Le squat Bugatti évacué dans le calme
L'actu 

Le squat Bugatti évacué dans le calme

Environ 150 occupants du squat Bugatti, une friche commerciale à Eckbolsheim, ont été redirigés vers deux structures temporaires.

Environ 150 personnes présentes au squat Bugatti ont été relogées dans le calme ce mercredi 21 octobre. L’évacuation de ces anciens bureaux à Eckbolsheim était prévue par l’État, qui a mobilisé depuis plusieurs semaines ses services sociaux. Les gendarmes se sont en partie déployés la veille au soir. L’évacuation a débuté à partir de six heures du matin.

Les services de l’État et les associations d’aide et de secours se sont installées vers 6h du matin (Photo Marc Jonas / Rue89 Strasbourg / cc)
Plus de 250 gendarmes ont été déployés pour assurer la sécurité aux abords du squat. Mais l’emploi de la force pour évacuer les résidents n’a pas été employée (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)

Environ 250 gendarmes dont deux escadrons de gendarmerie mobile ont été mobilisés, aux côtés de la Croix blanche, la Croix rouge et l’association de protection civile. Les services administratifs de l’État (préfecture du Bas-Rhin, Office français de l’immigration et de l’intégration, Agence régionale de Santé) ont supervisé les opérations et procédé aux inscriptions des personnes sans-abri.

Des bus de la CTS ont été utilisés pour transporter les résidents du squat vers le centre Lyautey et un hôtel à Lingolsheim (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)

Plus d’un an d’occupation

Les habitants ont été enregistrés avec leurs bagages et acheminés en bus de la CTS dans deux lieux, un hôtel Ibis à Lingolsheim et le centre Lyautey au Neuhof, notamment pour les familles. Sur place leur situation administrative sera examinée plus en détail. L’hébergement des demandeurs d’asile pour les étrangers et des personnes sans-abri pour les Français est une responsabilité de l’État.

Les occupants ont été enregistrés avec leurs bagages avant d’être redirigés vers deux autres structures d’hébergement. (photo PF / Rue89 Strasbourg)
Plus de 250 personnes vivaient dans le squat Bugatti et espèrent de meilleures conditions d’accueil après cette évacuation (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)
Une bonne partie des résidents proviennent d’Afrique sub-saharienne (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)
Deux centres d’accueil ont été prévus pour les résidents, dont un hôtel à Lingolsheim (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)
Les opérations se sont déroulées jusqu’à environ 10h30 (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)

Le squat Bugatti avait été ouvert en septembre 2019. Selon Lahcen Oualhaci, le référent et gérant des lieux, plus d’un millier de personnes y ont trouvé un toit en attendant une solution plus pérenne. Les locaux n’étaient cependant pas adaptés pour accueillir autant de personnes, si bien que les problèmes liés à une grande promiscuité ont généré des tensions parfois violentes. Une personne a même été retrouvée décédée le 17 octobre (lire nos articles).

Les occupants ont laissé leurs chambres de fortune avec tout ce qu’ils n’ont pas pu emporter. (photo PF / Rue89 Strasbourg)

Réaction de Lahcen Oualhaci, référent du squat Bugatti

Cédric : « Avec le Covid, je me suis perdu »

Parmi les occupants, en majorité des Africains ou Européens de l’Est, se trouvait Cédric, 22 ans, né à Strasbourg. Viré sans ménagement de chez sa mère par son beau-père, il a vécu depuis mars au squat Bugatti :

« On s’est battus avec mon beau-père, j’ai déjà fait de la prison, j’ai un historique violent. Il m’a dit que je devais partir ou il appelait les flics. Je suis parti. J’ai été hébergé par quelques amis mais au bout d’un moment, je me suis retrouvé sans solution. J’étais suivi par l’association L’Étage mais avec le covid, tout s’est arrêté et je me suis retrouvé à la rue. »

Installé dans une chambre avec sa propre clé, Cédric n’a pas trop souffert de la promiscuité :

« J’ai dû faire ma place bien sûr, mais personne ne m’a embêté. Je n’ai eu qu’un accrochage avec un résident mais c’est tout. Comme je parle français, j’ai aidé pas mal d’entre eux avec leurs papiers. »

L’évacuation s’est déroulée dans le calme. (photo PF / Rue89 Strasbourg)

Manutentionnaire, Cédric espère désormais disposer d’un environnement plus stable, pour s’inscrire auprès des agences d’intérim.

À 10h30 les derniers occupants ont été enregistrés auprès des services de l’État. L’ensemble des lieux a ensuite été sécurisé par les forces de l’ordre.

Aller plus loin

L'AUTEUR
Rue89 Strasbourg
Rue89 Strasbourg
Site d'informations strasbourgeois fondé en 2012. Média indépendant d'enquêtes, nous avons besoin de soutien via les abonnements pour nous développer.

En BREF

Après trois séismes au nord de Strasbourg, Fonroche annonce un arrêt complet temporaire du puits de géothermie

par Rue89 Strasbourg. 5 134 visites. 7 commentaires.

Contre la loi de Sécurité globale, une marche nocturne mercredi

par Pierre France. 1 154 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Nouvelle grève dans les cantines de Strasbourg jeudi

par Pierre France. 731 visites. Aucun commentaire pour l'instant.