Fribourg plus écolo que Strasbourg ? Une blogueuse raconte
Ecolo tous les jours
Réduire son empreinte carbone sans grelotter, concilier respect de la nature et vie urbaine... Dans ce blog, nous allons tester si l'écologie peut survivre au quotidien.
blogs  Ecolo tous les jours 

Fribourg plus écolo que Strasbourg ? Une blogueuse raconte

Avec 100 000 vues par mois et autant de lecteurs en France, en Suisse, en Belgique ou au Canada, le blog Echos Verts défend depuis 2013 les couleurs d’une écologie pratique, sur laquelle se greffe une réflexion de fond sur le véganisme, le lien à la nature, la slow life ou l’écoute de soi. Installée désormais à Fribourg-en-Brisgau, elle raconte sa vie écolo outre-Rhin.

Prof d’anthropologie de 34 ans et grenobloise aux origines indiennes, Natasha a créé le blog Echos Verts alors qu’elle enseignait  dans une école internationale sur l’île de Vancouver, au Canada. Elle raconte :

« Dans mon établissement, les valeurs du développement durable étaient largement mises en avant. Mais je réalisais qu’au quotidien, existait un énorme décalage entre les informations sur le dérèglement climatique ou les grands enjeux écologiques dont on abreuvait les élèves, et leur profonde déresponsabilisation vis à vis de ces enjeux, dans leur quotidien. Après avoir vu No impact man, le documentaire de Colin Beavan, j’ai eu l’idée de créer des « éco-défis » sur mon nouveau blog. Très vite, une communauté a émergé autour de ces éco-défis : pendant plusieurs années, cette communauté a été très active sur le groupe Facebook d’Echos Verts, que j’ai fermé récemment. Sur le blog et les réseaux sociaux, des gens commentent toujours, qui suivent le blog parfois depuis le début et se sont regroupés autour de certaines thématiques. J’écris une douzaine de billets par mois et consacre un mi-temps à mon blog, avec l’idée, depuis un an, d’en tirer un revenu complémentaire. »

Natasha, 34 ans, blogue depuis juin 2013 (Photo MH / Rue89 Strasbourg)

« Notre arrivée à Fribourg a été un tremplin pour cette activité. Pendant un an, je n’ai pas travaillé à l’extérieur et m’y suis entièrement consacrée. La réflexion sur son contenu, l’écriture, les photos… m’ont boostée dans mon cheminement personnel. Je ne me suis plus sentie seule avec mes petites idées, mais entourée d’un ensemble de personnes qui partage mes questionnements et y répond. L’année suivante, j’ai obtenu un poste de prof à temps partiel, puis on m’a proposé de prendre un emploi à temps plein. Je savais que je ne pourrai pas continuer à bloguer de la même façon si j’acceptais cette offre. Après un an à 40%, je suis passée à 60% : j’ai mis en place une plate-forme Tipeee et des affiliations, et j’ai informé mes lecteurs de cette démarche de professionnalisation. Aujourd’hui, je me présente comme « prof et blogueuse ». Je prends mon blog tout autant au sérieux que mon travail de prof. »

« À Fribourg, le recyclage est une évidence »

Tu habites depuis 4 ans à Fribourg. Vivre l’écologie en ville relève du challenge pour beaucoup de Français, urbains et pressés, très peu autonomes dans tous leurs gestes quotidiens et accros aux produits industriels, dans l’alimentation, l’hygiène, les transports, l’habillement ou les loisirs… Selon toi, est-ce plus simple d’être écolos à Fribourg plutôt qu’à Strasbourg ?

« En France, je connais principalement Grenoble, ma ville natale, où je suis toujours étonnée du rapport des habitants au recyclage : dans mon entourage, un tas de gens n’y recycle rien. Alors qu’ici, à Fribourg, c’est une évidence : je n’ai jamais mis les pieds chez quelqu’un qui n’ait rien mis en place pour le recyclage. »

L’approvisionnement alimentaire d’abord. Où te fournis-tu ? Le bio est-il accessible ? Le vrac ?

