Une vingtaine de militants antifascistes brisent la vitrine du Bastion Social à Strasbourg
L'actu 

Une vingtaine de militants antifascistes brisent la vitrine du Bastion Social à Strasbourg

actualisé le 05/10/2018 à 19h56

Dans l’après-midi du samedi 29 septembre, une vingtaine de militants antifascistes ont attaqué L’Arcadia, le local associatif du Bastion Social à Strasbourg. Quinze personnes ont été placées en garde à vue avant d’être libérées dans la soirée de dimanche.

Cette fois, la vitrine du Bastion Social à Strasbourg a cédé. Samedi 29 septembre, une vingtaine de militants antifascistes ont vandalisé le bar associatif du groupuscule d’extrême-droite, appelé L’Arcadia. La police a placé quinze personnes en garde à vue suite à cette attaque et aucun blessé n’est à déplorer, comme le rapportent les Dernières Nouvelles d’Alsace. Dans l’après-midi, un « vide-grenier solidaire » était prévu dans ce local ouvert par cette mouvance identitaire à l’Esplanade en novembre 2017.

Une vidéo de l’attaque filmée depuis un balcon (vidéo Facebook)

Récemment, le Bastion Social Strasbourg s’est retrouvé sur les devants de la scène identitaire : son président, Valentin Linder, a pris la tête du mouvement au niveau national. Jeudi 20 septembre, deux militants du Bastion Social Clermont-Ferrand ont aussi été arrêtés dans le Bas-Rhin. L’un d’eux est soupçonné d’avoir porté les coups les plus violents lors d’une agression commise début septembre dans la capitale auvergnate. Parmi les quatre victimes, une personne s’est vue reconnaître 60 jours d’interruption temporaire du travail (ITT).

Cette photographie de la devanture du Bastion Sociale a été prise il y a un an. Suite à l’attaque de L’Arcadia, la vitrine a été brisée. (Photo GK / Rue89 Strasbourg / cc)

Depuis près d’un an, plusieurs syndicats, collectifs antifascistes, partis politiques et syndicats demandent la fermeture de L’Arcadia, sans succès. Certains militants dénoncent « la passivité des pouvoirs publics » et optent pour « l’action directe ». Les quinze personnes interpellées ont été libérées dans l’après-midi du dimanche 30 septembre.

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste en alternance depuis la rentrée 2017.

En BREF

David, artiste de rue, témoin de l’attaque

par Pierre Pauma. 2 597 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Après l’attaque de mardi, le Marché de Noël reste fermé un jour de plus

par Pierre France et Jean-François. 10 014 visites. 24 commentaires.

Coups de feu dans le centre-ville de Strasbourg, trois morts et treize blessés

par Guillaume Krempp, Pierre Pauma, Jean-François Gérard et Pierre France. 9 170 visites. 6 commentaires.