Lituanie : voyage au pays des synagogues en bois
Carnets du Bulli Tour
Deux journalistes pendant six mois en Europe de l'est à bord d'un combi Volkswagen. On vous raconte ici les coulisses de ce road-trip.
blogs  Carnets du Bulli Tour 

Lituanie : voyage au pays des synagogues en bois

actualisé le 17/09/2014 à 09h46

Le Bulli devant la plus grande synagogue en bois du monde.

Le Bulli devant la plus grande synagogue en bois du monde (Ziezmariai).

Après son passage en Biélorussie, le Bulli a rejoint les pays baltes. Presque la totalité du peuple juif de Lituanie a été décimé pendant le génocide. Leur mémoire subsiste par le biais de vieilles synagogues en bois, mais que personne ne veut entretenir…

BlogAvant la Seconde Guerre mondiale, la Lituanie comptait quelque 250 000 Juifs. Mais 90% de la communauté fût exterminé entre 1940 et 1945. Dans ces conditions, les anciens lieux de culte juifs qui ont échappé à la destruction sont trop nombreux pour une communauté qui ne compte plus aujourd’hui que 2 500 personnes, principalement dans la capitale. Les synagogues sont toutes plus ou moins abandonnées et en mal d’avenir. Seules deux d’entre elles sont encore en activité : elles se trouvent à Kaunas et à Vilnius. Les autres sommeillent, et parfois s’effondrent.

En avril 2013, l’artiste Ignas Maldziunas était à la recherche d’un studio de photographie. Il est tombé sous le charme d’une grande synagogue, à Kaunas, qu’il partage depuis avec d’autres artistes.

Lituanie5

Ignas est devenu un gardien des lieux… depuis 18 mois, il veille sur la vieille synagogue.

« La danseuse a quitté les lieux, elle est rentrée à Paris. Je travaille désormais avec trois autres artistes. Personne ne vit vraiment ici, sauf moi qui suis devenu l’homme qui veille sur les lieux. J’entretiens le bâtiment, j’ai fait des travaux à mon arrivée et puis j’accueille des artistes qui passent ici pour des résidences. En bas, il y a même un studio d’enregistrement audio maintenant ! »

La synagogue sert actuellement de studio photo mais est aussi le lieu de workshop artistique.

La synagogue sert actuellement de studio photo mais est aussi le lieu de workshop artistique.

« Tous nos lieux sont voués à l’oubli »

La communauté juive de Kaunas ne compte plus que 200 membres, dont une quinzaine seulement viennent prier dans la dernière synagogue en activité sur les 38 que comptait autrefois la ville. Mausa Bairakas est le directeur de la communauté juive. Il évoque le difficile avenir du judaïsme en Lituanie :

« Il n’y a pas assez de Juifs ici pour assurer une rénovation du patrimoine. Le vieux cimetière montre dans quelle situation nous nous trouvons : les pierres tombales sont renversées, abîmées, envahies par la végétation. Certains édifices sont récemment entrés dans le patrimoine national, comme ce bâtiment qui est la plus vieille synagogue du pays. Mais nos nombreuses autres synagogues et tous les autres lieux liés à la vie juive sont voués à l’oubli ou à la destruction du temps. »

intérieur syna Ziezmariai

Certaines synagogues sont entretenues par des voisins. Celle de Ziezmariai est encore debout grāce aux petits travaux que fait Liudvicas, qui habite en face.

Liuduikas Maskuntavicius entretient les lieux car il veut que tout le monde connaisse cette histoire.

Liudvikas Maskuntavicius entretient les lieux car il veut que tout le monde connaisse cette histoire.

Manque d’argent et de volonté, les synagogues en bois disparaissent

Mais la réelle particularité de ce patrimoine, ce sont les vieilles synagogues en bois du pays. Bien plus difficiles encore à sauver, elles ont, la plupart du temps, été brûlées par les nazis ou leurs collaborateurs lituaniens. Pourtant, il en reste encore une quinzaine, qui ressemblent à de vieilles granges fatiguées. Mausa Bairakas raconte combien il est difficile de sauvegarder ces bâtiments, pourtant extrêmement rares :

« Les synagogues en bois n’ont pas été entretenues depuis 70 ans. Elles sont dévorées par les parasites, attaquées par les mauvaises conditions météorologiques et surtout, ne sont pas habitées ni chauffées, donc le bois pourrit littéralement. Depuis des années, on parle de sauver une synagogue en bois en la transportant dans un écomusée. Il y a différents problèmes : d’argent, de volonté politique, de culpabilité historique et d’antisémitisme. Et puis, ça n’est pas un sujet qui rapporte de l’argent… ça en coûte plutôt. »