« Depuis notre arrivée, nous achetons nos fruits et légumes soit au marché principal, qui se tient du lundi au samedi sur la Munsterplatz [place de la Cathédrale], soit au marché juste derrière la gare, plus proche de chez nous. On y trouve aussi le pain, les olives ou les tomates séchées en vrac. Pour le reste, les trois premières années, nous avons fréquenté le supermarché bio Alnatura, où il n’y a aucun produit sans emballage. Mais depuis un an, un magasin de vrac a ouvert tout près de chez nous : c’est là que nous allons, excepté pour les pâtes à l’épeautre, les jus, les compotes ou le coulis de tomates, que nous continuons à acheter chez Alnatura… »

« Le bio, accessible même avec un seul salaire »

« À Fribourg, le bio est facilement accessible, même au niveau des prix, par rapport à ce que je vois en France en magasin bio. On a toujours fait toutes nos courses en bio, même quand on ne vivait que sur un seul salaire… Et le bio, en vrac, est encore moins cher. En revanche, je privilégie les produits du commerce équitable par rapport au « zéro déchet », pour le chocolat par exemple, le café ou les épices… En Inde, j’ai visité des plantations de thé « équitable », où des personnes âgées travaillaient dans des conditions que j’aurais jugées difficiles pour moi-même. Alors je n’ose pas imaginer quand elles ne le sont pas… »

Tu n’habites pas dans le quartier Vauban, si souvent cité en exemple à Strasbourg. Comment ton mari et toi avez-vous trouvé votre appartement ?

« Trouver un logement à Fribourg est très compliqué ! Il y a très peu de logements disponibles. On a déménagé six fois les quatre premiers mois passés ici, entre Airbnb et colocations… Finalement, une amie berlinoise a vu une annonce dans un journal alternatif et a tout de suite pensé à nous : on a postulé et été reçu par les membres de cette coopérative. On a fait connaissance, visité l’appart et on a été sélectionné ! Comme pour un entretien d’embauche !

Natasha et son mari se sont installés dans une coopérative rassemblant plusieurs appartements (Photo MH / Rue89 Strasbourg)

Depuis, on est locataire dans la coopérative, auprès de laquelle on a acheté des parts, qui équivalent à une caution. Cette coopérative a été fondée en 2001. On y fait tout : on sort les poubelles, on gère les réparations à payer avec le montant des loyers, on se réunit tous les mois pour parler (en allemand, moi qui ne le comprend pas très bien…) d’un tas de choses, de problèmes de moisissures aux demandes de prêts. On bénéficie d’une terrasse commune, d’une cour, d’un grenier et d’une cave. »

La gestion des déchets est au cœur de la démarche écolo strasbourgeoise. À Fribourg, comment ça se passe ? Quels bacs de tri ? Quelles possibilités de compostage ?

« On a quatre poubelles : la première est réservée au papier et au carton, la seconde au recyclable du métal, des emballages plastiques – même ceux qui servent à emballer les aliments sous vide -, des sachets, des pots de yaourts, gobelets, barquettes de fruits et légumes, du papier aluminium, etc.

La troisième poubelle est réservée au compost : la Ville la collecte une fois par semaine. Sans compter les containers à l’extérieur, dans le quartier, pour trier le verre blanc, le verre vert et le verre marron. Il faut aussi savoir qu’un grand nombre de bouteilles sont consignées : toutes nos bouteilles de jus par exemple. Et les supermarchés classiques reprennent la plupart des bouteilles en plastique, comme les bouteilles de soda !

La quatrième poubelle, on y met tout le reste. On la descend environ une fois par mois. En ce moment, on y trouve une enveloppe en polystyrène, un vieux caleçon, un marqueur, une boîte en plastique cassée… »

Trois bacs sous l’évier : tri de papier-carton, tri des plastiques et poubelle classique – compost et verre sont triés à part (Photo MH / Rue89 Strasbourg)

Le tri des plastiques est beaucoup plus large à Fribourg qu’à Strasbourg (Photo MH / Rue89 Strasbourg)

Côté hygiène, quel accès à des produits naturels, simples, sans emballage ?

« Au magasin bio, nous trouvons facilement un tas de produits naturels, pour le ménage et pour l’hygiène personnelle, mais tout est sur-emballé : il n’y a pas beaucoup de produits bruts. Je ne trouve pas de vinaigre blanc tout simple par exemple… Au magasin de vrac, en revanche, très bien achalandé, je trouve des shampoings solides ou du gel douche sans emballage, de la poudre pour le lave-vaisselle, deux ou trois lessives différentes, etc. »

Fribourg ne compte qu’un seul magasin de produits bio en vrac, où Natasha achète notamment ses produits d’hygiène, mais également de l’huile (photo) ou des céréales et légumineuses (Photo MH / Rue89 Strasbourg)

« À Fribourg, des transports en commun pas compétitifs par rapport au vélo »

Niveau transports, quels avantages vois-tu aux pratiques fribourgeoises versus françaises ?

