Émil Ivov, bulgare amoureux de Strasbourg, emmène son entreprise au Texas
Economie 

Émil Ivov, bulgare amoureux de Strasbourg, emmène son entreprise au Texas

actualisé le 03/06/2015 à 17h51

Emil Ivov a perdu la foi dans l'État bienveillant après le contrôle fiscal de son entreprise. (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)

Emil Ivov a perdu la foi dans l’État bienveillant après le contrôle fiscal de son entreprise. (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)

Il y a 14 ans, Émil Ivov débarquait à Strasbourg de Bulgarie, pour une année Erasmus. Aujourd’hui, il s’envole pour le Texas avec son entreprise, rachetée à prix d’or par un groupe australien. Entre les deux, Émil Ivov aura goûté au meilleur et au pire de la France, un pays qu’il aime profondément. Rencontre.

À 35 ans, Émil Ivov s’apprête à quitter Strasbourg et la France, à regret. Il n’est guère connu et pourtant, il incarne l’une des très rares réussites alsacienne dans l’univers des start-ups puisqu’il est parvenu à vendre son entreprise à un groupe australien. L’histoire commence en 2001, alors qu’étudiant en informatique à Sofia, il a choisi Strasbourg pour son année d’études à l’étranger, via Erasmus. Un choix dicté par la présence des institutions européennes et parce qu’enfant, il a reçu cet attachement pour la France qui existe encore dans les pays de l’Est de l’Europe.

Il se souvient :

« Ma grand mère était enseignante de français. Quand s’est posée la question d’une année d’études à l’étranger, Strasbourg semblait le choix idéal puisque je pouvais faire plaisir à ma grand-mère en apprenant la langue et poursuivre ma formation en informatique auprès d’une filière au top niveau. Quand je suis arrivé, j’ai immédiatement adoré la ville. »

L’inverse également, puisque l’université ne le laisse pas partir à la fin de son année Erasmus et lui propose de poursuivre ses travaux, avec un doctorat sur l’optimisation des communications en temps réel via Internet. Il met au point un procédé d’amélioration des conversations vidéo par Internet, qui rivalise avec Skype.

« J’avais envie d’aller au bout de mes pistes »

Après quatre ans de recherches, Émil décide de créer son entreprise :

« J’avais 10 ans en 1989, j’ai vécu la fin du communisme en Bulgarie… et ce que la déshérence de l’État peut provoquer sur les chercheurs. À Sofia à cette époque, les chauffeurs de taxi pouvaient être des docteurs en physique nucléaire. Pour moi, créer une entreprise était le meilleur moyen de gagner ma vie, je suivais en cela l’exemple de mon père. Et puis je voulais aussi aller au bout de mes pistes, les mettre en application, voir les résultats. Il y a un côté frustrant dans la recherche qui m’a poussé dehors. »

Une petite équipe est alors accueillie au Semia, l’incubateur de la Région Alsace. La société Blue Jimp naît deux ans plus tard avec le soutien de Conectus Alsace, un fonds de soutien aux laboratoires publics, financé par l’État, qui prête 115 000€. Cet argent permet à la toute jeune entreprise de développer « Jitsi », une « brique » applicative, qui permet de facilement intégrer des conversations vidéos dans des logiciels.

Adepte du partage, Émil Ivov garde Jitsi dans l’univers « open source » : l’application est gratuite, ce sont les intégrations et les personnalisations qui sont facturées par Blue Jimp aux entreprises intéressées.

Deux mois pour créer la société en France, une journée en Bulgarie

Mais malgré les bonnes fées autour du berceau, les débuts de Blue Jimp sont difficiles.

« En France, tu peux pas débuter léger quand tu crées une boite, il te faut tout de suite des statuts, un comptable, des procédures… C’est tout de suite plusieurs milliers d’euros à sortir et ça peut paraître inatteignable. On a mis deux mois à créer la société, le temps de trouver les bons formulaires, les bonnes procédures et de régler notre statut avec Pôle Emploi, pour profiter du dispositif chômeur-créateur d’entreprise… Aujourd’hui, je pense que je pourrais aller plus vite, mais le processus est quand même très lourd. »

Le premier exercice se termine sur un chiffre d’affaires de 50 000€ :

« On a eu des moments très difficiles. On a débuté cette entreprise avec mon associée Yana, également ingénieure, et pendant des mois, on a été les personnes les moins payées de la boite. On ne savait pas bien comment on allait gagner de l’argent, ni quelle serait notre stratégie à long terme. Alors on s’est appuyés sur nos réseaux en Bulgarie. »

En une journée, Émil a créé en Bulgarie une entreprise embauchant les talents qu’il repère en tant que chargé de cours à l’université de Sofia, puis sous-traite une partie des développements à cette société. Le procédé lui permet de réduire les coûts de Blue Jimp, puisque les ingénieurs bulgares sont payés 1 300€ nets. En 2014, le CA de l’entreprise française est de 350 000€ et les deux sociétés emploient 11 personnes, 6 en Bulgarie, une en Pologne et 4 en France.

