Élections à Schiltigheim : les réponses à vos questions
Politique 

Élections à Schiltigheim : les réponses à vos questions

actualisé le 07/04/2018 à 00h28

Comment se comportera le futur ou la future maire de Schiltigheim ? Voici un condensé des réponses de 5 candidats et candidates sur « Questionnez vos élus » aux internautes. Avant de voter dimanche, voici leurs positions.

Il a finalement peu été question de « bétonisation » dans les questions des (é)lecteurs aux candidats pour l’élection municipale anticipée à Schiltigheim, dont le premier tour est dimanche 8 avril. Une seule interrogation sur la vingtaine adressée à chaque liste porte sur le site de l’ancienne brasserie Fischer à l’entrée de la ville où sont prévus 700 logements, non loin de l’autoroute.

Fischer à la baisse

Sur ce point, 4 listes veulent revoir ce projet emblématique à la baisse, sans trop s’avancer compte tenu des permis de construire déjà délivrés. L’espace libéré permettrait alors de réaménager l’ensemble.

Danielle Dambach (écologistes) veut « abandonner l’idée d’une cour de récréation sur le toit de l’école. L’autoroute se trouvant à proximité du site, il ne faut pas que la pollution de l’air occasionne des problèmes de santé pour les enfants ». Idem pour Nathalie Jampoc-Bertrand (divers gauche). En revanche, tous sont favorables à l’implantation du cinéma MK2. Nathalie Jampoc-Bertrand veut y ajouter « la création d’un pôle image qui associe à la fois cinéma et bureau d’accueil des tournage sur le site ». Marc Baader (France insoumise) et Christian Ball (divers droite) sont plus prudents sur les marges de manœuvre.

Jean-Marie Kutner n’a pas répondu sur ce point et de manière générale à peu de questions (30% en bouclant ces lignes vendredi midi) ce qui est assez étonnant. Le maire sortant a l’habitude de répondre et de publier des documents très détaillés sur les dossiers en cours, sur son profil Facebook notamment.

Relancé vendredi, il s’interrogeait sur l’intérêt de répondre, car il y a avait « beaucoup de questions auxquelles [il a] déjà répondu par le passé ». Mais globalement, son équipe fait campagne sur la continuité des projets lancés depuis son élection en 2014.

Nombreuses questions sur les déplacements

La plupart des questions concernent les déplacements. Le tram, la voiture, les bus et beaucoup le vélo. Il faut dire que Schiltigheim est considérée comme l’une des pires villes pour les cyclistes selon un sondage de la Fédération française des usagers de vélo (Fub). Au-delà de cette étude, il suffit d’avoir un peu emprunté les routes de Bischwiller, rue Saint-Charles pour se rendre compte de ces difficultés.

Toutes les listes se disent favorables à davantage d’aménagements cyclistes. Dont acte. Soit sur la route de Bischwiller (Christian Ball ou Marc Baader), soit entre l’Est et l’Ouest de la ville. Danielle Dambach parle d’une voie « entièrement dédiée aux cycles, » là ou Nathalie Jampoc Bertrand aimerait y aménager une piste cyclable. Jean-Marie Kutner met en avant les travaux en cours rue de la Glacière.

Vous aviez pas mal de questions pour les prétendants à la maire de Schiltigheim (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Sur la place de la voiture, là encore on retrouve une convergence des listes, avec une relative diminution de sa place en ville et des abaissements de vitesse. Danielle Dambach propose un parking en silo près du gymnase des Malteries pour régler les problèmes de stationnement dans le centre.

Quant au tram, les trois listes de gauche et écologiste veulent la relance du tracé vers la partie ouest de la ville, voté en 2013 par l’Eurométropole (ex-CUS) route du Général De Gaulle, qui était sensé aller jusqu’à Vendenheim. Christian Ball veut que le tram arrive a minima « jusqu’à Fischer ». Jean-Marie Kutner met plutôt en avant le réaménagement des lignes de bus 4 et 6 sur le modèle de la L1 strasbourgeoise. Mais il se dit favorable aussi à une extension qui relierait le centre de Schiltigheim, Strasbourg et l’Espace européen de l’entreprise, là où il n’avait pas défendu l’ancien projet de tram.