Mais le président de la communauté juive de Kaunas reprend confiance quand il évoque l’intérêt que d’autres peuvent avoir pour cette histoire et ce patrimoine :

« Gilles Vuillard est un artiste français qui, depuis, une dizaine d’années, peint sur de grandes toiles, les synagogues en bois. Plusieurs ont depuis brûlé ou se sont effondrées : mais Gilles les a sauvées pour la postérité grâce à ses œuvres. »

Le travail de Gilles Vuillard comprend aussi des synagogues en feu. Ces toiles rappellent la fragilite de ces lieux.

Le travail de Gilles Vuillard comprend aussi des synagogues en feu. Ces toiles rappellent la fragilité de ces lieux.

Les synagogues sur toiles

Gilles Vuillard est installé à Kaunas depuis le début des années 2000. Ce peintre français s’est passionné pour cette histoire et a passé plusieurs années à tenter de recenser le nombre de synagogues en bois du pays. Il a consigné dans des carnets, des films et des photographies, toute une mémoire locale qui s’efface jour après jour.

lituanie3

Un incendie a failli faire disparaitre la vieille synagogue de Pakruojis. Depuis, le toit a été rénové et le bātiment a été classé par les Monuments historiques de Lituanie.

« J’en ai compté quinze, mais depuis mon passage il y a quelques années, certaines ont disparu. Elles servent de dépotoir, de hangar, ne sont pas entretenues et sont bien souvent ouvertes aux vents et aux pluies. Je ne comprends pas pourquoi on dépense des millions d’euros à préserver Auschwitz quand de vieilles synagogues en bois (uniques au monde) s’abîment et que les dernières traces d’une vie juive avant le génocide disparaissent. J’ai voulu peindre les bâtiments de manière réaliste, pour les garder en mémoire. Malheureusement, ça n’accroche pas ici ; personne n’a d’intérêt pour cette histoire. »

Gilles Vuillard a peint plusieurs dizaines de fois les anciennes synagogues en bois, pour en conserver plusieurs aspects.

Gilles Vuillard a peint plusieurs dizaines de fois les anciennes synagogues en bois de Lituanie, pour en conserver plusieurs aspects.

Dans les campagnes, les synagogues en bois sont méconnaissables. Elles se mêlent aux vieilles fermes et aux granges. À Rozalimas, par exemple, aucune plaque n’a été posée sur les planches abîmées du vieux bâtiment en bois. Nous peinons à comprendre qu’il s’agit de la vieille synagogue du village.

La synagogue de Rozalimas.

La synagogue de Rozalimas.

Les synagogues peintes de Gilles Vuillard ont déjà été exposées plusieurs fois en Lituanie mais il espère un jour les montrer hors du pays, et ainsi donner à voir ce qui n’est plus :

« La vieille synagogue en bois de Žiežmariai va bientôt être reprise en mains par l’État. Ils vont mettre un nouveau toit et consolider la structure, qui s’effondre depuis des années. Le lieu sera alors sauvé, mais sans réel projet derrière. Je rêverais de pouvoir y installer mes toiles, pour en faire un musée des synagogues en bois. »

Après la Lituanie, le Bulli part vers le Nord, en Lettonie.

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : retrouvez toutes les chroniques vécues du Bulli Tour Europa (blog)

Sur BulliTour.eu : les reportages de Claire Auduy et Baptiste Cogitore

 

Y aller

Nos derniers reportages vidéo sont à découvrir jeudi 18 septembre à partir de 19h, aux Savons d’Hélène, rue Sainte-Hélène à Strasbourg, entrée libre. Il y sera question des méthodes de conservation du site d’Auschwitz et du Slumdog Theatre, une scène rom dans un bidonville de Slovaquie.

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
baptistecogitore
baptistecogitore
Réalisateur de films documentaires, journaliste rapporteur d'images. Éditeur à ses heures. (Cette photo a 10 ans, c'est dingue comme le temps passe vite)

En BREF

Épuisées, des mères d’enfants handicapés devant le rectorat pour obtenir de l’aide

par Guillaume Krempp. 9 749 visites. 12 commentaires.

Des riverains obtiennent la fermeture temporaire du Local, bar à concerts de la Krutenau

par Tristan Kopp. 5 382 visites. 15 commentaires.

Venu de l’Ouest, Actu.fr se lance à Strasbourg

par Jean-François Gérard. 1 586 visites. Aucun commentaire pour l'instant.