Un collectif demande un « accès à l’eau potable » pour le camp des Canonniers
L'actu 

Un collectif demande un « accès à l’eau potable » pour le camp des Canonniers

actualisé le 29/05/2019 à 14h12

Un collectif strasbourgeois d’aide aux migrants demande un point d’eau potable pour le campement des Canonniers au Neuhof. Dans une nouvelle lettre ouverte au maire Roland Ries, il dénonce un « site saturé », des « parents et enfants malades » et un « manque d’hygiène ».

Plus de 90 personnes, dont 40 enfants, vivent dehors et sans point d’eau potable au campement des Canonniers selon un décompte d’un collectif d’aide aux sans-abris. Dans une lettre ouverte, le collectif des Canonniers, cette rue à l’entrée du Neuhof, demande au Maire de Strasbourg de mettre fin à cette situation « qui concerne la santé publique ».

L’absence d’accès à l’eau potable entraîne un manque d’hygiène, et ce malgré l’installation de toilettes. Les bénévoles sur le site font aussi face à « des parents et des enfants malades », dont plusieurs sont passés aux urgences pédiatriques.

Selon le collectif de bénévoles du Campement dit « des Canonniers », plus de 90 personnes sont à la rue, dont près de 40 enfants. (Document Remis)

Tensions et dangers

Le collectif avertit aussi sur une situation potentiellement dangereuse. La promiscuité entraîne des tensions entre migrants. La proximité avec la route et le tram C constitue aussi un danger pour les enfants du campement, qui « cette semaine (…) jouaient sur les voies de tram et ont perturbé la circulation, mettant leur vie en danger. »

Comme à chaque fois, des familles entières se sont déplacées depuis l’Est de l’Europe… (Photo Gérard Baumgart / doc remis)

Les bénévoles demandent donc « l’installation au plus vite d’un point d’accès à l’eau potable », tel que celui installé l’an dernier. Ils répètent aussi une revendication formulée dans un courrier envoyé au maire et au préfet la semaine précédente : « le démantèlement rapide du campement (…) et l’hébergement des familles y résidant. »

Une situation aux airs de déjà-vu. L’année dernière, les bénévoles du collectif demandait un accès à l’eau potable. Les agents de la Ville avaient installé un évier mobile dans le campement des Canonniers… en août 2018.

Des très jeunes enfants vivent des dans conditions déplorables (Photo Gérard Baumgart / doc remis)

Lettre du collectif des canonniers au maire de Strasbourg

Objet : Urgence – Demande urgente d’installation d’un « point d’eau potable » au campement de migrants « des canonniers »

Monsieur le Maire de la Ville de Strasbourg, Roland Ries,

Nous venons à nouveau à vous, toujours conjointement, au nom de bénévoles, acteurs de la solidarité sur le terrain, qui viennent en aide aux migrants sur Strasbourg. Notre présent courrier vient ajouter à la demande urgente d’hébergement de notre précédent courrier du 21 mai 2019 une autre demande qui concerne la « santé publique ». Cette nouvelle demande est pressante et peut être aisément mise en œuvre par les services de la ville.

La situation :

Le campement de migrants dit « des Canonniers » a encore considérablement grandi depuis la semaine dernière, il y a désormais sur le site plus de 90 personnes qui dorment sous tentes, avec près de 40 enfants, dont la grande majorité en bas-âge.

  • Une grande promiscuité : sur le site, le nombre grandissant de migrants et la promiscuité en résultant rendent la situation explosive, le site est saturé. Une femme s’est blessée en tombant, des tensions naissent à cause de la situation pesante, etc.
  • Manque d’hygiène : même si un WC a été installé sur place et est déjà un gain pour l’hygiène, l’absence d’un accès à l’eau potable reste très problématique pour le quotidien, en plus bien sûr de tous les autres manques (pas d’électricité, impossibilité de cuisiner, de laver du linge, manque de soins, de couches-bébé, etc.)
  • Des parents et des enfants malades : des enfants tombent régulièrement malades, plusieurs sont passés aux urgences pédiatriques, dont une jeune fille de 3 ans, un autre garçon de 5 ans qui a fait un séjour à l’hôpital (dans l’attente de votre intervention pour l’hébergement, des bénévoles généreux ont payé à leurs frais des nuits d’hôtel pour soulager des familles le temps d’une ou deux nuits) ; des adultes avec plusieurs pathologies ont aussi besoin de soins.
  • Insécurité en bordure de route et de voie de tram : cette semaine, des enfants du campement jouaient sur les voies de tram et ont perturbé la circulation, mettant aussi leur vie en danger. Un courrier a été envoyé le 24 mai 2019 par le Directeur général de la CTS au Préfet du Bas-Rhin et au Président de l’Eurométropole.

Les demandes :

  • L’installation au plus vite d’un « point d’accès à l’eau potable » (l’an dernier, les services de la Ville avaient installé sur le même site du campement « des Canonniers » un point d’eau, nous souhaitons que vous réitériez la mise en place d’une telle installation) pour permettre aux familles notamment de pouvoir boire, se laver, laver la vaisselle, laver le linge, etc.
  • Le démantèlement rapide du campement « des Canonniers » et de l’hébergement des familles y résidant (comme déjà demandé dans notre courrier du 21 mai 2019).
  • De nous faire connaître ce que vous comptez entreprendre pour remédier aux situations difficiles que connaissent les familles aux Canonniers. Restant très attentifs à tout ce qui se fera en ce sens.

Veuillez agréer, dans un dévouement humain commun, Monsieur le Maire de la Ville de Strasbourg, Roland Ries, nos cordiales salutations,

Conjointement,

Gérard Baumgart – Charles Guthlin

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste en alternance depuis la rentrée 2017.

En BREF

Venu de l’Ouest, Actu.fr se lance à Strasbourg

par Jean-François Gérard. 1 435 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Trois syndicalistes de France Bleu assignés en justice par leur direction

par Pierre France. 3 475 visites. 5 commentaires.

À Kolbsheim, 10 jours pour envisager l’après-GCO

par Rue89 Strasbourg. 1 368 visites. Aucun commentaire pour l'instant.