contre le moustique tigre, qui s’installe dans le Rhin supérieur. L’organisation, lancée mercredi 20 juin à Strasbourg, veut d’abord sensibiliser les administrations et le public sur cet insecte, afin d’éviter que la situation ne devienne hors de contrôle.

Pour lutter contre la prolifération du moustique tigre, dit « Aedes Albopictus » dans le bassin rhénan, le groupe TIGER (pour Tri-national Initiative Group of Entomology in Upper Rhine valley) s’est composé à partir de 19 institutions, dont les universités de Strasbourg et de Fribourg et les agences sanitaires suisses françaises et allemandes.

Car depuis 2014 et les premiers cas observés dans le Rhin supérieur, les zones de présence confirmée de cette bestiole sont de plus en plus nombreuses, or le moustique tigre est connu en capacité de propager la Dengue, le Chikungunya ou la Fièvre jaune.

En Alsace, des colonies de moustiques ont fait leur nid à Schiltigheim. En Suisse, on trouve des spécimens dans la région de Bâle. A ce jour, aucun cas de maladie vectorielle importée par un moustique n’a cependant été signalée dans le bassin rhénan.

Reconnaître un moustique tigre

Le moustique tigre dispose d’une paire d’ailes et d’antennes, ainsi que d’une trompe. Malgré la croyance populaire, il n’est pas plus gros qu’un moustique classique : il mesure entre 0,5 cm et 1 cm. Il est rayé de blanc et de noir, mais jamais jaune. Sa piqûre est plus douloureuse que celle d’un moustique classique.

L’Agence régionale de la santé (ARS) conseille d’opérer les signalements sur le site internet www.signalement-moustique.fr

Mettre en commun les informations

Chaque pays investi dans le projet TIGER disposent de ses propres outils de mesure et de contrôle de la prolifération du moustique. Cependant, jusqu’à la création de TIGER, aucun organisme ne s’occupait de récupérer et de compiler les données en Europe. Pour Francis Schaffner, représentant de la délégation suisse et entomologiste, il fallait aller plus loin :

« TIGER est un projet dit “Interreg”, une coopération entre plusieurs régions européennes pour traiter d’un problème qui ne s’arrête pas à l’échelon national. On va pouvoir mettre nos connaissances en commun pour mieux combattre le moustique. »

Le groupe s’est également donné pour mission d’organiser des enquêtes locales autour des zones de signalement de moustiques, ainsi que de participer à la pose de pièges.

Une lutte peu efficace

Une fois que le moustique tigre s’installe quelque part, il est très difficile de l’en déloger. Les traitements anti-larvaires sont relativement chers et peu efficaces sur le long terme, même les pulvérisations de grande ampleur ne permettent pas d’endiguer son développement. Francis Schaffner affirme que le meilleur remède contre l’insecte est encore la communication :

« Une fois que le moustique est la, même si on arrive à l’éliminer, il finira par revenir. Le plus simple reste encore d’expliquer aux gens et aux communes qu’il ne faut pas laisser des réservoirs d’eau stagnante à l’air libre. »

Le groupe TIGER prévoit de commencer ses actions de sensibilisation dans les prochains mois, notamment auprès des mairies et des écoles de la région. D’ici là, il se tient à disposition des administrations confrontées à l’installation du moustique.

L'AUTEUR
Simon Adolf
Simon Adolf

En BREF

Mobilités : l’usage de la voiture toujours en recul à Strasbourg

par Pierre France. 1 767 visites. 15 commentaires.

Strasbourg compte bannir les plus vieux diesel dès 2021

par Jean-François Gérard. 3 257 visites. 27 commentaires.

Épuisées, des mères d’enfants handicapés devant le rectorat pour obtenir de l’aide

par Guillaume Krempp. 10 832 visites. 15 commentaires.