Halles du Scilt

Une question porte aussi sur le marché couvert de la Halle du Scilt dans le vieux Schiltigheim. L’internaute Alice, demande comment « remettre ce beau projet sur les rails ». Jean-Marie Kutner « ne partage pas ce diagnostic », et parle d’un bon démarrage. Il estime qu’il faut deux ans pour que l’établissement tourne à plein régime.

Christian Ball prône plus de produits locaux. Marc Baader et Danielle Dambach parlent plutôt de produits bio. Néanmoins, difficile pour la puissance publique de décider de l’implantation de commerces, à moins de conventionner un lieu avec une association.

Culture

Enfin, il est question de Culture, « grand oublié de la majorité sortante » selon Nathalie Jampoc-Bertrand. Il est question de la médiathèque où la candidate d’un rassemblement de gauche veut un « 3e lieu » vivant.

Pour cet équipement, Marc Baader souhaite « les mêmes plages horaires que la Médiathèque Malraux » et aussi de l’ouvrir… le dimanche. Il insiste sur l’importance de « l’accès à la culture pour tous », avec des tarifs attractifs et des navettes gratuites pour se rendre aux événements.

L’idée de résidences ou d’écoles des Arts revient aussi chez les trois listes de gauche. « Mais il est essentiel d’offrir plus de créneaux pour les cours d’éducation artistique : musique, danse et théâtre », ajoute Danielle Dambach.

Désunion à gauche ?

La désunion de la gauche a aussi valu une question aux listes insoumises, écologistes et « Nouveau Cap pour Schilick ». Au regard des réponses des trois listes, les convergences sont pourtant claires sur plusieurs thèmes.

Sur ce point de tactique, les réponses des trois équipes témoignent de désaccords sur les places et du ressentiment vis-à-vis des formations partisanes, ainsi que sur les alliances locales passées qui ont resurgi lors des négociations. Les Insoumis ne voulaient pas discuter avec le PS et ses alliés par exemple. Pas sûr que les sympathisants de gauche, moins militants, y trouvent leur compte.

Ce sera peut-être pour le second tour où les listes arrivées avec plus de 10% des voix pourront se maintenir voire fusionner. La principale différence est que les Insoumis souhaitent siéger dans l’opposition à l’Eurométropole, tout en ayant des revendications comme la gratuité des transports et l’aménagement d’infrastructures cyclistes et de tramway.

Promesses timides

Rappelons que l’équipe élue le 15 avril au soir conduira les affaires de la Cité des Brasseurs pour moins de deux ans, ce qui incite à une certaine prudence dans les promesses de campagne. Sur les rythmes scolaires, tous les candidats disent qu’il est difficile de repasser à la semaine de 4 jours. Tous parlent aussi de plus d’écoute par un renforcement des instances de démocratie existantes ou en en créant des nouvelles (commission, audit citoyen).

Ainsi, difficile parfois de relever des annonces très précises. Notons tout de même que Christian Ball propose de doubler les effectifs de la police municipale pour en affecter une partie à la ligne de bus 4 et à la sécurité des parcs.

Rue89 Strasbourg en direct dimanche soir

Les candidats peuvent encore répondre à des questions jusqu’à vendredi minuit. Rue89 Strasbourg vous fera vivre cette soirée électorale dimanche 8 avril à partir de 18h, heure de fermeture des bureaux de vote.

Aller plus loin

Sur Questionnez vos candidats : toutes les réponses des candidats

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

Concordia contre Schiltigheim : la réponse de la Ville

par Rue89 Strasbourg. 1 954 visites. 8 commentaires.

Qui en veut aux panneaux « tourne à droite » cyclistes ?

par Pierre France. 3 072 visites. 11 commentaires.

La prolongation de l’utilité du GCO jugée définitivement conforme

par Jean-François Gérard. 2 509 visites. 10 commentaires.