Enquêtes et actualité à Strasbourg et Eurométropole

« Je suis comédienne et j’aime les gens », les explorations confinées de Margaux Lagleize

Pendant les confinements, Margaux Lagleize a produit des dizaines de petits sketches vidéo, pris en selfie avec son téléphone et diffusés sur les réseaux sociaux. Au départ évanescente, l’expérience prend peu à peu corps, alors que les restrictions s’éternisent. Ses créations pourraient bien survivre au coronavirus…

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89 Strasbourg, abonnez-vous.


Comédienne depuis une dizaine d’années, Margaux Lagleize reçoit chez elle, dans un appartement au rez-de-chaussée de la Krutenau, sa « grotte, » qui ne lui offre suffisamment de lumière pour se filmer qu’en matinée. Elle s’en accommode, comme du reste d’ailleurs : le confinement, la fin des spectacles, la baisse de ses revenus… Tout ça passera. En attendant, elle a inclus dans sa routine la production quasi-quotidienne d’une vidéo qu’elle réalise chez elle, avec son smartphone et qu’elle diffuse sur les réseaux sociaux.

Cette manie de produire des mini-sketchs réguliers lui est venue pendant le premier confinement, alors que la comédienne est en pleine réorientation professionnelle :

« Pour beaucoup de gens, 2020 restera l’année de la pandémie. Pour moi, ce sera une année de profonde réflexion, sur ce que j’ai envie de faire de ma vie professionnelle, sur mon métier et ce que j’ai envie d’être au final… »

Margaux Lagleize au naturel, image rare (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)

« Je veux rester en contact avec le monde réel »

Issue du conservatoire, Margaux Lagleize a fait ses premières armes à la Ligue ouverte d’improvisation Lolita, elle a aussi beaucoup tourné avec La Mesnie H, la compagnie de Jacques Bachelier et à la Choucrouterie. Les téléspectateurs de France 3 Alsace la connaissent aussi en présentatrice foutraque de l’émission « C’est beau dehors », une expérience d’ouverture sur le monde qu’elle a adorée :

« Je veux aller vers les gens, j’aime bien les gens en fait. J’adore les reportages sur des métiers ou des sociétés… À l’avenir, je veux pouvoir être en contact avec le monde réel, celui dans lequel les gens travaillent et vivent… Je ne veux pas être une artiste déconnectée du réel. Je comprends que ça puisse exister, mais pour moi, ce sera dans une autre vie. »

Les personnages qui sont nés de ces vidéos quasi-quotidiennes sont devenus récurrents, des thèmes se sont installés… Très à l’aise en stand-up, Margaux Lagleize n’a encore jamais pu produire un « seul en scène. » Il se pourrait bien que certains instants confinés puissent trouver des débouchés lorsqu’il sera possible d’à nouveau rire ensemble…


#confinement

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options