Le sort du marché de Noël en suspens
Société 

Le sort du marché de Noël en suspens

actualisé le 17/11/2015 à 13h16

Strasbourg capitale de Noël ( Ville et communauté urbaine de strasbourg/cc)

Strasbourg capitale de Noël (Photo Ville et Eurométropole de Strasbourg)

L’extension de l’état d’urgence en France au delà des 12 jours prévu par la constitution pose la question de la tenue du Marché de Noël. Le maire Roland Ries souhaite maintenir la manifestation, à condition que des « renforts militaires » soient accordés. La décision doit être prise avec le préfet du Bas-Rhin.

Suite aux attentats à Paris qui ont fait 129 morts et 352 blessés vendredi 13 novembre, le maire de Strasbourg Roland Ries (PS) a ouvert ce week-end la question du maintien ou de l’annulation du Marché de Noël. À l’issue du conseil municipal de lundi entièrement consacré aux événements, il a annoncé qu’il « souhaitait maintenir la manifestation, à condition de réunir les conditions de sa sécurisation ».

C’est la Ville et la préfecture qui décideront d’un commun accord du maintien ou de l’annulation de l’édition 2015 du marché de Noël. Le dernier mot revient au maire. Ainsi les maires de Colmar et de Mulhouse ont déjà décidé de maintenir le leur. Une première réunion de travail entre les services de la Ville de Strasbourg et de l’État doit avoir lieu mercredi 19 novembre mais aucune date n’a été communiquée pour la décision.

Sécuriser une telle manifestation est loin d’être simple : l’édition 2015 du marché de Noël prévoit douze marchés répartis à travers la ville, plus des lieux de rencontre, tous dans l’espace public. En 2014, plus de deux millions de visiteurs avaient foulé le sol strasbourgeois ce qui rend tout système de contrôle de sécurité très délicat à mettre en place.

Le premier adjoint au maire de Strasbourg, Alain Fontanel (PS), assure :

« Notre objectif est de pouvoir organiser le marché de Noël. Mais nous souhaitons d’abord vérifier avec les services de l’État et le ministre de l’Intérieur que les conditions de sécurité peuvent être remplies. »

Bernard Cazeneuve doit participer à l’inauguration

Il était justement prévu que Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur se rende au marché de Noël le vendredi 27 novembre pour son inauguration. Roland Ries doit s’entretenir avec lui dans les prochains jours. La Ville demande à l’État des renforts de police et l’utilisation de l’armée pour sécuriser les douze sites des marchés de Noël. Quand à l’installation de portiques de sécurité autour des marchés, Roland Ries juge le dispositif « irréaliste ».

Déjà, l’inauguration du 27 novembre au soir serait dans tous les cas minimale, explique Alain Fontanel :

« Nous allons travailler à redimensionner l’inauguration pour qu’elle ait la sobriété qui sied aux circonstances. »

Dès lundi, Pierre Bardet, président de l’association des Vitrines de Strasbourg qui regroupe 700 commerçants de la ville, a relayé leurs inquiétudes dans les DNA :

« Je ne veux pas que l’on ne parle que d’économie. Si je défends le marché de Noël c’est d’abord parce qu’on ne va pas nous faire taire. Si on ferme le marché il faut tout fermer, les cinémas, les centres commerciaux, les Champs-Elysée, la Tour Eiffel, le Mont-Saint-Michel. On ne va pas vivre dans un terrier. »

Une annulation « impensable » pour Jean-Jacques Gsell

Du côté des élus, la volonté de maintenir la manifestation semble faire l’unanimité. Pour la sénatrice Fabienne Keller (« Les Républicains »), c’est l’image de Strasbourg qui en dépend :

« Le marché de Noël est une manifestation importante à Strasbourg, symbole de fraternité et de vivre ensemble. Il est très important qu’elle soit maintenue. C’est une manifestation emblématique de notre ville, de son humanisme, de son rayonnement à l’étranger. Je fais confiance aux autorités pour mettre en place les mesures nécessaires pour en assurer la sécurité. »

Jean-Jacques Gsell, élu socialiste et président de l’Office de tourisme de Strasbourg, ne cache pas l’enjeu économique de la question :

« Annuler le marché de Noël sonnerait comme l’annonce d’une défaite face au terrorisme et à la barbarie et ne pourrait pas empêcher d’autres exactions. Par ailleurs, cela aurait des conséquences économiques graves. Toute la communication a été faite, toutes les réservations aussi. De ce point de vue c’est impensable de remettre en cause ce qui est prévu. »

Pas de risque zéro

Pour le conseiller municipal, le maintien doit évidemment s’accompagner de mesures de sécurité renforcées même si le risque zéro n’existe pas :

« Je suis de ceux qui pensent que les problèmes ne sont pas finis. Face aux kamikazes, toutes les mesures qui peuvent être prises risquent de ne pas suffire. »

Le Marché de Noël de Strasbourg date de 1570. C’est l’un des plus grands d’Europe. L’invité d’honneur de l’édition 2015 est le Grand Duché du Luxembourg. En 2000, un projet d’attentat visant la Cathédrale avait été déjoué.

Et vous ? Quelle est votre opinion ?

Faut-il maintenir le Marché de Noël à Strasbourg ?

Oui
Non
Franchement, je n’en sais rien

Poll Maker

 

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : tous nos articles suite aux attentats à Paris
Sur France Bleu Alsace : Roland Ries favorable au maintien du Marché de Noël

L'AUTEUR
Claire Gandanger
Claire Gandanger
Journaliste indépendante Intérêts : société, économie de la culture, vie pratique

En BREF

Les infirmières scolaires peuvent désormais soutenir le personnel des hôpitaux et des Ehpad

par Guillaume Krempp. 860 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

À Koenigshoffen, un jeune homme en possession de cannabis frappé par des policiers

par Florian Schotter. 6 597 visites. 8 commentaires.

Fred Ficus, DJ producteur : « Dans six mois, trois fois plus d’albums publiés »

par Florian Schotter. 589 visites. Aucun commentaire pour l'instant.