Victimes de leur succès, les bacs à compost saturent
Environnement 

Victimes de leur succès, les bacs à compost saturent

actualisé le 11/11/2019 à 21h29

Le compostage est la solution la plus en vue pour trier ses déchets verts mais les sites de proximité n’arrivent plus à accueillir de nouveaux habitants. Strasbourg et l’Eurométropole tentent d’organiser une économie circulaire. Mais peut-on gérer bénévolement tous les déchets verts des Strasbourgeois ?

Il est 8 heures du matin sur la place Arnold, près de l’avenue de la Forêt-Noire. Quatre bénévoles de l’association CompoStra attendent à côté de quatre gros cubes en bois, plein à ras bord des fanes de légumes, de marc de café, et autres coquilles d’œuf à des stades de décomposition plus ou moins avancés. L’hiver, les bacs ouverts dégagent des volutes de vapeur. La température peut atteindre les 60°C au cœur de cette biomasse grouillante et fumante.

Millefeuille végétalien (Photo Pierre Pauma / Rue89 Strasbourg)

Une trentaine de bénévoles pour 600 foyers

La mission d’Éric, Claudine, Alain et Bernard : transférer le contenu des bacs dans le camion des espaces verts. Celui-ci emmènera ensuite le compost au jardin de l’Ameisenkoepfel, dans le quartier de l’Orangerie. Il pourra y poursuivre sa maturation, jusqu’à la prochaine distribution de compost. À elle seule, CompoStra brasse les déchets de 600 foyers, grâce à une trentaine de bénévoles.

Apéros des possibles

Cet article est le premier d’une série sur l’amélioration du recyclage des déchets à la source. Avec la communauté des Apéros des possibles, nous allons explorer comment l’Eurométropole peut progresser sur cette question.

Les bacs dégagent une légère odeur de fermentation, mais ils tiennent bon dans ce quartier plutôt propre de Strasbourg. Une volonté de l’ex-adjoint Olivier Bitz, quand la place Arnold a été rénovée en 2011. Eric Fries Guggenheim, qui préside CompoStra, était là dès les débuts :

« Dans un premier temps, les bacs étaient en libre-service. Mais il y avait beaucoup d’erreurs de triage, les gens mettaient aussi des restes de viande qui pouvaient attirer les rats. On a mis en place une permanence, pour contrôler ce qui est jeté dans les bacs. »

Le ramassage des déchets verts à la traîne

Dans les grandes métropoles, la récupération des déchets verts est à la traîne. Strasbourg a mis en place une expérimentation place Saint-Étienne avec un vélo cargo et une centaine de volontaires. Le même dispositif existe pour les restaurants avec Sikle. Mais pas de quoi extraire tous les déchets organiques, qui représentent en France 30% des déchets non-recyclés.

En revanche, le compostage de proximité bat son plein. Une trentaine de sites ont ouvert en quelques années. Le dernier en date s’est installé cour Saint-Nicolas. Les associations de compostage reçoivent de nouvelles demandes chaque semaine.

Une larve de cétoine, qui a colonisé le compost (photo Pierre Pauma)

« On refuse des adhésions »

Signe de l’engouement, le compostage n’intéresse plus seulement les jardiniers. Pour la présidente de l’association « Envie de Quartier, » Lilli Papaloïzos, la tendance s’est accélérée il y a environ trois ans. Seulement voilà, la plupart des sites arrivent à saturation :

« On n’a plus seulement un public de personnes âgées. On voit aussi des jeunes couples, des familles… Mais nous sommes obligés d’en refuser, parce que les sites sont pleins. En ce moment je conseille aux gens de se tourner vers les Halles, où un projet est en cours. »

Envie de Quartier envisage d’agrandir son site de collecte place de Haguenau. En attendant, les associations refusent du monde. Le quota de 54 foyers a également été atteint pour Vert Bordeaux, et les Compostiers du Landsberg ne peuvent aller au-delà de leurs 80 adhérents. Même CompoStra, qui mettait jusque-là un point d’honneur à ne pas refuser de nouveaux adhérents, a dû mettre en place un quota pour un de ses sites, au Neudorf.

Un modèle qui repose sur le bénévolat

8h15 sur la place Arnold, le camion des espaces verts tant attendu n’est toujours pas là. Claudine s’impatiente : « C’était déjà le cas la dernière fois ! » Diplomate, Éric Fries Guggenheim appelle le service de la Ville de Strasbourg :

« Oui ce matin oui… Non il n’est pas venu… Vous n’avez plus de camion ? Non mais nous on est là madame, j’ai 3 bénévoles avec moi, ils n’ont pas toute la journée devant eux, ils ont du travail, comprenez ! … Dans une heure ? Bon. »

Éric Fries Guggenheim, le président de Compostra (Photo Pierre Pauma)

Les grommèlements de Claudine trahissent toute la responsabilité qu’implique ces trois caisses en bois à vider. La Ville met le terrain à disposition, mais c’est aux associations de le gérer.

Un compost ne se fait pas tout seul. Il faut contrôler les intrants pour éviter les visites de rats, mélanger, vider les bacs tous les deux à trois mois. Une activité qui demande beaucoup de temps et une organisation logistique. « Pendant un moment, il a été question de nous faire payer la mise à disposition de la benne pour vider les bacs ! », se souvient Éric Fries Guggenheim. Une taxe qui ne dit pas son nom sur les citoyens qui ne demandent qu’à mieux trier ? Pas très écolo. « Heureusement, ça ne s’est pas fait. » Le camion arrive finalement vers 9 heures, le vidage des bacs peut commencer.