« Quand tu es entrepreneur, tu es un pestiféré »

Émil travaille beaucoup et pense avoir frôlé la dépression :

« Quand on est entrepreneur en France, on a parfois l’impression d’être un pestiféré. À un moment avec Yana, devenue ma compagne, on a cherché un appartement à Strasbourg. Personne ne voulait nous louer, parce que nous n’avions pas de fiches de paie. On avait beau produire nos bilans comptables, proposer de payer six mois d’avance, rien n’y faisait. Si on n’était pas salariés, on n’était des moins que rien et tout ça, alors qu’on travaillait du matin au soir sans discontinuer. À au moins deux reprises, j’ai bien cru tout abandonner. »

Mais le plus éprouvant pour Émil aura été un contrôle fiscal en 2012. En tant qu’entreprise innovante, et développant de la technologie, Émil Ivov a eu recours au crédit impôt recherche, un dispositif qui permet de payer moins de charges sociales, à condition que cet argent soit investi dans la recherche. Oui mais voilà, utiliser ce dispositif multiplie les chances d’être contrôlé par l’administration, ce qui n’a pas manqué d’arriver avec Blue Jimp.

« On s’est retrouvé avec un contrôleur fiscal particulièrement sévère et anxiogène. On a perdu énormément de temps, ça a été à l’origine d’une somme d’angoisses considérables. Il faut imaginer ce que ça veut dire quand, dans une boite d’une dizaine de personnes, les deux gérants sont mobilisés à temps plein pendant des semaines pour retrouver des papiers ou des factures, comme celle d’un café pris lors d’un salon à Phoenix… Et tout ça alors que notre plan de recherche était validé par le ministère concerné ! Ce fût une année terrible, qui s’est finalement soldée par un redressement de 300€. C’est à ce moment là que j’ai perdu mes illusions sur l’État socialiste bienveillant. »

Tout le monde à Austin, Texas

Puis viennent les premières offres de rachat, Émil reprend espoir mais ne donne pas suite à celles qui sont en dessous du million d’euros. Et le 27 octobre 2014, jour de la naissance de son premier fils Alexander, le groupe australien Atlassian contacte Émil avec une offre beaucoup plus sérieuse. Six mois et des centaines d’heures d’avocats plus tard, Blue Jimp peut annoncer que toute l’équipe rejoint Atlassian à Austin, au Texas. Les employés doivent intégrer leur technologie à HipChat, l’application de collaboration de la firme australienne.

Tous les détails de l’acquisition sont gardés secrets, mais Émil peut désormais envisager l’avenir plus sereinement. Le couple a mis moins d’une journée pour louer une maison à Austin, qui sera bien plus grande que leur 3 pièces strasbourgeois. Leur salaire sera compris entre 120 et 240 000$ par an chacun, ce qui devrait aider à éloigner les doutes et les moments d’angoisse.

Pour autant, Émil appréhende son futur américain :

« La France est le pays où j’ai appris à réfléchir. Je la quitte à regrets. On a proposé à Atlassian de rester en France, mais ils ont refusé. Non pas à cause des blocages et des lourdeurs françaises, pour une entreprise d’une telle taille, un dispositif comme le crédit impôt recherche est excellent et tout à fait gérable sur le plan administratif, mais parce qu’ils veulent se donner toutes les chances d’une intégration réussie et que pour eux, la localisation à Austin était impérative. Alexander est né à Strasbourg, j’aimerais bien qu’il forge sa personnalité avec les valeurs de la France, la solidarité, la liberté de pensée… On verra bien. »

« À part Pôle Emploi, les aides publiques sont inaccessibles »

Quant à son esprit d’entreprendre, Émil Ivov avoue à demi-mot qu’il s’est un peu égratigné chez lui :

« Je ne sais pas si je conseillerai à mon fils de devenir entrepreneur. J’en doute. Je pense qu’il ne vaut mieux pas, sauf à être pleinement préparé, ce qui est impossible. On sait que c’est la naïveté des entrepreneurs qui est leur plus grand facteur de succès. »

Pour Émil, l’environnement français, et alsacien en particulier, n’est pas encore adapté aux start-ups :

« Le grand problème des aides publiques, c’est que tu en as des tonnes mais elles sont assorties d’une litanie de conditions qui font qu’en pratique, elles sont inaccessibles. Les seules qui ont fonctionné dans notre cas, c’est l’aide à la création d’entreprise de Pôle Emploi, l’aide aux entreprises innovantes de la Région Alsace et le prêt de Conectus. Mais ce qui nous a sauvés, c’est l’extrême réduction de nos coûts, on n’a pas pris de locaux, et la ténacité. »

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Un séisme secoue Strasbourg, Fonroche dément en être à l’origine

par Pierre France. 9 061 visites. 32 commentaires.

Harcèlement : Le procès de l’ex-directeur de la Maison des associations reporté en mars

par Pierre France. 1 158 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Avec la Vélorution dimanche, le collectif compte peser sur les municipales

par Jean-François Gérard. 1 493 visites. 8 commentaires.