Le blog de Doc Arnica
Chroniques et humeurs d'une médecin strasbourgeoise.
blogs  Le blog de Doc Arnica 

Oui à la chirurgie contre l’obésité morbide

actualisé le 16/08/2013 à 14h52

("Obese boy eating", garçon obèse mangeant / Gaulsstin / Flick / Cc)

(« Obese boy eating », garçon obèse mangeant / Gaulsstin / Flick / Cc)

Louis est mon patient depuis qu’il a 13 ans, il en a 24 aujourd’hui. Il a toujours été gros, très gros même. A 18 ans, il pesait 140 kilos et ne pouvait plus se peser sur la balance de mon cabinet qui affichait « error ». A cet âge, il a voulu faire enfin un régime, alors qu’il avait toujours refusé toute prise en charge plus jeune…

BlogLe suivi de poids a été épique, les rendez-vous manqués se suivaient et la prise de poids a continué allègrement,  Louis ne se nourrissant malgré les conseils que de pizzas, Nutella et autres chips. A 19 ans, Louis se bousille les deux genoux en une séance de foot en salle, sport tout à fait impossible à pratiquer pour lui. Il est essoufflé au moindre effort et se plaint de ne pas avoir de petite amie en raison de son aspect physique. Il consulte alors un chirurgien qui lui pose un anneau gastrique. C’était il y a 5 ans. Les anneaux gastriques ont été abandonnés depuis en raison des complications et des récidives d’obésité lors de leur ablation. Aujourd’hui, Louis pèse 85 kg est en couple et a un joli petit garçon. Il mange toujours n’importe quoi, mais doucement et peu à la fois. Il garde son anneau gastrique.

Tout ce qu’elle aime est sucré et gras

Marina a 26 ans et deux adorables petites filles de 4 et 2 ans. C’est une jolie rousse irlandaise qui pèse 133 kilos pour 1,60 m. Elle n’arrive pas à courir pour rattraper ses filles dans la rue quand l’une d’elle lui échappe. Sa famille est une famille d’obèses majeurs. Elle ne sait pas faire la cuisine, ne mange pas de légumes. Tout ce qu’elle aime est sucré et gras. Elle me dit vouloir être opérée de l’estomac pour maigrir. Je lui explique les critères pour accéder à cette chirurgie dite « bariatrique » :  un régime suivi de longue durée, un avis psychiatrique et un bilan général et endocrinologique. Elle m’explique tout de suite : « Docteure les régimes, c’est pas la peine, j’y arrive pas ».

Je l’adresse en consultation de chirurgie bariatrique qui me la renvoie pour suivi de poids. Elle va perdre très difficilement 5 kilos en un an. La consultation psychiatrique est purement formelle :  pas de contre-indication à la chirurgie. On lui propose un sleeve , c’est à dire un shunt partiel de son estomac. Les effets secondaires sont un transit rapide (diarrhées fréquentes) et la nécessité d’une supplémentation en vitamines. Deux ans plus tard, elle pèse 80 kilos et se sent beaucoup mieux dans sa peau. Elle travaille et n’est plus essoufflée. Elle a appris à cuisiner depuis, et les légumes sont devenus ses amis.

Elle a mis des sous de côté pour ses prothèses mammaires

Carine est étudiante, elle finit ses études à Strasbourg. Elle a été opérée dans sa région d’origine, il y a 2 ans et demi pour une obésité majeure : 140 kg pour 1,68 m. On lui a proposé un by pass c’est à dire un shunt complet de l’estomac. Elle a perdu 60 kilos. Elle a des injections de vitamines tous les trimestres et quelques fois des perfusions de fer. Elle vient me voir pour la suite de la prise en charge : reprise de l’excédent cutané des bras des cuisses et du ventre et mise en place de prothèses mammaires. Le remboursement de ces dernières n’est pas assuré par la sécurité sociale. Elle a mis des sous de côté en travaillant de nuit. Elle est ravie d’avoir eu recours à cette solution du by pass malgré la lourdeur de cette chirurgie. Elle me dit avoir été désespérée avant.

J’étais assez réticente à la chirurgie de l’obésité dans un premier temps. Pour moi, la prise en charge devait être diététique associée à de l’exercice physique. Mais en m’installant et en voyant régulièrement des patients  pour ce type de demande de perte de poids importante, j’ai eu à faire comme beaucoup de mes confrères à des cas désespérés de ce que l’on appelle des obésités morbides (qui rendent malade). Les régimes sont pour certains obèses pires encore que l’obésité, ils s’acharnent à maigrir avec beaucoup d’efforts et reprennent à toute allure les quelques kilos perdus, quitte à en avoir plus après chaque tentative. J’ai un jour calculé qu’une de mes patientes qui faisait un tas de régimes totalement farfelus avait perdu en tout 220 kilos entre l’âge de 50 et 62 ans, pour un poids final de 160 kilos. Son poids à 50 ans était totalement normal pour sa taille soit 65 kilos pour 1,68 m. J’ai dû lui demander de m’apporter des photos d’elle tant j’avais du mal à y croire.

Complications très peu nombreuses

La chirurgie de l’obésité a fait beaucoup de progrès depuis mon installation, avec des complications somme toute assez peu nombreuses au vu de celle de l’obésité morbide. Elle devient du coup un recours plus fréquent dans ces cas, où plus aucune prise en charge diététique ne marche. La mortalité de cette chirurgie est de 0 à 1%, les effets secondaires présents dans 10 à 15% des cas (transit rapide, hypoglycémies, etc.).

Avec le temps, je ne propose plus de régimes hypocaloriques stricts à mes patients, mais un changement d’habitudes alimentaires plus définitif associé à une reprise d’activité physique modérée, mais régulière. Il me semble que les résultats sont plus durables, même si moins spectaculaires.

Sur ce, je saute dans mon maillot avec mes kilos de trop et je vais piquer une tête dans la Méditerranée. Bonne fin d’été à tous. 😉

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Doc Arnica
Doc Arnica
Je suis Doc Arnica , docteure généraliste de quartier à Strasbourg, installée depuis 20 ans déjà . Le temps file... Je dis souvent que je suis une médecin de famille. J'adore ma ville, ma cathédrale, la cuisine, la bonne bouffe. Bref tout ce qui fait plaisir.
En BREF

À Kolbsheim, des opposants au GCO empêchent des travaux préparatoires

par Jean-François Gérard et Pierre France. 990 visites. 2 commentaires.

Jeudi, nouvelle mobilisation contre la réforme du Code du travail

par Manon Weibel. 669 visites. 1 commentaire.

Des milliers d’enseignants à la retraite peuvent faire valoir leurs droits après l’arnaque du Cref

par Jean-François Gérard. 879 visites. Aucun commentaire pour l'instant.