« On nous prend pour des agents de la ville »

Entre deux pelletées, Claudine évoque les rapports avec les adhérents. L’écart entre leurs exigences et la réalité sont palpables. Beaucoup oublient que le tout est géré bénévolement :

« Quand on vient ouvrir les bacs aux heures de collecte, on a parfois des usagers qui nous prennent pour des agents de la Ville. Et c’est à ce moment-là qu’on voit à quel point les gens les maltraitent. Faut voir ce qu’on se prend quand on explique aux gens que non, on n’accepte pas les peaux d’avocat ou les coquilles de noix entières, parce que ça prend trop de temps à se dégrader ! »

Entre les permanences pour les collectes et le vidage des bacs, les petites mains du compost ont de quoi s’occuper. (Photo Pierre Pauma)

Même constat du côté de Lilli Papaloïzos, à Envie de Quartier. Si une bonne partie de la population est sensibilisée au tri, elle ne l’est pas encore à la fragilité du modèle du compostage de proximité. Elle regrette un comportement encore trop passif de la plupart des usagers :

« On reçoit souvent des mails de gens qui veulent s’inscrire. Quand on leur dit qu’il faut contribuer à tourner le compost ou à ramener de la matière sèche, même si ce n’est que 3-4 fois dans l’année, ça en refroidit quelques-uns. On est toujours dans une logique de consommateur, alors que nous on voudrait aussi créer du lien social ! »

Une économie circulaire à organiser

Pour faire un bon compost, il faut environ deux tiers de déchets verts, et un tiers de déchets bruns constitués de matière sèche (feuilles mortes, brindilles, litière végétale…). Pour s’approvisionner, Éric Fries-Guggenheim a trouvé la combine : un partenariat avec les Compagnons du devoir et l’ONF assure à CompoStra la quantité nécessaire de matière sèche. Quant aux débouchés pour le compost, ils sont tout trouvés :

« On organise des distributions de compost aux jardins familiaux de l’Ameisenkoepfel, où nous avons notre site de maturation. On arrive toujours à l’écouler, et nous n’arrivons d’ailleurs pas à satisfaire toute la demande. »

D’autres associations comme Les Compostiers du Landsberg, épandent leur compost dans les jardins partagés qu’elles gèrent.

« On a perdu l’accès à la terre »

En revanche, il est plus difficile pour Envie de Quartier de se procurer de la matière sèche ou d’écouler le compost arrivé à maturité. Celui-ci pourra toujours nourrir la haie installée pour ne pas incommoder les voisins des bacs. Sur les pavés de la rue des Juifs, Lilli Papaloïzos se met à philosopher :

« Quand on voit à quel point c’est difficile de se procurer de la matière sèche ou de trouver des lieux où épandre le compost produit, on se rend compte à quel point on a perdu l’accès à la terre. »

Un collectif et une réponse des élues

Pour faire part de leurs difficultés à gérer l’afflux de demandes et l’intendance, les sites de compostage se sont rassemblés dans un collectif baptisé « RéSCUP ». Ils ont rencontré Christel Kohler, adjointe au maire (LREM) responsable de l’environnement et des espaces verts et Françoise Bey, vice-présidente (PS) chargée de la gestion des déchets à l’Eurométropole. Christel Kohler propose de mieux organiser la filière, pour que les sites ne manquent ni de matière sèche, ni de débouchés :

« Je leur ai proposé de mettre en place une carte qui matérialise les différents espaces verts, jardins partagés et jardins familiaux qui pourraient les approvisionner en matière sèche. On est en train de recenser tous ces endroits pour construire un maillage pertinent. »

En revanche, il n’y aura pas de tournée de la part des agents des espaces verts pour fournir de la matière sèche à tous les sites de compostage. « Pour ça, il faudrait une indemnité de l’Eurométropole… »

En maturation, le compost peut atteindre 60°C. (photo Pierre Pauma)

Le modèle du compostage bénévole est-il en train d’atteindre ses limites ? En plus de son plan Climat 2030, l’Eurométropole devra se soumettre d’ici 2023 à la directive européenne relative aux déchets, qui prévoit que la France mette en place un tri des déchets à la source.

De l’aveu de Christel Kohler comme des associations, le bénévolat ne permettra pas de généraliser le tri des biodéchets. En fonction des sites de compostage, on compte entre 10 et 15 foyers qui se partagent un bac. À l’échelle de l’Eurométropole, cela représenterait 15 000 bacs à installer.

L'AUTEUR
Pierre Pauma
Journaliste-lombricomposteur : se repaît des infos non traitées par autrui.

En BREF

Un séisme secoue Strasbourg, Fonroche dément en être à l’origine

par Pierre France. 8 810 visites. 32 commentaires.

Harcèlement : Le procès de l’ex-directeur de la Maison des associations reporté en mars

par Pierre France. 1 078 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Avec la Vélorution dimanche, le collectif compte peser sur les municipales

par Jean-François Gérard. 1 452 visites. 8 commentaires.