« En arrivant, on a très vite acheté des vélos. J’ai un permis de conduire, mais ça en reste là. Je me suis toujours déplacée en transports en commun, à pied ou à vélo… Je choisis mon logement et mon lieu de travail en conséquence, pour ne pas avoir besoin de la voiture. Et ici, contrairement au Canada où nous vivions avant, elle n’est absolument pas nécessaire. On est à 10-15 minutes du travail à vélo. En ce moment, je fais le trajet à pied, le long de la rivière… En plus, on a souscrit à un système d’auto-partage, avec des voitures dispatchées dans toute la ville et une station à deux pas de la maison… Quand on part en balade, on loue une voiture, et pour les longues distances, on prend le train – la gare est à 100 mètres de chez nous.

En revanche, je trouve le développement des transports en commun extraordinaire à Grenoble, tandis qu’ici, il y a très peu de bus et seulement quelques lignes de tram, absolument pas pratiques. A Fribourg, les transports en commun ne sont pas compétitifs par rapport aux autres modes, le vélo et la voiture. En contre-point, toujours par rapport à Grenoble, je suis frappée par le nombre de parents, de familles, qui ont une carriole, un siège bébé à l’avant, des vélos-cargos à Fribourg. Tous les matins, les parents déposent les enfants à l’école à vélo. Un phénomène que je n’ai jamais vu en France. »

À Fribourg, le vélo est le mode de transport privilégié des familles (Photo MH / Rue89 Strasbourg)

Les produits de consommation type habillement ou autres : existent-ils des alternatives écologiques accessibles à Fribourg ? Des foires bio ? Des boutiques alternatives ?

« Il n’y a pas énormément de choix : je fréquente une seule boutique de vêtements de marques équitables ou bio… En revanche, énormément de marchés aux puces sont organisés toute l’année. Il existe aussi plusieurs magasins de seconde main, dont un où nous avons trouvé des chaises et quelques petits meubles. J’ai aussi l’impression que les gens utilisent pas mal internet, eBay notamment. »

L’état d’esprit – dont découlent par exemple le type de loisirs privilégiés – est-il différent sur ces questions de protection de la nature en Allemagne, par rapport à la France ?

« Ce qu’on adore à Fribourg, c’est qu’il y a plein de possibilités de balades ! Tu pars d’ici à pied, tu arrives en bas de la colline en quelques minutes et, de là, partent 50 balades différentes. On est entouré de collines et de forêts, la rivière qui traverse la ville est aussi très utilisée par les habitants, avec un côté pour les piétons et un autre pour les cyclistes… Plus tu t’éloignes du centre, plus c’est agréable : les berges sont bordées de grands carrés de verdure où les gens se trempent les pieds, s’installent pour des pique-niques et des barbecues l’été… Et ce, sur des kilomètres, sans que les gens ne soient les uns sur les autres. »

« Les gens ne font pas attention à être écolo »

L’Allemand est-il plus écolo que le Français ? Le Fribourgeois que le Strasbourgeois ?

« À Fribourg, tellement de gestes sont intégrés aux structures sociales, que recycler, par exemple, n’est pas « écolo ». C’est juste normal. Aussi normal que de prendre un petit-déjeuner. Ce genre de démarche n’est pas vraiment conscientisée ou politisée. Ceci dit, les gens recyclent, mais il y a énormément de déchets quand même : en ville, il n’y a qu’une seule boutique de vrac et elle n’a ouvert qu’il y a un an. Les gens ne font pas attention à limiter leurs déchets. Quand je vais au marché avec mes contenants, j’ai des remarques (positives). Pour les commerçants, il s’agit encore d’une démarche incongrue et certains étals proposent toujours des sachets en plastique ! En revanche, je suis surprise par le nombre de stands du marché, de produits laitiers par exemple, qui vendent leur marchandise dans des contenants consignés… »

Aller plus loin

Sur Echos Verts : le blog de Natasha

Sur Rue89 Strasbourg : l’Allemagne, le pays où les courses sont un peu moins chères

Sur Rue89 Strasbourg : tous les articles sur le zéro déchet

Mon blog familial, minimaliste et zéro déchet en famille : Sans objet sans déchet

Mon activité de conseil en désencombrement et zéro déchet : Simplifier sa vie (avec Marie)

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Marie Hoffsess
Conseillère en désencombrement et zéro déchet, je suis adepte de la simplicité volontaire en famille, avec gourmandise et curiosité. Ex-journaliste, future naturopathe, je suis co-fondatrice de Rue89 Strasbourg.

En BREF

L’Université a dépensé 400 000€ pour garder ses bâtiments pendant les manifestations étudiantes

par Pierre France. 2 864 visites. 5 commentaires.

Aux Gay Games à Paris, ces Strasbourgeois combattent l’homophobie dans le sport

par Judith Barbe. 880 visites. 1 commentaire.

Vendredi et samedi, le Tour de France Alternatiba fait étape à Strasbourg

par Judith Barbe. 815 visites. Aucun commentaire pour l'instant.