Le camp de la rue des Canonniers évacué, le trottoir bloqué
L'actu 

Le camp de la rue des Canonniers évacué, le trottoir bloqué

Le campement qui s’était constitué sur le trottoir de la rue des Canonniers au Neuhof a été évacué mercredi 14 novembre par les services de la Ville de Strasbourg. Dans un communiqué, la Ville a indique avoir dénombré 64 personnes originaires de Macédoine, de Serbie, du Kosovo et de Bosnie qui occupaient des tentes et des abris de fortune sur ce trottoir. Il s’agissait essentiellement de demandeurs d’asile dont les demandes sont en cours de traitement mais qui n’avaient pu trouver de places dans le dispositif d’accueil.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Toujours selon la Ville de Strasbourg, « des solutions adaptées au statut de chaque personne » ont été mises en place : « La préfecture du Bas-Rhin et la direction territoriale de l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII) ont procédé à une évaluation de leur situation afin de les orienter vers des solutions d’hébergement dans l’attente de l’instruction de leurs démarches administratives. »

Autrement dit, des places ont finalement été trouvées pour ces personnes, au moins jusqu’à ce que leur demande d’asile soit refusée étudiée.

Pour éviter une quatrième installation rue des Canonniers, la Ville de Strasbourg a choisi d’installer des blocs de béton rue des Canonniers, transformant le trottoir en un terrain hostile pour les piétons et les poussettes, mais présentant de beaux défis aux amateurs de skate et de rollers (voir ci-dessous). La décision a été prise par le cabinet du maire Roland Ries.

D'imposants blocs de béton ont été posés sur le trottoir, pour prévenir toute réinstallation (Photo Gérard Baumgart / doc remis)

D’imposants blocs de béton ont été posés sur le trottoir, pour prévenir toute réinstallation (Photo Gérard Baumgart / doc remis)

La pose de cette nouvelle mode de mobilier urbain a fait réagir les associations d’aide aux personnes sans-abri et migrants, dont Gérard Baumgart, du Collectif Canonniers :

« La pose de plots est un virage dangereux pris par Strasbourg dans sa politique envers les migrants, s’agit-il de rassurer le voisinage ? Cette pensée manque de vision, les migrants trouveront ici ou là d’autres endroits proches où s’installer, on ne peut solutionner la question de l’hébergement des demandeurs d’asile par la pose de grillages et de blocs de béton. Où est l’humanité de la Ville de Strasbourg, capitale des droits de l’Homme et bientôt capitale de Noël ? Où sont censées s’installer ces familles si on leur interdit tout endroit ? »

Un nouveau camp en préparation…

Conseiller municipal et vice-président de l’Eurométropole de Strasbourg en charge de l’habitat, Syamak Agha Babaei a plus violemment réagi encore :

« Je n’ai pas de mot assez fort pour dire mon indignation face à la décision d’installer ces blocs de béton. Elle est en rupture avec le travail effectué pour faire de Strasbourg une ville accueillante. Cet urbanisme hostile et sécuritaire n’a pas sa place dans une ville qui souhaite incarner l’Europe de la démocratie et des droits de l’Homme. Alors que Strasbourg célèbre son forum mondial de la démocratie, cette décision est inacceptable. J’appelle à revenir sur cette décision et s’engager collectivement pour une ville accueillante et hospitalière. »

En octobre, les services de la préfecture cette fois, avait fait procéder à l’évacuation d’un camp similaire, quai de Malte à Strasbourg (derrière l’Hôtel du département). Une trentaine de ménages (17 familles, 12 personnes seules et 2 couples), originaires de pays du Caucase, s’y étaient installés, essentiellement des demandeurs d’asile. Mais mercredi, déjà deux nouvelles tentes ont été réinstallées.

Le dispositif d’accueil des personnes sollicitant l’asile est constamment saturé. Compétence de l’État, la Ville de Strasbourg a néanmoins choisi début 2018 de financer 100 places supplémentaires pour 500 000€. Mais sans grand effet sur la saturation…

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

David, artiste de rue, témoin de l’attaque

par Pierre Pauma. 2 757 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Après l’attaque de mardi, le Marché de Noël reste fermé un jour de plus

par Pierre France et Jean-François. 10 091 visites. 24 commentaires.

Coups de feu dans le centre-ville de Strasbourg, trois morts et treize blessés

par Guillaume Krempp, Pierre Pauma, Jean-François Gérard et Pierre France. 9 251 visites. 6 commentaires.